in ,

Un sociologue du Qatar apprend aux maris à “battre leur épouse en douceur”. Tollé général sur les réseaux sociaux !

Le sociologue qatari Abdel Aziz Al-Khazraj n’enseigne pas comment faire de son foyer un havre de sérénité et de confiance par excellence, où se transmettent les belles valeurs puisées dans l’islam, ni comment entretenir la flamme entre les époux qui en sera le tison ardent. Non, loin s’en faut…

C’est une leçon d’une tout autre nature qu’a récemment dispensée cet expert en règlements de conflits conjugaux, plus enclin à « battre sa femme en douceur » en l’infériorisant, qu’à amorcer avec elle un dialogue constructif, sur un même pied d’égalité.

Selon Abdel Aziz Al-Khazraj qui s’en targue, grâce à ses précieux conseils, les maris musulmans, du Qatar et d’ailleurs, sauront désormais comment « discipliner leur épouse », et pas seulement en les sermonnant. Il leur recommande vivement de frapper un grand coup, histoire de montrer qui est le maître à la maison, au risque d’apparaître comme des tyrans domestiques : il faut les  «  battre en douceur », « par amour » cela va de soi…

« Chers téléspectateurs, de nombreuses personnes – en particulier les personnes mariées – aimeraient savoir comment battre sa femme. Est-il nécessaire de battre votre femme? Un homme doit-il battre sa femme tous les jours? Non », a-t-il lancé en guise d’introduction, aux côtés d’un jeune garçon qui allait lui servir de cobaye.

Publicité

Ce numéro de duettiste, particulièrement dérangeant, est monté en puissance, lorsqu’après avoir indiqué que les « coups » infligés à sa moitié doivent « être légers », le « mari devant faire ressentir à sa femme sa virilité » et à quel point elle appartient au « sexe faible », Abdel Aziz Al-Khazraj est passé de la théorie à la pratique en mettant à contribution son jeune disciple Nayef.

Et de poursuivre : « Regardez à quel point l’Islam est miséricordieux. Le Prophète a interdit de frapper le visage. Il a interdit aux hommes de frapper le visage de leur femme. Gifler le visage, frapper la tête, le nez – tout cela est interdit ! », s’est-il réjoui.

« Imaginons que Nayef soit ici … Nayef est évidemment un garçon, mais imaginons qu’il soit une femme. Comment un mari devrait-il battre sa femme ? », a-t-il renchéri. « Tout d’abord, il doit l’avertir – autrement dit, il devrait la conseiller. Ensuite, il devrait s’abstenir de partager un lit avec elle ». Et si tout cela s’avère inutile, alors le sociologue Abdel Aziz Al-Khazraj préconise d’en venir aux mains… en douceur.

L’infantilisation de la femme et la violence conjugale comme ciment du couple, telle est la leçon moyenâgeuse qui a soulevé une houle d’indignation sur les réseaux sociaux, notamment parmi les internautes masculins à qui elle s’adressait exclusivement. Ces « chefs de maison », tels que Abdel Aziz Al-Khazraj se plaît à les décrire.

Publicité

Publicité

15 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Comme quoi on peut être sociologue et n’avoir rien compris ni au coran qui trace le chemin vers l’égalité entre les hommes et les femmes, ni aux thèses sociologiques répandues sur les mécanismes de domination, notamment entre les hommes et les femmes qu’il appelle allégrement à perpetuer. Seul point positif à sa démonstration, il ne défend que la violence symbolique et pas la violence physique. A ce niveau la de bêtise, c’est toujours ça de pris.

    • Je ne suis pas de votre avis. Je synthétise, mais il dit quand même que la femme qui se fait tabasser, c’est qu’elle aime la virilité chez son homme. 3m03s : “by nature they like violent and powerful husbands”. Et ce qui suit est quand même une explication/excuse pour ceux qui frappent leur femme avec violence.

  2. “les coups, les coups, les coups ….”
    coup de fouet, de pied, de brindilles, tout semble se résoudre ainsi depuis la nuit des temps.
    Bien entendu, ce sont toujours les hommes qui les donnent, et les femmes qui les reçoivent
    (un peu les enfants, les vieillards, et les animaux aussi, il faut bien faire bonne mesure)
    La Divinité les agrées puisque c’est dans le livre ( certains, pas tous, ça dépend du contexte et des circonstances)
    s’ils devaient être tous rendus, il n’y aurait plus un mâle vivant à la surface de la planète !
    Bravo messieurs, quelle vaillance, quel courage, quelle dignité !
    Le genre humain est fier de vous.

  3. même si l’info est vrai, je suis surpris que Oumma.com relaie les informations d’un institut (memri) qui est qualifié par des médias américains comme étant proches de l’ultra-droite israélienne. je vous invite à aller consulter leur site et vous constaterez par vous-même à quoi ça correspond.

