in

Si je devais retenir deux choses de la pensée de René Guénon en 2022 ce serait quoi ?

Gardons le cap ! Il ne faut pas nous laisser distraire par les attaques répétées des médias français en direction des populations musulmanes présentes en France. Cela fait 30 ans que ça dure, depuis, je m’étonne toujours de voir encore des musulmans s’offusquer de cet état de fait en n’ayant pas déjà, le cuir tanné. 

Les musulmans sont depuis longtemps ce « gri-gri » des politiques français, qui les aide à réorienter les frustrations d’une société française qui se sait de plus en plus déclassée sur le plan européen et mondial ; souvenons-nous de l’affaire des contrats des sous-marins avec l’Australie, où l’intelligence économique française n’a rien vu venir des redoutables commerciaux anglo-saxons. Cette stratégie de la diversion est là uniquement pour occulter les véritables coupables. La seule solution donc, de la classe politique française, pour ne pas avoir à répondre devant son peuple de ses échecs répétés depuis 40 ans, est de désigner malignement son bouc-émissaire pour lui mettre sur sa tête tous ses péchés et ses malheurs pour l’excommunier dans le désert et le condamner à la « remigration ». C’est ça l’exception française.

Devant cette ruse aussi vielle que la politique, soit on continue de se lamenter soit on cherche à s’édifier. Le Coran propose la seconde solution : «si vous patientez et restez dans la piété, leur méchanceté ne vous atteindra pas ». Nous ne cessons de le répéter dans nos articles, pour fortifier notre regard et notre intelligence nous avons besoin d’avoir certaines clefs d’analyse nous permettant d’ouvrir de nouvelles perspectives

Publicité

Pour trouver ces clefs de compréhension nous avons et pouvons utiliser, notamment, la métaphysique critique d’un météore de la pensée contemporaine qu’a été René Guénon alias Abdelwahid Yahya (m.1951). Sa pensée a occupé, discrètement mais solidement, la première moitié du 20ième siècle et repose sur une métaphysique orientale revendiquée et assumée. Son œuvre est à la fois une théorie de la connaissance avec sa notion de « l’intellectualité pure » et une critique radicale de la modernité qu’il a volontiers réduit à …rien

Concernant « l’intellectualité pure » sa définition est simple : tout ce que je sais doit se rattacher au Principe et à une révélation – si je raisonne sans un donné révélé et donc, sans le Principe, cela ne relève pas de l’intellectualité pure mais du pur sentimentalisme. Voilà qui a le mérite d’être clair !

Quant à sa critique de la modernité elle est encore plus simple : la modernité, qui est un pur produit occidental, s’est construite contre la métaphysique authentique en faisant de « l’homme la mesure de toute chose ». Pour lui, en Occident, la métaphysique a existé durant la période médiévale puis elle a cessé à la « Renaissance » qui est pour Guénon plutôt une « Nécromance » (la mort de la civilisation occidentale). Sans métaphysique, la modernité ne pourra générer qu’une société infra-humaine où l’individu ne cessera de régresser et ce jusqu’à sa complète dissolution. Sa critique de la modernité est avant tout une destruction du concept de « progrès » né au 19ième siècle. Pour Guénon, le progrès est non seulement une mystification (aujourd’hui l’expérience lui donne raison) mais il est aussi et surtout, un concept subversif car il infuse dans les populations l’idée que l’homme avance alors qu’il recule littéralement ; on le voit aujourd’hui avec les crises successives et les impasses. 

Publicité

Les sociétés traditionnelles avant la naissance du mythe du progrès regardaient en arrière pour honorer les anciens et fortifier leur base. Avec le progrès, naîtront les utopies et les sociétés modernes rompront avec la perpétuation des héritages. Le Coran grâce au Dhikr, qui est une véritable faculté de réminiscence permettant le surgissement du Réel ici et maintenant, insiste sur la remémoration du Permanent tout en promettant à l’humanité qu’elle connaitra des phases de transformation. Le Coran insiste sur cette promesse que l’on peut tout à la fois rester fidèle à la Tradition, sa métaphysique et son éthique, et régénérer l’homme et la société ; on peut être rattaché au Principe et être en mouvement.

Mais s’il y avait deux choses à retenir de la pensée de Guénon, pour nous, musulmans de 2022, ce serait à mon sens :

1 – Cette idée que la modernité n’est pas neutre. En effet, des choix philosophiques décisifs ont été pris à la fin du 15ième siècle et notamment, l’exclusion du sentiment (qui n’est pas le sentimentalisme) de la cité pour le remplacer par le calcul froid et les courbes géométriques. Ce sera, depuis cette date, une attaque des éléments constitutifs de la vie que sont la métaphysique, l’éthique et l’esthétique.

2 – et cette affirmation qui prophétise que dès lors qu’il n’y a pas de métaphysique authentique qui structure la société, nécessairement il y surgira en son sein le sentimentalisme, c’est-à-dire la société des points de vue et de l’opinion

Alors, la modernité ce n’est pas la technique. Les avancées technologiques en soi ne sont rien dans la perspective guénonienne, c’est l’usage qui leur donne leur raison d’être. Mais en quoi ces deux affirmations peuvent-elles nous aider, nous autres musulmans, pour notre propre édification et compréhension du monde ? Déjà, elles nous rappellent qu’il est impératif de remettre au cœur de la transmission spirituelle/intellectuelle la métaphysique. On le voit, sans métaphysique c’est le sentimentalisme qui nous anime. Le wahhâbisme est un pur sentimentalisme puisqu’il exècre et combat la métaphysique musulmane et en cela, il est un pur produit de la modernité et n’appartient donc pas à la famille des traditions religieuses monothéistes. Lorsque ce nihilisme moderne qu’est le wahhâbisme use et abuse du Coran et du Prophète ce n’est que par pure subversion (bid’a). 

