in

Consternation à Hébron : des exemplaires du Coran déchirés, puis brûlés par des colons israéliens

Sans limites, la fureur inextinguible des colons israéliens s’est tristement illustrée à Hébron, donnant lieu à une nouvelle escalade d’invasions, d’agressions et de violations profanatrices en tout point scandaleuses, à la consternation de Nidal Jaabari, directeur du département Waqf.

Selon Wafa, l’agence de presse qui s’en fait l’écho, une semaine après qu’une horde d’entre eux a fait une irruption fracassante dans la mosquée Al-Ibrahimi, souillant son enceinte sacrée de leur fanatisme religieux et de leurs provocations sacrilèges, chantant et dansant jusqu’à l’ivresse, certains ont commis publiquement l’outrage suprême : brûler des exemplaires du Livre saint de l’islam, après les avoir déchirés rageusement, aux abords de la mosquée de la vieille ville d’Hébron, assiégée, profanée et saccagée. 

Publicité
Publicité
Publicité

Clou d’un spectacle grandement offensant, cet autodafé impuni du Noble Coran, considéré par l’ensemble des Palestiniens comme un affront insupportable infligé aux musulmans et à l’islam, a suscité colère et indignation dans les Territoires occupés. 

En septembre 2021, le spectacle affligeant, intolérable de la énième invasion de la mosquée Al-Ibrahimi par les colons israéliens d’Hébron, exultant en reproduisant des rituels hébraïques :

En septembre dernier, les toutes-puissantes forces israéliennes d’occupation, déployées sur le terrain, ont empêché que l’appel à la prière retentisse depuis la mosquée Al-Ibrahimi, à plus de 57 reprises (rien de moins !), allant jusqu’à interdire son accès aux fidèles, le 26 septembre, au motif de la célébration des fêtes juives.

Comme le rappelle Wafa, la ville d’Hébron, située dans le sud de la Cisjordanie, abrite environ 160 000 Palestiniens et quelque 800 colons israéliens notoirement agressifs, qui vivent dans des complexes, aux airs de forteresses imprenables, gardés par les troupes israéliennes. 

Depuis 1967, la mosquée Al-Ibrahimi, comme tous les autres lieux saints musulmans en Palestine, est devenue une cible pour l’armée d’occupation israélienne et ses colons, dont elle est chargée d’assurer la protection. 

Dans ce combat inique du pot de terre contre le pot de fer, l’Etat d’apartheid israélien contrôle l’accès des Palestiniens à la mosquée, et ne se prive pas de barrer la route aux fidèles venus se recueillir, ni d’interdire fréquemment l’appel à la prière sous prétexte que cela dérange les colons.

Publicité
Publicité
Publicité

Devenus personae non gratae, les observateurs internationaux, qui protégeaient tant bien que mal les Palestiniens d’Hébron des 800 colons fanatisés à l’extrême – parmi eux, figure l’auteur du terrible massacre de 1994, où 30 Palestiniens furent froidement abattus lors de la prière à l‘aube – ont été expulsés, laissant le champ libre aux pires exactions à l’encontre du peuple martyr de Palestine.

Un commentaire

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Tunisie, le grand exode des médecins

L’Homme médian est la voie