in

Japon : les bienfaits d’une manucure “halal” destinée à des femmes musulmanes atteintes de cancer

Ce n’est pas le remède universel contre le cancer, mais c’est un précieux antidote capable de chasser les idées noires des personnes qui en sont atteintes, les soins des ongles prodigués par une jeune femme japonaise font des miracles à Tokyo.

Ses séances de manucure, proposées en milieu hospitalier, agissent comme une thérapie extraordinairement revigorante auprès des femmes malades. Elles leur offrent une parenthèse de bien-être dans un quotidien difficile, rythmé par des traitements astreignants et lourds.

Heureuse du succès de sa démarche, Hitomi Goto, qui n’a pas été épargnée par le mal du siècle – sa propre mère a succombé à un cancer de l’estomac en 2010 et elle-même a dû lutter contre un cancer du sein – a souhaité que sa mise en beauté des mains puisse mettre du baume au cœur de toutes les femmes, sans exclusive.

Publicité

L’idée d’une manucure « halal », dont le vernis à ongles et le dissolvant ne comprennent aucun produit chimique toxique et n’exhalent pas de fortes odeurs incommodantes, a ainsi germé dans son esprit. Après une longue recherche, elle a fini par dénicher le vernis parfait, dûment certifié « halal » et perméable à l’eau, qui constitue l’alternative idéale au vernis classique.

« Au fil de mes rencontres avec les femmes atteintes de cancer, je me suis rendue compte que certaines patientes musulmanes hésitent à utiliser des produits non halal, et cela vaut pour une manucure », a-t-elle expliqué, ajoutant : « C’est pourquoi j’ai voulu être en mesure de proposer deux options : un vernis certifié « halal » qui dure moins longtemps et est plus onéreux, et un vernis traditionnel plus résistant et plus abordable, mais également plus nocif ».

Après avoir observé l’importance de la purification rituelle en islam, Hitomi Goto a confié se sentir en osmose avec ses concitoyens musulmans. « J’ai mesuré à quel point les ablutions sont essentielles dans la religion musulmane, et j’ai mieux compris les réticences des femmes musulmanes malades envers l’utilisation de vernis et de dissolvant susceptibles de nuire à leur santé. J’aimerais que les Japonais adoptent cette attitude, car ce qui est bon pour les personnes malades, est bon pour tout le monde ! », s’est-elle exclamée.

Publicité

Elle a l’art d’embellir les mains pour mieux réconforter les âmes, la manucure de Tokyo ne peut certes pas enrayer le cancer, mais elle réussit à faire renaître une lueur d’espoir à l’hôpital, à chacun de ses passages.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. J’ai eu le privilège de travailler pendant près de 8 ans dans un consortium japonais.
    Un peuple admirable à tous points de vue.
    Cette grande dame, ne fera pas exception.
    Du fond du cœur, merci de réconcilier le quadrumane qu’il m’arrive d’être avec le bipédisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Written by Fabienne Doucet

Publicité

Maroc: pour avoir voulu divorcer, Khadidja a eu le visage tailladé avec un rasoir par son mari

Ghaleb Bencheikh : “La France aura l’islam qu’elle mérite, de beauté, d’intelligence, d’humanisme”