Enfin, le fait de savoir que la modernité a fait des choix philosophiques décisifs qui s’inscrivent en faux contre ce qui constitue la vie de la religion, cela obligera le musulman à identifier en lui ce qui relève de la modernité et ce qui relève de la tradition. Le musulman moderne, malheureusement, est devenu une dangereuse hybridation ; il est construit pour une grande part, par la modernité et d’autre part, par la tradition, ce qui freine considérablement son potentiel comme être métaphysique. Aussi, nous n’avons plus le temps de nous lamenter sur ces attaques politico-médiatiques (qui ne cesseront plus d’ailleurs) car elles participent à notre dispersion et repoussent toujours à demain le travail que nous aurions déjà dû entreprendre hier.

Publicité

Publicité

28 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Salam C2L,

    Je n’ai rien à dire à ceux qui vivent un acte islamophobe si ce n’est de le dénoncer et d’aller déposer plainte s’il y a des faits avérés d’agression …

    Je ne suis pas un guide juste une personne qui cherche à éclaircir certaines notions théologiques…

    Par contre je précise car je ne l’avais pas fait parce que je n’y voyais pas d’intérêt : le cheikh Al Azhar actuel Mohamed Tayeb n’a jamais condamné la pensée de Guénon sachant bien que son illustre prédécesseur cheikh Al Azhar Abdelhalim Mahmoud a consacré un livre sur la pensée de René Guénon… Mohamed Tayeb comme ses prédécesseurs prévient juste contre la pensée new age qui est un syncrétisme dangereux … voilà tout !

    René Guénon est et restera un des plus grands métaphysiciens musulmans de la première moitié du 20ième siècle … avec Burchkardt, Schuon et Ivan Aguéli !

    Donc lisez du Guénon sans craindre d’être un mauvais musulman pour autant …

    Hakim FEDAOUI

  2. Hakim Fedaoui, vous avez déjà dit quoi s’agissant de cette affaire d’écossystème que des Musulmans ne respecteraient pas quand ça touche pas leur propre sph_ère, famille, amis et voisins, et ceci étant mus par un acharisme mal compris? Si vous l’avez dit et redit, moi je ne l’ai pas compris et en fait, personne ne l’a compris à part vous, faites excuses, je l’ai déjà dit n’est pas un argument, vous n’êtes pas une source de référence telle qu’il suffit que vous prononciez pour que ce soit définitif, donc je l’ai déjà dit, pour moi ça ne marche pas ni pour personne et je défie qui que ce soit ici de s’en expliquer à votre place. L’aveu d’une bourde vous coûte autant?

    Cela d’une part, mais d’autre part, que diriez-vous à des enseignantes qui se plaignent d’agressions verbales et harcèlements scolaires envers les enfants de Musulmans et de mères d’élèves? A part fortifiez-vous intérieurement, vous leur dites quoi. Ces choses dont on ne parle pas, qu’on occulte et dont on ose çà peine se plaindre, jamais lors des émissions radios d’entretien avec les auditeurs à caractère psychologique par exemple ou très rarement alors qu’on se plaint de tant de vétilles, vous dites quoi à ces gens? Est-ce que l’occultation d’un mal et la timidité qu’on ressent quand on le fait connaître à haute voix n’est pas le signe de la gravité et de la récurrence de ce mal? Ou ce sont des choses trop terre-à-terre et ça vous concerne pas?

    Quant à René Guénon, d’accord, il a découvert pensez-vous le premier cette tradition initiale, bien que j’en doute, mais ne vous suffit-il pas que le Coran la suggère? Et quoi de pratique à en tirer, je veux dire par là, validez-vous cheikh Al Azhar au sujet du prétendu dine Abrahamique, enfin? La question est simple, des Musulmans vous lisent, vous leur devez la clarté!

    Croissant de lune.

  3. Salam C2L,

    Toutes les réponses à vos questions sont dans l’article…mais aussi dans l’excellent commentaire de Najib qui prolonge l’article. De René Guénon il s’agit de bien comprendre qu’il parle au niveau des principes (ne veriatur)… c’est le noyau commun à toutes les traditions religieuses qu’il faut assimiler mais dans l’incarnation il faut s’inscrire dans une tradition … pour ce qui nous concerne il s’agit de l’Islam. La plus complète et harmonieuse reste l’Islam matinal selon moi.

    Surtout au-delà de s’habituer aux attaques du monde politico-médiatique français le message à retenir c’est de rester sur le sentier et de fortifier, pour cela, sa conscience pour ne pas se perdre dans des théories fumeuses émanant du monde moderne.

    Alors je l’avais déjà dit : il faut reprendre la vingtaine d’articles dans l’ordre pour comprendre l’ego-système islamique.

    Ma’aslam
    Hakim FEDAOUI

  4. Salam Hakim Fedaoui.

    Nous attendons vos réponses, à différentes questions touchant à votre auteur si bien présenté et à l’article lui-même.

    Première question, la plus importante, quid du dine dit Abrahamique que suggère cette tradition primordiale? Ce dine fait parler de lui, universel ou fusionel,
    je ne sais pas, quid de l’objection de cheikh Al Azhar? Non pas que j’aime cette institution qui fabrique des fatouet sur réquisition du pseudo-maréchal,
    mais le frère Najim nous invite à prendre la vérité d’où qu’elle vienne, il y a donc une probabilité non nulle que le cheikh Al Azhar ait opposé une objection
    fondée à ce fameux dine dit Abrahamique. Sans sortir d’Al Azhar, la lecture du Coran ne va pas dans le sens du dine Abrahamique actuellement promu, au
    contraire, si Allah l’eut voulu, il eut fait des gens une seule communauté. Que le Coran assure qu’a existé ce dine primordial est une chose, en tirer
    la conséquence de rechercher ce dine en est une autre, où est-ce que ce retour est prescrit ou permis?

