in

Une foule immense aux obsèques de quatre jeunes palestiniens, abattus au lendemain de l’annonce du cessez-le-feu

Le cessez-le-feu est à peine entré en vigueur que déjà l’Etat d’apartheid israélien l’a torpillé outrageusement et effroyablement, en abattant hier, mardi 9 août, quatre jeunes palestiniens à Naplouse et Hébron, en faisant exploser leur maison, et en lançant une nouvelle vague d’arrestations massives.

Fort de son hégémonie écrasante et mortifère qui n’a d’égale que son impunité scandaleuse, jusqu’à quelle horreur culmineront les crimes de guerre d’Israël avant que la communauté internationale ne daigne s’en émouvoir ? La fameuse communauté internationale qui s’honorerait de cesser d’entonner en chœur l’antienne de la « sécurité d’Israël », tant l’épouvantable tragédie palestinienne, vécue en direct et au vu et au su de tous, en révèle, chaque fois un peu plus, l’insupportable perfidie.

Publicité
Publicité
Publicité

Une foule impressionnante a accompagné vers leur dernière demeure, à Naplouse, Ibrahim al-Nabulsi, 26 ans, chef de la branche armée du Fatah, Hussain Jamal Taha, 16 ans, et Islam Sabouh, 25 ans, et à Hébron, Momen Jaber, 16 ans, fraîchement titulaire du baccalauréat, pour la plus grande  fierté des siens. (voir vidéo ci-dessous)

L’adolescent a été touché mortellement de deux balles dans la poitrine, alors qu’il participait, armé de son seul courage et de son amour pour sa terre martyrisée, à une marche de protestation contre les assassinats extra-judiciaires commis le matin même.

Publicité
Publicité
Publicité

Momen Jaber

Laisser un commentaire

Chargement…

0

L’Espagne et le temps des Califes

Peut-on parler de compatibilité entre démocratie et capitalisme ?