in

La nouvelle polémique haineuse sur les “drapeaux rouges et étrangers” de la Bastille

Le sursaut civique des Français ne s’est pas résolu à la fatalité électorale, qui aurait permis à Nicolas Sarkozy et à ses zélés lieutenants de rejouer la même partition droitière, en l’amplifiant. Une infinie clairvoyance, dont on mesure les bienfaits à la lumière de la nouvelle polémique haineuse sur "les drapeaux rouges et étrangers" brandis à la Bastille, et attisée, à l’unisson, par des porte-flingues amers de l’UMP et le FN.

Loin des inflexions démagogiques du président vaincu qui appelait ses troupes, dimanche soir, à respecter le choix du peuple souverain, Nadine Morano a manqué cruellement de dignité démocratique en déclarant, sur Europe 1, à la vue des étendards non tricolores : "Ça ne me rassure pas beaucoup, a-t-elle ajouté. Je me dis : voilà quelle est la France qu'on va nous construire avec le droit de vote des étrangers (…) Cette démonstration n'était pas engageante ni réjouissante pour la France que nous avons à construire."

Que pouvait-on attendre d'autre de la part de l’aboyeuse en chef de l’UMP, bête et méchante, qui déclarait les jeunes français d’origine maghrébine inaptes à l’intégration pour… "port de casquette à l’envers" ! Sa double inaptitude à accepter la défaite et à vivre dans une France plurielle est, elle, en revanche bien réelle et terriblement handicapante !

Le FN, par la voix de son vice-président Louis Alliot, s'est tout naturellement engouffré dans la brèche : "J'ai beaucoup vu de drapeaux algériens, ce qui prouve bien que la communautarisation de la société française n'est pas une utopie, ni une vue de l'esprit mais qu'elle est une réalité".

Le répit nationaliste aura été de courte durée… Les flèches empoisonnées ont été une nouvelle fois décochées, heureusement qu’elles le furent par les loosers de cette présidentielle, même si l’on peut craindre néanmoins de les voir fuser lors de l’âpre bataille pour les législatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

François Hollande : “Nicolas Sarkozy doit penser que j’irais à la Mecque”

Un jeune irakien s’attelle à l’écriture du plus long Coran du monde