    Deuxième question, le Musulman peut-il suivre René Guénon dans son apolitisme, et que signifie apolitisme sinon très souvent et en ce temps-là, se garder
    de toute aventure en bon conservateur ou réactionnaire soucieux de ses intérêts bourgeois? Comment a-t-il fait votre excellent auteur pour échapper à la
    conscription lors de la dite Grande guerre, qui n’a épargné en France que rarement les foyers? Mauvaise santé, ou des bras assez longs, ou talent de simulateur,
    parce qu’en ce temps-là, échapper à la conscription relevait de l’impossible? Aucune participation aux luttes sociales nombreuses, ça le perturbait, il
    préférait planer? A-t-il commenté l’affaire Dreyfus ou l’assassinat de Jean-Jaurès et le scandale judiciaire qui l’a suivi, c’était trop terre-à-terre
    pour lui?

    Question sur votre article, vous l’introduisez en vous souciant du sort des Musulmans de France qui devraient s’y habituer et se tanner le cuir. Sauf que
    ce n’est pas qu’en période électorale, mais ça vous le savez, ça remonte à plus de trente ans, aux années 1980 sans problème. Et donc, cette guerre, intellectuelle
    et médiatique si on veut est aussi une guerre psychologique. Ses effets psychiques ou psycho-somatiques vous en faites quoi, les gens fragiles, sensibles
    à la douleur, les femmes et les enfants peuvent-ils se tanner le cuir comme vous dites et s’il n’y arrivent pas, on fait quoi? Je suis praticien de santé,
    je vois passer du monde, cette situation anti-Musulmane ou Islamophobe comme on voudra la nommer, des enseignants m’en ont parlé, des mères d’élèves et
    vous savez quoi, plutôt des mères d’élèves converties qui ne comprennent pas cette situation de résignation que vous qualifiez de cuir tanné, vos remèdes?
    Est-ce que vous évaluez vraiment le mal fait aux Musulmans en France ou le sous-évaluez-vous? Parce que vous êtes autrement exigeant quand vous faites
    de la psychologie des profondeurs, vous vous souvenez des effets anti-écologiques de certaine théologie acharite mal comprise, vous étiez sérieux? Ou bien
    est-ce l’impunité générale qui vous a autorisé comme ça en passant, au détour d’une phrase, d’un paragraphe d’accabler les Musulmans de cette accusation
    irrationelle restée sans explication convaincante jusqu’à présent? Cet élément seul ne suggère-t-il pas que vous sous-évaluez le mal des Musulmans dont
    il n’est pas permis de se plaindre? Non parce que moi, une mère d’élève convertie, révoltée de cet état de chose, ça me fait mal, ça me coupe le souffle,
    ça me révèle que nous nous sommes trop habitués à endurer, à nous résigner, s’il y a donc une souffrance malsaine c’est celle-là dont on ne se plaint pas,
    parce qu’on n’ose pas, parce que ça n’est pas socialement admis, laquelle situation de résignation peut avoir en effet des conséquences fâcheuses, mais
    ça vous le savez, plutôt que votre acharisme mal compris. Si vous avez des remèdes autres que la sous-évaluation du mal, son éludation, eh bien levez-vous,
    mettez-vous debout et donnez vos sollutions. Moi je n’en ai pas, je n’en trouves pas, voyez-vous, vous avez le droit de répondre que vous ne savez pas,
    mais alors de grâce, laissez les Musulmans souffrir seuls et endurer comme ils peuvent sans réveiller leurs plaies.

    Répondez bien cette fois, on ne peut pas continuer comme ça, le remède est-il dans René Guénon, sinon pourquoi en parlez-vous. N’éludez pas, n’évitez pas
    les questions, pas de généralités dans lesquelles s’évadent souvent ceux qui sont confondus mais ne savent quoi dire.

    Croissant de lune.

  5. Je vous trouve un peu avare Croissant de lune. Culture d’islam ne suffirait pas à un si grand esprit comme celui de Guenon.
    Ajoutons lui l’émission du dimanche matin. Mais du coup, à quelle heure passerait-il? A l’heure du bouddhisme, du judaïsme, de l’islam ou du christianisme? Nous voilà face à un dilemme 🤔

  6. Salam Najib,

    merci pour cette réponse complète et argumenté , la je vous rejoint complètement sur cette idée d’arrêter d’attribuer à l’islam des notions ou des objectifs qui lui sont étranger (humanisme , rationalisme, féministe, démocratie, ) que beaucoup d’intellectuels tentent de lui attribuer.
    Je dis toujours que sa vocation première est le ” monothéisme pure” voilà l’islam originel. L’islam n’a pas été envoyé pour les droits de l’homme ou pour la laïcité ou autre chose.

    Cependant, je pense qu’il faut s’attacher à cette Métaphysique, mais a côté de cela , sans renier “notre rationalité, notre humanité également ” ou sinon que serions nous ? Des machines depouillé de sentiment et de logique ? Vous comprenez la nuance ?

    Islam originel oui et non. Le monothéisme pure est pour moi l’islam originel. Mais penser ou adhérer au paradigme et à la vison du monde qu’avait les première générations de musulmans est simplement insensé.

    La pensée musulmane reste ouverte et accessible à tous du moment que le dogme et l’éthique sont respecté . Quant à l’idéologie ou la vison du monde, elle reste subjectif, personnel et variable dans le temps.
    Les prophètes ont enseigné le même dogme, la même éthique , mais n’avait pas la même vision du monde.

