in

Ségolène Royal dément les propos que lui prête “Le Point” sur les origines de Najat Vallaud-Belkacem

La présidence exemplaire d’un président normal est décidément placée sous le signe du Tweet, très intempestif pour la première dame de France Valérie Trierweiler, et sur la défensive pour Najat Vallaud-Belkacem, mais ayant comme dénominateur commun Ségolène Royal, ex-compagne de François Hollande, ex-future députée et ex-future présidente de l’Assemblée Nationale…

Un cumul d’infortunes qui fait beaucoup pour l’ex-rivale de Nicolas Sarkozy en 2007, et qui fait couler de l'encre quant à son avenir politique.

C’est une confession sur la politique des faux-semblants, attribuée à la présidente du Poitou-Charentes par le magazine "Le Point", dans le cadre d’un portrait consacré à la nouvelle égérie socialiste de l’émigration réussie, Najat-Vallaud Belkacem, qui défraie la chronique et fait tweeter de tous côtés…

Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement et ministre des Droits des femmes, a-t-elle été la caution beur de Ségolène Royal, ses origines du rif ont-elles prévalu sur ses compétences, dans la droite ligne de la politique du casting à son apogée sous Sarkozy ?

"J'ai toujours voulu avoir des ouvriers, des exclus, des jeunes issus de la diversité autour de moi", explique Ségolène Royal dans "Le Point", "Najat doit accepter d'être là pour ça".  Et de poursuivre : "Elle s'appellerait Claudine Dupont, elle ne serait peut-être pas là. Elle doit assumer son identité et en être fière".

Branle bas de combat du côté de celle qui a vu le perchoir de l'Assemblée Nationale lui échapper ! Ségolène Royal dément la véracité de ces propos dans un communiqué, affirmant  "qu’elle ne se reconnaît pas dans les propos réducteurs que lui prête le journal Le Point à propos de Najat Vallaud Belkacem et qui aboutissent à lui faire dire le contraire de ce qu'elle a toujours affirmé", ajoutant "que depuis 2007, elle a toujours mis en avant Najat Vallaud Belkacem, à la fois pour son talent et son histoire et elle se réjouit des responsabilités qui lui sont confiées aujourd'hui et qui sont pleinement méritées".

Si Valérie Trierweiler est désormais privée de tweet anti-Ségolène, Najat Vallaud-Belkacem a tweeté pour sauver le soldat Royal d’un bien mauvais pas, en appelant au calme: "Stop les vaines polémiques, la seule @RoyalSegolene que je connais est là", a-t-elle écrit en mettant un lien vers le démenti de Ségolène Royal.

Est-ce que la vérité jaillit d’un seul tweet ? Là est toute la question, puisqu’un autre tweet, celui de l’auteur de l’article, le journaliste du "Point" Saïd Mahrane, a enfoncé le clou en assurant: "Je maintiens les propos entre guillemets de @RoyalSegolene sur les origines de Najat Vallaud-Belkacem . Propos tenus le 20 juillet" a-t-il rétorqué.

Il faut espérer que l’ère de l’intégrité politique, promise par François Hollande, soit plus morale que normale, même s'il ne faut pas se leurrer, l'ère du marketing politique et du népotisme n'est pas encore révolue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Alain Touraine : «Je suis le plus fort partisan de l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne»

Bruxelles : une femme en niqab retrouvée morte