in

Maroc: Des ânes et des moutons errent dans plusieurs quartiers de la ville de Kenitra

Au Maroc, Kénitra est connue pour être un des poumons verts du pays. Une image qui risque de se dégrader  à cause d’un phénomène qui prend de l’ampleur : depuis quelques année, des ânes et des troupeaux de vaches, des chèvres, de moutons errent dans plusieurs quartiers de la ville, défigurant le paysage urbain et suscitant l’inquiétude des habitants.

Publicité
Publicité
Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. C’est pas les moutons qui envahissent la ville, c’est la ville qui a envahi les champs. Les communaux ont été lotis, les agriculteurs condamnés à la ruine et au bidonville. Ils ne reçoivent pas d’indemnisation, puisque les terres étaient en commun. Peut-être un terrain de 100 m2, et pas les moyens de construire une maison, et pas de place même pour un potager. Les bêtes fouillent les poubelles parce qu’elles n’ont rien d’autre.
    Le poumon vert? Dans les quartiers riches, il y a des fleurs et des arbres, et les ordures sont protégées des animaux par des conteneurs solides et ramassées régulièrement. les gens appellent ces quartiers les “quartiers des voleurs”.

  2. Je n’étais pas au courant que Kenitra était le poumon vert du Maroc. C’est une ville typique du Maroc moderne : urbanisme anarchique, bidonville, aucun espace vert, terres agricoles fertiles en train d’être urbanisé. Il faut faire une quinzaine de kilomètre pour trouver des champs vergers et une belle forêt… Ce qui n’était pas le cas il y a quelques années.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

La mosquée décorée de Travik retrouve son éclat, 20 ans après l’effroyable guerre de Bosnie-Herzégovine

Foi et raison : la recherche de la connaissance