  7. Salam,
    Qui a dit que la pensée de René Guénon portait sur la pensée musulmane ? La pensée de Guénon se situe au niveau du noyau de ce qui fonde La religion. Les religions, y compris l’Islam, ont été colorées par la culture dans laquelle elles s’expriment et les traditions qui les étouffent. Cette coloration constitue une dénaturation du message d’origine qui constitue le socle commun de toutes les spiritualités. Message qu’il faudrait rétablir dans sa rectitude originelle. C’est pourquoi « les religions en général sont mauvaises, mais la religion ne l’est pas. » (Gödel). La pensée de Guénon tente de nous faire accéder de nouveau à ce noyau constitutif et inoxydable de La religion. Et ceci n’a rien de sorcier.

    De plus, (c’est là où l’apport son apport devient intéressant) Guénon s’est intéressé aux causes de cette dénaturation que sont : l’humanisme philosophique matérialiste, le rationalisme, l’individualisme, le relativisme, le naturalisme… qu’il analyse, critique et réfute dans « La crise du Monde moderne ». Car l’esprit moderne s’assimile à bien des égards à la sortie de la religion. La pensée de René Guénon s’attaque aux faux paradigmes (confusion, inversion, subversion… des puces dangereuses) qui dénaturent en polluant la pensée humaine nécessairement métaphysique. Car Il n’y a pas de vraie pensée sans métaphysique. Cela déplaît beaucoup aux athées et aux spiritualités New Age. Guénon a réhabilité la métaphysique et la Tradition (à distinguer des traditions d’où le T majuscule) mieux que certains de nos chouyoukhs et mieux que certains de nos intellectuels religieux. Métaphysique et Tradition sans lesquelles la pensée devient jactance et suffisance.

    C’est dans « La Crise du Monde moderne » et dans « Le Règne de la Quantité » (prolongement doctrinal du premier), entres autres livres, qu’il passe au crible d’une analyse fine et sans pitié tous les « ismes néfastes » qui faussent justement le rapport à la pensée. Ce sont les ismes néfastes qu’il dénonce qui assassinent la pensée et à leur tête le rationalisme et ses effets individualistes. Le rationalisme est la maladie de la raison qui outrepasse ses droits. La raison rationaliste justement s’occupe des “cadavres de la pensée”. Et c’est le rationalisme l’assassin. Il tue, embaume et enterre la pensée quand il ne la réduit pas en cendres.

    Guénon a mis au jour ce « noyau génératif » commun aux véritables religions/spiritualités. Il lui a permis de renaître de ses cendres tel le phénix dans une période marquée au fer rouge de l’humanisme (négation de tout principe suprahumain), du scientisme, du positivisme, du relativisme et autres ismes nocifs. Il l’a réinscrite dans son terreau d’origine en lui insufflant de l’esprit et du souffle. Il a rétabli la Tradition dans ses droits après les dégâts de la pensée positiviste et scientiste. Sans métaphysique, il n’y a pas de pensée. Il n’y a que l’illusion verbale et les jeux de mots, il n’y a que des systèmes « filousofiques » (ce jeu de mots est issu de Victor Hugo) qui sont des prisons conceptuelles où l’on emmure la véritable pensée. Le « filousophe » n’est qu’un garde-chiourme. Il est le gardien de son propre système-prison. On n’a même pas besoin de réfuter les filousophes car leurs systèmes s’annulent mutuellement. Ils n’existent que par/dans la contradiction, souvent forcée ou tirée par les cheveux. Guénon a bel et bien, et à sa manière, redorer le blason de la religion malgré les incessantes attaques positivistes et scientistes de sa période.

    La pensée de René Guénon a remis les pendules à l’heure de l’éternité par sa critique de tous les “ismes” néfastes et surtout par sa critique de la modernité en soulignant à titre d’exemple, que « le dépôt des connaissances traditionnelles se dérobe et se ferme de plus en plus strictement devant l’envahissement de l’esprit moderne. » Il s’ensuit que « l’homme moderne, après avoir mécanisé le monde qui l’entoure, ne vise-t-il pas à se mécaniser lui-même de son mieux […] » L’on comprend mieux pourquoi les filousophes mettent en avant la technicité de leur jargon. De plus, le transhumanisme ainsi qu’Elon Musk et ses puces qu’il veut greffer dans le cerveau humain lui donne entièrement raison. « L’homme-machine » de La Mettrie est bientôt parmi nous. C’est à ce niveau que la critique de Guénon est pertinente et fait le plus mal puisque Guénon n’a écrit ni traité de fiqh, ni traité de théologie, ni… Son apport est d’un autre ordre ; ordre que je crois avoir expliqué sans esprit polémique aucun. L’honnêteté intellectuelle suppose l’objectivité.

    La plupart des intellectuels qui jouent au religieux et des religieux qui jouent à l’intellectuel ne sont pas capables de porter l’estocade à ce niveau de compétence et de pertinence. De chacun donc selon ses compétences et aptitudes. Gloire soit rendue à René Guénon qui dénonça le traditionalisme, l’intuitionnisme, le néo-spiritualisme et tous les ismes pernicieux et insidieux cités plus haut et la liste est longue ! Quant à sa critique du monde moderne dans ce qu’il a de séparateur, c’est-à-dire de diabolique, elle reste, à mon sens, inégalée ! De plus, la pertinence n’est l’apanage de personne puisqu’elle peut être le fait de quiconque, c’est-à-dire de tous autrement Mohamed (ç) ne nous aurait pas dit de puiser la sagesse peu importe le récipient d’où elle sort. Et il y a de la sagesse chez Guénon, en effet, comme chez bien d’autres également.

  8. Salam mouhib,

    nous ne pourrons jamais mettre d’accord tous les musulmans sur la notion de “pensée musulmane” celle de Iqbal, était différentes de celle de Al afghani, ainsi que celle de arkoun, etc , chacun avait leur référentiel de pensée.
    Pour l’anecdode , il y a quelques années je travaillais dans une mosquée , bénévolement, nous avions acceuilli un imam qui arriva de Constantine. En découvrant la société et à la vue de la propreté, de l’ordre, et des droits humains , ils nous dit, tous est islamique ici !
    Donc voilà, c’est aussi une question de perception , de vision des choses . Je pense au fond que nous n’avons pas forcément besoin d’un nouvelle pensee musulmane , mais plutôt de faire évoluer “notre” regard des choses. L’éthique musulmane est dans un sens universelle , à nous de la faire converger avec notre société.

