in

La Birmanie vote massivement pour Aung San Suu Kyi

Les urnes ont parlé sans ambiguïté en sa faveur, Aung San Suu Kyi,  l’opposante birmane devenue mondialement célèbre grâce au fabuleux coup de projecteur du prix Nobel de la Paix, a annoncé ce lundi 9 novembre, en fin de matinée, la victoire écrasante de son parti lors des premières élections libres depuis 25 ans dans son pays, se félicitant d’un taux de participation record qui a désavoué la junte militaire au pouvoir.

Elle faisait figure de grande favorite, la dissidente entrée dans la légende est désormais acclamée en championne des suffrages, sa formation politique, la Ligue Nationale pour la démocratie (LDN), ayant raflé « plus de 70% des sièges à travers le pays », soit un véritable triomphe qui lui ouvre grand les portes d’un Parlement birman passé sous son pavillon.

Aung San Suu Kyi entend former un gouvernement de réconciliation nationale avec l’appui des minorités. Sortira-t-elle enfin de son mutisme assourdissant et de sa cécité complice, qui ont considérablement terni son blason de nobelisée, pour mettre un terme à l’effroyable génocide commis par la tyrannie et l'extrême cruauté des siens, sous des cieux birmans rouge sang, contre l’une des communautés les plus persécutées au monde selon l’ONU : les musulmans Rohingyas ?

L'ex-rebelle politique, sacralisée par la communauté internationale, s'opposera-t-elle enfin à ce que l'on "tue en silence" des damnés de la terre diabolisés et éternels apatrides martyrisés, dans une Birmanie qui lui a donné un blanc-seing pour présider à ses destinées ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La réponse cinglante d’une chercheuse palestinienne à l’ambassadeur d’Israël en poste à Londres

Pas de repas halal et sans vin à l’Elysée : le président Hollande et son homologue iranien ne déjeuneront pas ensemble