in

Un célèbre musée de Washington inaugure l’exposition “L’Art du Coran”, à deux semaines de l’élection présidentielle

Alors que la date cruciale du 8 novembre approche à grands pas, sonnant la fin de la récréation politicienne entre Donald Trump et Hillary Clinton, et d’une campagne présidentielle délétère qui aura mis à mal la concorde nationale comme rarement auparavant, le célèbre musée de Washington, la Freer et Sackler Gallery, réputé pour sa collection de chefs d’œuvre de l’art asiatique, dévoile au public la grande exposition qui fait sa fierté : plus de 60 exemplaires anciens du Coran et de textes sacrés issus du Moyen-Orient, de Perse, de Turquie et d’Afrique du Nord, considérés comme de purs joyaux pour l’esthétisme et la finesse de leur calligraphie, seront un enchantement pour les yeux et une source d’enrichissement inépuisable pour l’intelligence.

Fidèle à sa vocation première – à savoir éclairer, voire émerveiller les esprits – ô combien essentielle à l’heure où l’exacerbation de la haine de l’altérité électrise le débat public, flatte les bas instincts et obscurcit le discernement, la Freer et Sackler Gallery, l’institution phare de la Smithsonian qui regroupe les musées nationaux américains, se réjouit de faire mentir les démagogues de la pire espèce, en particulier Donald Trump, en leur apportant la contradiction la plus lumineuse qui soit.

« Un spectacle grandiose, un festival de couleurs rehaussé par des motifs ciselés et ornés d’or », s’est enthousiasmé le directeur du musée, intarissable pour vanter les qualités et les vertus pédagogiques de l’exposition « L’Art du Coran », à la veille d’accueillir les premiers visiteurs qu’il espère voir s’extasier devant ces manuscrits d’une valeur inestimable, prêtés pour 47 d’entre eux par le Musée des Arts turcs et islamiques d’Istanbul, et notamment devant l’une des pièces maîtresses : des fragments d’un parchemin du Coran datant du VIIIème siècle, sur lesquels les sourates sont magnifiées par des calligraphies à l’encre illuminée d’or.

« Nous voulions vraiment montrer la variété des manuscrits. Aujourd'hui, quand on regarde un Coran, il semble toujours identique. Ce qui est remarquable ici, c’est l'incroyable variété des exemplaires présentés, sur le plan de la taille, de l'échelle, des textes … Surtout quand on songe que le Coran est le même texte copié maintes et maintes fois », a souligné Massumeh Farhad, le conservateur en chef de l’exposition, lors du point presse. 

Conviés à remonter le temps sur les traces de l’islam, en s’imprégnant de la beauté de ses trésors coraniques insoupçonnés, à deux semaines de l'élection qui décidera de leur avenir, les Américains, attendus par centaines de milliers dans la Freer et Sackler Gallery, auront là une magnifique opportunité de donner la primauté à la Connaissance sur l’ignorance dans laquelle on les maintient à dessein.

  

« Notre mission est de promouvoir la compréhension et de veiller à sa bonne interprétation. Cette exposition ouvre ses portes à un moment très opportun pour permettre au public américain d'avoir une autre image de l'Islam, d’en savoir plus sur l’infinie richesse de son patrimoine civilisationnel, artistique et culturel. Cette exposition a été conçue pour privilégier le dialogue entre les cultures et construire des ponts », a déclaré Richard Kurin, directeur adjoint de la Smithsonian pour les musées et la recherche, renchérissant : «  Les tensions et les malentendus au sujet de l'Islam sont allés crescendo au fil des mois. Aussi, si nous pouvons contribuer à rétablir la vérité et apaiser les choses grâce à cette exposition, alors nous aurons véritablement accompli notre mission ».

Aussi utile, enrichissante et précieuse soit-elle, l’exposition « L’Art du Coran », abritée par la prestigieuse Freer et Sackler Gallery, n’aura malheureusement pas le pouvoir de proposer aux électeurs américains une autre voie que celle de devoir choisir entre deux maux, le moindre : soit Donald Trump, soit Hillary Clinton…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un général israélien raconte l’apport de Hassan II dans la victoire d’Israël lors de la guerre de 1967

Le magnifique documentaire de la BBC “Science et islam” enfin en Français (vidéo)