    René Guénon avait, au fond, sa perception des choses , qui n’est pas la votre , je comprend , mais cela ne se décrète pas , et ne se rejette pas, discuter , comprendre le point de vue des autres, voilà aussi notre réforme.

    Cordialement .

  9. Ah mon frère Mouhib, c’est pas gentil lol. Mettre René Guénon dans les livres de développement personnel et de folklor? S’il était contemporain aujourd’hui, il passerait souvent dans l’émission dénommée “Culture d’Islam” sur France-Culture, le ton y est très relaxe, c’est le dimanche matin, c’est cool comme une carte postale, l’animateur ne ferait pas mal en guide touristique. Eh oui, digne de “Culture d’Islam” et toi tu le places dans le folklore? Vas falloir que le frère Hakim Fedaoui argume vraiment alors, il a trouvé deux choses à retenir, il a écrit deux choses, oui en glanant bien, pourvu qu’il se trompe pas. Mais allez, allez notre frère Mouhib, est-ce que le principe du bon soupçon poussé au maximum permettrait d’écrire qu’il y a peut-être une ou deux choses mais qu’on ne sait pas où?

    Le pauvre Djeser va pleurer en lisant comment tu ranges René Guénon. Probabilité, je dirais que probablement tu as raison, auteur prolixe, littéraire plaisant qui se tenait bien dans les sallons et milieux Parisiens des débuts du vingtième siècle, charmant avec ça, un mondain quoi, aujourd’hui effectivement c’est tout droit dans le développement personnel ou dans “Culture d’Islam”. C’est pas déjà si mal!

    Croissant de lune.

  10. @Croissant de lune,

    J’ai utilisé la référence du cheikh al-azhar pour répondre avec une référence du même poids donnée par Hakim. Et si l’actuel cheikh al-azhar (comme des personnalités de l’Eglise) a condamné cet appel à une “religion abrahamique” (donc monothéiste), je vous laisse imaginer ce qu’il penserait de ces doctrines asiatiques.

    En ce qui concerne mon point de vue personnel sur R. Guenon, c’est un bricolage qui a produit une doctrine qui se veut supérieure et englober toutes les religions dans une vaste religion qu’ils appellent la “Tradition primordiale”, hors temps, immobile et ailleurs, au dessus de tout. Comment la définir? C’est tout ce qui n’est pas notre monde à nous depuis des siècles, notre “âge sombre” comme il dit dans la “Crise du monde moderne”.

    Aucun engagement social ni engagement politique ne sont envisagés chez lui dans ce monde en dégénérescence. Quand je lis Guenon, je pense à ce discours de certains musulmans sur “le groupe sauvé”, “l’époque des pieux prédécesseurs”, ce passé de l’âge d’or forcément meilleur que le nôtre, cette vision chaotique du monde moderne. Je ne m’y reconnais pas. Je ne m’y retrouve pas. Et pourtant je suis le premier à appeler à la résistance à cette vague d’occidentalisation sauvage, mais avec intelligence, avec nuance et avec réalisme. Il a eu sans doute raison de dire que cet occident se porte très mal, à son époque ils étaient déjà quelques uns à tenir ce discours, mais ses moyens ne sont pas les miens. Ce serait hélas trop long à développer, mais Guenon veut combattre cette maladie avec ses propres maux. L’occident se renforce justement grâce à ce type de critique romantique.

  11. Salam notre frère Mouhib. Bon, le sheik d’El-Azhar condamne le “Zoachisme”, on entend dire que les émirats Unis essaient de lancer cette mode, qu’ils s’en approchent via un soufisme d’état qu’aucun honnête homme ne validerait. Mais Alè-Azhar est aussi une institution politique et tu sais combien elle est impliquée dans certains renversements en égypte et certaines répression dans ce pays et dans d’autres. Maintenant, j’ai tendance à croire qu’il reste un peu de science et de cohérence à Al-Azhar, supérieure toujours est-il à la vacquïté des émirats, et leur soufisme d’industrie.

    La seule lecture de la fiche wikipédia m’a tourneboulé, je n’ai pas envie de perdre ma rationalité en lisant les oeuvres complètes de René Guénon et les innombrables commentaires pour vérifier s’il y a quelque chose de soutenable dedans, je me demande comment le frère Hakim Fedaoui a fait et s’il invite les Musulmans à cette longue lecture pour s’en assurer. Si quelqu’un baignait dans la sentimentalité sauf erreur, c’était bien René Guénon. Si on le prenait juste comme le récit que fait de lui-même un converti passe encore, il y en a de plus courts sur internet, mais là c’est trop volumineux. Les récits courts de convertion, passe encore, s’il n’y a pas trop d’introspection exposée au monde, on n’est pas au divan s’écoutant parler.

    Merci notre frère Mouhib de nous faire partager votre saine cohérence, votre saine rigueur intellectuelle et Islamique, gardez autant que vous pouvez cette rigueur difficile à tenir en ces temps de confusion.

    Croissant de lune.

  12. @ Djeser, ah bon, c’est le nombre des livres qui fait la valeur d’un auteur maintenant? Et plus précisément, d’un auteur et d’un penseur Musulman, parce qu’un romancier prolixe, il n’y aurait rien à dire, même Honnoré de Balzac a eu de belles trouvailles, et alors? La question est d’abord, est-ce que le frère Hakim Fedaoui l’a bien saisi, est-ce que la tradition primordiale chez René Guénon est bien celle que suggère Hakim Fedaoui, et effectivement, on peut avoir tradition primordiale et tradition primordiale, ce sont des choses qui arrivent, parler de deux choses différentes qui porteraient le même nom.

