in ,

Effroi en Nouvelle-Zélande: le terroriste Tarrant, auteur du massacre de Christchurch, plaide non coupable, tout sourire

Incarnation de la barbarie à visage humain, Brenton Harrison Tarrant, le terroriste australien qui, le 15 mars dernier, pendant la grande prière Al Jumu’a, tua froidement 51 fidèles en plein recueillement dans les mosquées Linwood et Al Noor à Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a franchi un nouveau palier dans l’abjection : il vient de plaider non coupable, par l’entremise de ses avocats, en esquissant un large sourire qui a saisi d’effroi son auditoire, révélant toute la noirceur et le haut degré de perversité du personnage.

Cet extrémiste de droite de 28 ans, islamophobe et fier de l’être, qui s’est ouvertement réclamé de la théorie raciste du « grand remplacement », après une escale en France qui a nourri sa haine, est non seulement apparu souriant par vidéoconférence, depuis la prison de haute sécurité d’Auckland, mais a aussi refusé de répondre de toutes les accusations portées contre lui.

Comble de l’odieux, ce monstre de cruauté, dont Jacinda Ardern, la Première ministre néo-zélandaise, a juré de ne jamais prononcer le nom, refuse de reconnaître sa culpabilité dans
l’effroyable massacre de masse qu’il avait mûrement planifié, filmé et diffusé en direct sur Youtube.

Publicité

Un massacre dont le bilan s’est alourdi au mois de mai, avec le décès d’un fidèle de 46 ans ayant succombé à ses graves blessures.

Au cours de cette audience qui fut humainement insupportable pour les 80 survivants et proches des victimes qui y ont assisté dans le prétoire, et les 60 autres qui la regardaient sur grand écran, le tribunal a été informé que des expertises psychiatriques avaient établi que Brendon Tarrant était apte à être jugé, selon un communiqué du juge Cameron Mander.

Ce dernier a fixé au 4 mai 2020 l’ouverture d’un procès en tout point unique dans les annales judiciaires néo-zélandaises, de par son ampleur, sa durée (au moins plus de six semaines), et la forte onde de choc émotionnel qu’il suscitera inévitablement.

Pour ne jamais les oublier, notre vidéo à la mémoire des 51 martyrs de l’islamophobie meurtrière :

Publicité

Nouvelle- Zélande : les visages des victimes de la barbarie terroriste

Nouvelle- Zélande : les visages des victimes de la barbarie terroristeA partager pour ne pas les oublier!

Publiée par Oumma.com sur Mardi 19 mars 2019

Publicité

Publicité
Publicité
Publicité

13 commentaires

  1. Assalamou ‘alaïkoum, je ne sais pas vous, mais moi le ton émotionel et plein de superlatifs de l’article me déplaît. L’effroi, pklus jamais ça, rien ne sera plus comme avant etc, la panoplie des indignations en creschendo médiatique et la démonisation outrancière du justiciable, qu’on déshumanise et qu’on met au ban de l’humanité. Ce n’est pas sur ce ton que nous autres Musulmans devrions rapporter et commenter ces faits, ni avec ce vocabulaire. Personne n’a trouvé une définition a-politique et permanente du vocable “terrorisme”, question que j’ai posée depuis un temps consiérable maintenant?

    Je regrette que la viziresse de Nouvelle-Zélande libère ainsi ses émotions sur ce mode sensationel, je la croyais plus rigoureuse que ça, nul ne défend les Musulmans avec si peu de rigueur, elle ne veut plus prononcer son nom, ça fait un peu Biblique quand-même. Du charabia Occidental, voire Occidentaliste qui ne nous reflète en rien.

    Et alors, de son point de vue il ne se dit pas coupable, il voit des gens comme envahisseurs, il en est convaincu, donc il se voit comme combattant. Je lui répondrai que ce sont des immig’rés certes, pas des colons et envahisseurs armés, contrairement à ses ancêtres. Je lui répondrai que le Grand-Remplacement a eu lieu dans son pays en Australie et donc selon sa logique, il devrait s’auto-punir et restituer tout ce qu’il possèderait aux autochtones d’Australie.

    Le reste m’ennuie, je ne partage pas et je ne bénis pas l’article, ça plaira à qui voudra et ça déplaira à qui ça déplaira. J’aime pas les grand-messes de ce gere, etun dimanche de janvier, ça vous va?

    Croissant de lune.