  4. Encore un qui a tout compris…
    Selon la tradition, le tentateur a tout essayé en vain pour que Job dise quelque chose comme « il y en a marre de la maladie et des épreuves ininterrompues », ou encore une formule valant association –shirk- attribuant le pouvoir de guérison à qui que ce soit ou quoi que ce soit d’autre que Dieu ou enfin – comme le dit la bible- qu’en essayant de se disculper de l’accusation de punition divine méritée, il laisserait entendre que Dieu était injuste avec lui.
    Devant l’échec, le diviseur alla tenter l’épouse de Job, elle qui avait tant enduré pour le prendre en charge dans sa maladie et pour le soutenir dans toutes ses épreuves. Et alors dans un moment de faiblesse elle vint à job et essaya de le convaincre de la même chose, ce qui le mit hors de lui au point qu’il fit le serment que si Dieu le guérissait, il lui donnerait cent coups.
    وَاذْكُرْ عَبْدَنَا أَيُّوبَ إِذْ نَادَىٰ رَبَّهُ أَنِّي مَسَّنِيَ الشَّيْطَانُ بِنُصْبٍ وَعَذَابٍ (41)
    ارْكُضْ بِرِجْلِكَ ۖ هَٰذَا مُغْتَسَلٌ بَارِدٌ وَشَرَابٌ (42)
    وَوَهَبْنَا لَهُ أَهْلَهُ وَمِثْلَهُم مَّعَهُمْ رَحْمَةً مِّنَّا وَذِكْرَىٰ لِأُولِي الْأَلْبَابِ (43)
    وَخُذْ بِيَدِكَ ضِغْثًا فَاضْرِب بِّهِ وَلَا تَحْنَثْ ۗ إِنَّا وَجَدْنَاهُ صَابِرًا ۚ نِّعْمَ الْعَبْدُ ۖ إِنَّهُ أَوَّابٌ (44)
    [41] Rappelle-toi aussi Notre serviteur Job lorsqu’il adressa à son Seigneur cette plainte : «Satan ne fait que m’accabler de tourments et de tortures !»
    [42] – «Frappe le sol du pied !, lui fut-il dit. Voici une source d’eau fraîche pour te laver et étancher ta soif !»
    [43] Et Nous lui rendîmes sa famille, deux fois plus nombreuse qu’elle n’était. Ce fut là une miséricorde de Notre part et un rappel pour les gens doués d’intelligence
    [44] Nous lui dîmes encore : «Prends une gerbe de brindilles, frappes-en ton épouse, pour ne pas violer ton serment .» Et Nous trouvâmes en lui un homme plein de patience dans l’épreuve et un excellent serviteur toujours enclin au repentir.

  5. virilité est une chose, violence est une autre chose.
    C’est le principe des vases communicants, quand la violence dans le couple augmente , la virilité diminue et vis versa.

    De nos jours, à force de voir du nu partout, on crée la violence pour réveiller la virilité.

    On applique le principe de complémentarité sur un navire, parce que avec deux commandants de bord, le navire coule. Pas de principe de comparaison sur un navire.

    Par contre, on applique le principe de comparaison dans un couple, et on se demande pourquoi la famille se dissocie.

    • @Water

      “De nos jours, à force de voir du nu partout, on crée la violence pour réveiller la virilité.”

      Merci de bien vouloir prouver cette affirmation.

      • On connait une chose par son contraire. Prouver moi le contraire de mon affirmation.

        Dans ce monde moderne, l’homme devient soi féminin, soit inhumain.
        Sil est féminin, il devient suicidaire.
        Sil est inhumain, il devient violent.

        Dans les deux cas, il a besoin de violence pour exister entant qu’homme.

        • @Water

          Les indiens d’Amazonie vivent nus, tout comme nos ancêtres chasseurs cueilleurs, et tout comme eux, ils ne sont pas du tout violents. Les meurtres, guerres et autres pogroms sont le fait des civilisés. Je pense aussi que la frustration sexuelle joue un rôle déterminant dans l’agressivité. Les hippies l’avaient bien compris à travers leur slogan: “Faites l’amour, pas la guerre”.
          Enfin, je ne vois pas pourquoi un homme deviendrait suicidaire en exprimant sa part de féminité. Quant aux femmes qui expriment leur part de masculinité, elles ne sont, ni déviantes, ni incapables de vivre avec des hommes, bien au contraire. Dans un univers apaisé, ces hiérarchies n’ont plus lieu d’être. Encore faut-il que l’homme considère sa maîtresse ou son épouse pour un être humain, ce qui est rarement le cas chez les religieux.
          Dernier point, je me demande quels diplômes a passé ce “sociologue”. Cette vidéo ridicule exprime tout sauf une quelconque compétence en sociologie. Ceci dit, Il est vrai que Memri* ne prise pas vraiment les musulmans. Il suffit de creuser un peu pour dénicher le propos bien clivant, façon Quaradawi, ou Imam de Brest. Mais ces propos ne sont pas forcément représentatifs des opinions majoritaires.
          *Memri est un site sioniste sérieux, mais partial. Pas de fake news, mais beaucoup de sélection des sujets traités.

          • Femmes qui expriment leur part de masculinité.
            Hommes qui expriment leur part de féminité.
            Dans quel monde vous vivez ?

            C’est pourtant facile pour ne pas se tromper. Je ne peux pas vivre sans féminité parce que je suis un homme.

            La religion n’a rien à voir, seul dieu est juge pour la religion.

            Il n y a qu’un seul problème : la morale.
            Pour vous la morale est une valeur qui évolue tout le temps.
            Pour moi , c’est une constante de la nation humaine, le communs des mortels.

  6. Merci pour votre article qui montre comment on peut dévoyer une religion. Je connaissais cette vidéo. Et dire que le Qatar finance l’islam en France. A mon avis ce n’est pas par confraternité ou altruisme. Mais bon je dis ça je ne dis rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

La justice confirme le droit de travailler voilée dans le secteur privé

La mosquée décorée de Travik retrouve son éclat, 20 ans après l’effroyable guerre de Bosnie-Herzégovine