    Quant à il ne faut pas exclure, il ne faut pas rejeter etc, mais excuses, il est à ta disposition, vas-y le lire quand tu voudras, nous n’excluons rien du tout et c’est en parfaite logique que nous doutons qu’il soit penseur Musulman, le nombre des pages n’y change rien. Peut-être a-t-il erré pendant sa vie du côté de Lyon, si des fois il a inventé un iman borné en pure imagination, ben on ne va pas le croire sur parole lui ou toi, et on rejettera comme erreur ou mensonge ce qui est tel, si tu es confus, ce n’est pas de la faute des gens qui commentent sur ce site, soignes ta confusion, apprends à penser parce que tu ne peux pas être comme ça ouvert d’esprit si ta tête n’est pas bien faite et bien ordonnée. Ce que tu écris passerait effectivement au milieu d’autres publics, mais ici, nous sommes un public de Musulmans, donc effectivement cohérents et exigeants. As-tu lu seulement sa fiche wikipédia jusqu’au bout, serais-tu fichu d’en discuter, rien que de ça? Je serais assez cruel pour te poser des questions pièges sur cette fiche, non parce que c’est agaçant quelqu’un qui se croit exclu comme toi et seul ouvert d’esprit, qui parle de ce qu’il ignore sans souci! A ta différence, j’ai reconnu mon manque de culture religieuse, le frère Hakim peut en témoigner, toi non, il faudrait tenir à égalité le vrai et le faux, non désolé, peut-être dans certaines sectes, mais entre Musulmans non. Et je m’étonne de mon ouverture d’esprit moi qui te répond alors que tout le monde te connaît comme troll, pourquoi trolles-tu?

    Croissant de lune.

  13. @Djeser,

    Il ne s’agit pas de balayer d’un revers de main, mais de mettre ces écrits à leur place. Dans les rayons “développement personnel” ou “doctrines asiatiques” ou “folklore” ou “occultisme et symbolisme”.

    Mais ce n’est parce que monsieur s’est pris en photo en djellaba égyptienne en egypte que voilà il entre dans le palmarès de la pensée musulmane contemporaine. Faut pas déconner non plus.

  14. Cdl, je ne connais pas la pensée de rené guenon effectivement , mais balayer d’ un revers de main un penseur qui a écris 17 livres ne me semble pas être de la rigueur intellectuelle, pas de nuance, pas d’analyse, je trouve ça suspect, comment ne pas évoquer l ‘etroitesse d’esprit ?
    Un tel cursus propose forcément des idées bonnes , d’autre moins ou d’autres discutables .

    C’est comme ça et pas autrement , voilà votre argumentation , mais ça ce n’est pas une argumentation. Et ce n’est sûrement pas elle qui va repenser l’islam de France.

  15. …et l’actuel cheikh al-azhar vient très récemment de condamner sans équivoque cette “religion abrahamique” en vogue dans les réseaux sociaux et certains milieux. Certains appellent à une religion abrahamique qui transcenderait toutes les religions, pour le vivre ensemble et la tolérance. Etc. Le cheikh al-azhar est catégorique, le vivre ensemble et le repecet d’autrui n’annihilent pas les spécificités et les singularités d’autrui, en l’occurrence ici les religions. L’islam n’est pas le christianisme, ni le brahmanisme, que ce soit au niveau exotérique ou ésotérique. Mais de là à appeler à une “synthèse” dans une “Tradition primordiale”, je pense que ce monsieur Guenon se prenait pour Dieu.

    Le problème avec beaucoup de musulmans est qu’ils prennent pour vérité tout ce qui critique l’occident et de facon encore plus naïve quand ces critiques viennent des blancs. Oui les valeurs occidentales sont responsables de bcp de maux dans le monde, des occidentaux sont les premiers à le reconnaître, mais la critique pour nous musulmans doit être objective, scientifique, intelligente, réaliste, et puisée de nos sources. C’est très important.

    Je le répète, les opinions de R. Guenon n’ont strictement rien à voir avec la pensée musulmane.

  16. @ Djeser, moi qui te croyais parti, alors puisque nous sommes étroits d’esprits, expliques-nous toi René Guénon si tu l’as lu. Moi je ne l’ai pas lu, sa seule fiche wikipédia pour peu qu’on la parcoure semble celle d’un errant, mais très errant. Je balance entre l’avis de Mouhib puisqu’effectivement, il y a un peu trop de choses, des symboles et des voies initiatiques en veut-on, en voilà et de tenir quand-même que peut-être René Guenon malgré son apparente dispercion cherchait la vérité, qu’il restait en lui de la rigueur intellectuelle qui manque fâcheusement à Djeser, que peut-être il suivait un fil d’Ariane, se perdant en chemin. Mais ce que dit Mouhib est exact, René Guénon semble tellement littéraire et atrayant que beaucoup de Musulmans de France, des jeunes surtout s’en piquent, ça pose d’évoquer René Guénon, encore mieux de le citer mais là il faut l’avoir lu, ôtes-moi un doute, toi, tu en as lu un peu ou pas, sinon pourquoi le défends-tu sans l’avoir lu?

    Mais n’essaie pas de nous faire oublier certain iman Lyonais pas fichu de situer la colline de Fourvière et donc je suppose qu’il n’a jamais entendu parler de René Guénon, non? Optu comme tu l’a peint et sculpté ton iman, comment lirait-il cet auteur? Non, il n’a pas ouvert un livre de sa vie ton iman Lyonais? Nous te la ressortirons celle-là pour te raffra^chir la mémoire de temps en temps, j’y manquerais pas, argumentes sans mentir parce que tu pourrais te prendre les pieds dans tes contradi ctions mais au fait, tu n’es pas obligé de commenter, quand tu ne sais pas, tu ne sais pas, point-barre.