  2. Oups. Non seulement j’ai fait erreur sur le commentateur qui a dit
    ” Bizarrement, ces ordures s’en sortent toujours, restent vivantes et ne sont jamais tuées par la police contrairement aux autres ordures (soit-disant musulmanes) ” (Samir, et non Leroy)
    … mais en plus je l’avais mal lu.
    On est d’accord en fait : je pense que certains “islamistes” sont ignoblement utilisés par les impérialistes soi-disant défenseurs des droits de l’homme, quitte à les liquider quand ils ne servent plus. Vu ce qui arrive à l’Arabie Saoudite dans la guerre au Yémen, il se pourrait même que la Saoudie soit dans cette catégorie, et disparaisse pendant que les rapaces habituels se repaîtront de ses restes !

    • L’important bien sûr, c’est que des assassins se réclamant de l’islam soient toujours considérés comme innocents par les autres musulmans, et qu’il reste toujours un soupçon. Il suffit alors d’inventer des complots et des manipulations pour avoir la conscience tranquille. Ouf !
      Les djihadistes français partis en Syrie et en Irak combattre pour leur dieu l’ont fait de leur plein gré. S’ils sont pendus pour leurs crimes, ce n’est que justice. Ils iront plus vite au paradis.
      Quant aux droits de l’homme dont vous parlez, ils n’existent pas dans les pays musulmans.

  3. “ces ordures s’en sortent toujours” ? ?
    Merah avait plutôt été liquidé, comme nombre de terroristes et de “terroristes”, auxquels la justice aurait pu (et aurait dû !) faire expliquer le montage de leurs opérations meurtrières.
    Ainsi des terroristes français en Irak sont exécutés loin de nous, sans avoir eu l’occasion de nous rappeler combien des gouvernements (dont celui de la France, avec une coupable légèreté ) ont incité et soutenu les “rebelles” contre les états libyen puis irakien et syrien.
    Pourtant, Leroy, vous avez raison pour d’autres : il y a bien des ordures qui s’en sortent toujours, notamment parce que la justice est celle des vainqueurs.

    • @CHB

      L’Arabie Saoudite, les USA, la Turquie, et la France soutiennent en effet Al Qaida. De là à rapatrier des djihadistes condamnés en Irak, il y aurait là un pas à franchir, qui serait mal perçu par les électeurs. A noter au passage le fait que les irakiens veulent bien les garder…. Si on paie. Ils peuvent rêver. Même les enfants orphelins sont rapatriés au compte goutte. Ceci dit….

  4. Qu’il reste dans sa cellule moisie, seul et oublié de tous. Faudrait pas en faire une superstar comme Charles Manson. Ça serait lui donner trop d’importance. Il vieillira seul, enfermé et oublié de tous comme le déchet qu’il est.

  5. L’effroi ? Hélas, tous les terroristes, tous, cherchent à provoquer l’effroi.
    Un des terroristes du Sri-Lanka vient d’être arrêté.

  6. Bizarrement, ces ordures s’en sortent toujours, restent vivantes et ne sont jamais tuées par la police contrairement aux autres ordures (soit-disant musulmanes)…

    • Samir, allez dites-le : c’est encore un complot américano-sioniste. Et vous êtes toujours des victimes, de pauvres moutons bêlants…
      Quant aux autres “ordures soit-disant musulmanes”, elles se revendiquaient toutes de l’islam, suscitant souvent une certaine admiration. Mais chez qui au fait ?

  7. Il n y a rien à réparer, il ne s’agit pas de réparation, il s’agit de justice.

    Cet homme
    – a hoté la vie à plus de quarante de personne,
    -violation d’un lieu du culte.
    – volontairement;
    – sa vie n’était pas en danger.

    Si on juge que cet homme doit rester en vie, on ouvre la porte à la vengeance.

    • “Si on juge que cet homme doit rester en vie, on ouvre la porte à la vengeance.”
      La vengeance sur qui au juste ?
      Vous collectionnez les énormités ma parole.

    • Water-water vous écrivez “Si on juge que cet homme doit rester en vie, on ouvre la porte à la vengeance.”. Sachez que la Nouvelle Zélande, comme de nombreux autres pays dans le monde, a choisi d’abolir la peine de mort, quelque soit l’horreur du crime commis. La justice néo-zélandaise va donc juger cet homme, mais il restera en vie… en prison

Publicité

Etats-Unis : Serein Tamimi, la première femme officier de police voilée de Paterson

Le prêtre Michel Jondot, cofondateur de la Maison Islamo-chrétienne, n’est plus