in

François Hollande : “Nicolas Sarkozy doit penser que j’irais à la Mecque”

Comment oublier le fameux repli de Nicolas Sarkozy, au lendemain de sa victoire en mai 2007, sur le yacht de son ami milliardaire Vincent Bolloré, où l’on cherchait en vain la dimension quasi monacale annoncée, avec une solennité de façade, lors de son duel face à Ségolène Royal ?

Autre président, autre manière plus responsable d’habiter la fonction suprême, François Hollande, qui rayonne d’une joie empreinte de gravité, se retrousse les manches dès aujourd’hui pour s’atteler à la “tâche immense” qui l’attend, sans aucun break d’une rare indécence que la République ne saurait plus tolérer.

Avec cette pointe d’humour dont il ne se départit jamais, le nouvel homme fort de l’Elysée a persiflé : “Nicolas Sarkozy doit penser que j’irais à la Mecque”, dans une allusion à la campagne très ciblée du candidat sortant, et bouté hors de son bunker doré devenu un bastion du nationalisme et du tout-sécuritaire.

Alors que son intronisation officielle est dans tous les esprits, la date du 15 mai étant le plus souvent avancée, François Hollande est confronté à un premier casse-tête majeur, dont on espère qu’il se démarquera du vulgaire casting de la diversité et de l’ouverture imposé par Sarkozy : la composition de son gouvernement.

Le nouveau président a déjà livré un indice révélateur de la marque qu’il souhaite imprimer à son mandat : Ce seront “des choix de raison et non des choix de cœur”, a-t-il déclaré, tandis que  l’hypothèse de Jean-Marc Ayrault à Matignon semble se confirmer au fil des jours, au détriment de Martine Aubry.  Une quinzaine de noms seront sélectionnés par ses soins pour occuper les quinze grands pôles thématiques qui se répartiront la gestion de crise du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Deux personnes âgées musulmanes ont été agressées par des militants d’extrême droite

La nouvelle polémique haineuse sur les “drapeaux rouges et étrangers” de la Bastille