    Hakim Fedaoui, oui enfin, le même liquide dans des bouteilles différentes de couleur, bon, mais ça c’est votre interprétation à vous de ce que René Guénon entend par tradition fondamentale initiale, vous savez bien que ça peut être autre chose et que des gens croient d’ailleurs ou essaient de croire à différents fonds primordiaux. Toutes ces initiations ne vous choquent pas? René Guénon pensait-il positivement ce que vous écrivez maintenant, ou est-ce votre interprétation, voire votre tentative de défense d’un auteur qu’on peut aimer si on aime la lecture après tout? Je peux me tromper, mais je doute que cet auteur ait atteint quelque chose en supposant qu’il cherchait avec un peu de rigueur. Parce que là, tout y passes, ah il n’est pas allé en Asie Centrale chez les shamans, il n’y pas grand-chose qui manque dans ses expériences, pouvait faire le tour du monde. Et quand bien même il l’eut fait ou nous autres, pourquoi découvrirait-on cette fameuse tradition initiale évoquée dans le Coran? On peut très bien trouver beaucoup d’autres choses et si cette tradition n’était pas hors d’atteinte, pourquoi Allah envoie-t-il des prophètes? Peut-être que ce fond immaculé ne se trouverait en cherchant bien que parmi les Musulmans, mais la culture Indienne, non merci, les statues dont on actionne les bras la nuit pour les faire mouvoir par prétendu miracle, non, là stop. Vous emmenez où les Musulmans, vous qui êtes iman et donc guide comme vous le suggérez, à travers toute cette complexité qui n’est pas tellement probatrice pour l’instant? Et l’objection du frère Mouhib sur la politique, vous pouvez pas passer dessus comme ça, l’a-politisme je sais pas ce que c’est et même je n’y crois pas donc j’en demande pas d’explication.

    Le frère Mouhib est votre seul authentique contradicteur pour l’instant, les autres ne sont pas encore venus, offrez un livre de René Guénon à ce pauvre Djeser encore plus confus depuis son fameux iman inventé.

    Croissant de lune.

  17. Salam mon cher Mouhib,

    😅… alors là si c’est physique je ne pourrai rien … ca me permettra de répondre aussi à C2L…

    la tradition primordiale serait le dine al qayime cité dans le Coran ! L’idée de Guénon c’est de dire qu’il y a un fond commun à toutes les religions c’est ce fond qu’il appelle la religion primordiale – ce fond commun est comme cette eau que l’on met dans des bouteilles colorées (les différentes religions) et que les gens voient colorée selon la couleur de la bouteille alors que l’eau est unique et la même dans chaque bouteille …

    Sa critique du monde moderne donne une lucidité salvatrice et fait consensus … quant à sa métaphysique elle reprend ce qui est commun à toute métaphysique … Sheikh Abdelhalim Mahmoud lui a consacré un livre en souhaitant que son enseignement entre dans le programme d’Al Azhar …

    Hakim FEDAOUI

  18. Je reformule pour ceux qui ne comprennent que le latin ; du moment où l’on defend une éthique musulmane, par le biais d’ un discours quelconque ou d’une pensee, il y a pensée musulmane.
    La religiosité a t’elle besoin d’être visible ? Peut être, seulement pour ceux qui ne s’arrête à ce qu’il voit…

  19. Le débat est difficile, voir stérile, entre “esprits étroits”.
    Pensée humaine, pensée religieuse . Qui définit les règles ? Qui définit les critères ? Le mouton croissant de lune ?

    Un penseur , doit t’il dépouiller de sa réflexion religieuse son humanité ?
    Un religieux doit il donc se dépouiller de son humanité ?
    Un religieux n’est donc pas un être humain ?

    La pensée musulmane n’ a pas de pré-requis, du moment que l’on pense , au moins , avec une éthique musulmane … Pour le reste de sa pensée , tout est variable , immuable, en fonction de sa personnalité , de son époque …

    Bref, votre étroitesse d’esprit ne peut la tenir en otage… Car la pensée reste libre, quoique que vous puissiez faire…

  20. Salam Hakim,

    Je ne critique pas une opinion avant de l’avoir examinée. Je ne supporte ni cet homme ni ses écrits, rien que le fait de voir son nom ou sa photo me met dans des états pas possibles. Et je ne lis pas les articles qui portent sur lui. À vrai dire, ce n’est pas tant son charlatanisme que son influence sur la jeunesse musulmane (inculte) qui m’agasse vraiment.
    Ses opinions sont fondées sur un catholicisme réformé conjugué aux milieux occultistes et spiritistes (réformés aussi) et surtout, surtout, surtout, les doctrines orientales et asiatiques (brahmanisme, hindouisme, bouddhisme, taoïsme…) extrêmement présentes dans ses écrits. Je ne vois rien d’islamique là dedans. Et ce n’est pas un hasard s’il y a autant sinon plus de non musulmans qui se disent guénoniens que de musulmans.
    Quant à cette notion fourre-tout de “Tradition primordiale”, elle n’a rien d’islamique non plus. Il y met toutes sortes de religions, mêmes les non monothéistes, et dont le langage principal est le symbolisme et les mythes (interprétés par “l’intuition” métaphysique des “gourous” de “l’initiation”).
    Quant à sa critique de la modernité, je la trouve vraiment trop sentimentale, trop romantique trop immature, dépourvue de réalisme. C’est trop facile de dresser ce tableau apocalyptique de la modernité occidentale sans aucune nuance et surtout sans AUCUNE alternative. Même l’engagement politique chez lui n’a aucun sens et aucun intérêt, de principe! Tout est souillé chez lui. C’est pire que le salafo-wahabisme! Je préfère les critiques de la modernité occidentale de Marx, ou l’école de Francfort, ou même S. Weil chez qui je ne vois justement aucune influence de Guénon (j’ai lu “Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale”, “La pesanteur et la grâce”, “L’enracinement”, et ses “cours de philosphie”). Quant à Guénon, d’une part il y aurait une “Tradition primordiale”, pure, divine, non souillée par l’homme, et une modernité technique, technologique, matérialiste, arrivée jusqu’à nous par une série de descentes de “cycles” (qui n’ont d’ailleurs aucun fondement scientifique ni historique solide). Vous remarquerez la majuscule du T, une “Tradition” hors temps, hors histoire, vide de tout contenu. Si Hégel a inspiré la fin de l’histoire, Guenon inspire la non-existence absolue de l’histoire, carrément! En plus de ce langage fondé sur l’intuition, le supra-rationnel, le symbole et le mythe (selon ce que ton intellect t’inspire quoi); pour embrasser cette Tradition primordiale, il faut passer par une voie “initiatique”, en faisant une distinction nette et fallacieuse entre ésotérisme (réservé chez lui à une élite d’illuminés) et exotérisme (les religions et leurs rituels que nous connaissons). Une autre distinction tout aussi fallacieuse est celle qui est faite dans ses écrits entre autorité spirituelle et autorité politique. Un non sens en islam!
    Bref, des opinions loin de la pensée et de la tradition musulmane. La tradition musulmane quant à elle, est beaucoup plus subtile et beaucoup plus profonde car justement elle s’appuie tant bien que mal sur le Coran et la Sunna, elle ne rejette pas son réel ou son contexte ou son époque car éloignés d’une epoque primordiale, elle n’est pas manichéenne, elle l’analyse avec justesse, avec réalisme, elle fait le pour et le contre, elle fait le tri, propose des solutions réalistes sans condescendance car autocritique. Bref elle s’éloigne tant bien que mal de ce romantisme amorphe, réactionnaire et rétrograde.

  21. Salam Hakim Fedaoui, auteur de cet article. Au moins vous avez bien choisi le titre, “si je devais retenir deux choses,…” Mettons qu’on plaide pour lui, on dira que tout homme en apparence dispercé, qui va dans tous les sens, essaie de dire quelque chose. En parcourant sa fiche wikipédia fort longue, je ne l’ai pas entièrement lue, je me suis demandé à certains moments si René Guénon n’était pas un de ces dilettentes qui ne savent pas où ils vont, enfin non, qui ne veulent arriver nulle part, correction. Eh puis, finalement je le crois d’une certaine rigueur intellectuelle, malgré une apparente dispercion. Mais il vous a fallu beaucoup glâner et tamisé à la recherche d’éléments que vous croyez sûrs. Mais là, on est dans la pensée humaine générale, rien de vraiment Islamique là-dedans

    Enfin, voici cette fiche si des curieux veulent la parcourir, oui il était soufi, d’accord.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Ren%C3%A9_Gu%C3%A9non

    Croissant de lune.

  22. Commenter un article sans le lire, c’est le comble de la rustrerie numérique. Critiquer un auteur aussi singulier et influent que Guénon et prétendre que son oeuvre et ses idées, reposants fondamentalement sur le concept de “tradition primordiale”, vont à l’encontre de la pensée musulmane, nous informe simplement que vous n’avez jamais lu le Coran non plus. Vos 5 lignes, dépourvu du moindre argument, sont truffés de ce sentimentalisme dont il est question dans cet article (dont je félicite l’auteur). On se demande à quoi vous pensiez justement.

  23. Salam mon frère Mouhib, salam Hakim. Eh bien voilà qui promet des échanges un peu rugueux! Alors Mouhib, René Guennon, beaucoup de gens en parlent, je ne l’ai pas lu, mais s’il n’est pas penseur ni intellectuel Musulman, je me fie à votre saine rigueur, il serait quoi en ce cas? Un orientaliste, un “Islamologue”, un amateur d’exotisme? Je vais consulter sa fiche wikipédia malgré les limites connues de cette encyclopédie, mais si vous en avez le temps, développez davantage sur qui est ou n’est pas René Guennon que beaucoup se piquent de connaître. Est-ce que le frère Hakim le présente comme penseur/intellectuel Musulman d’ailleurs? J’ai lu l’article, je ne me souviens pas qu’il lui atribue ces qualités, ni d’autres. Mais si donc René Guennon est à délaisser, ça veut dire que le début promis de nouvelle théologie ne commence pas très bien. Enfin, pour le peu que je comprends.

    Croissant de lune.

  24. Salam mon Ami Mouhib,

    Ah nan Mouhib c’est pas possible de dire ça !!!
    Et malheureusement dans l’espace commentaire impossible de débattre le format ne s’y prête pas.

    Juste lisez le règne de la quantité (livre difficile c’est vrai) mais vous y verrez une pensée visionnaire … il a influencé Simone Vieil, Maritain, Evola, et des dizaines d’autres penseurs … je doute qu’ils y ont vu, comme vous, une « non-pensée »…

    Il y a des penseurs qui résistent à nos biais de confirmation … et notre esprit n’arrive pas à y entrer…ça arrive c’est comme ça !

    Hakim FEDAOUI

  25. Alors je précise que je n’ai pas lu l’article. Je n’ai jamais pu considérer René Guenon comme un penseur ou un intellectuel musulman. Qu’il soit de confession musulmane, ça ne regarde que lui. Mais dire que Guenon s’inscrit dans la pensée musulmane, est un non sens absolu. J’irai plus loin, les écrits de Guenon vont à l’encontre de la pensée musulmane, c’est l’assassinat de la pensée, ça n’a strictement rien à voir avec la pensée musulmane. Voulez-vous sortir de la pensée? Lisez Guenon.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La presse marocaine annonce le décès du petit Rayan, bloqué dans un puits profond

Face à la misère extrême, des familles afghanes résignées vendent leurs filles mineures