in

Quand des musulmans affirment que le jeûne n’est pas obligatoire

Le mois de ramadan tire à sa fin.  Les musulmans ont toujours considéré cette pratique comme un des cinq piliers de l’islam qu’ils sont obligés d’observer. Ainsi, les choses paraissaient évidentes pour eux. Cependant, cette année encore comme c’était le cas ces dernières années, le jeûne dans le monde musulman, arabophone notamment, est animé par des débats et des controverses après que certains ont affirmé que le jeûne n’était pas une obligation mais un choix personnel. De telles infirmations ont divisé les musulmans entre ceux qui approuvent et ceux qui dénoncent ce discours.

Le jeûne dans les textes

Le jeûne est cité dans la sourate la Vache dont le verset 184 qui dit : « Un nombre compté de jours sauf si quelqu’un parmi vous est malade ou en voyage il pourra rattraper le même nombre de jours ultérieurement et ceux qui sont capables de jeûner (mais qui ne jeûnent pas) doivent se racheter en nourrissant un pauvre celui qui est volontaire pour le bien il lui sera compté mais jeûner est encore mieux si vous saviez ». Ceux qui affirment que le jeûne n’est pas obligatoire en déduisent que le jeûne est une question de choix étant donné que le verset précise que ceux qui sont capables de jeûner, mais sous-entendu ne jeûnent pas, doivent se racheter en nourrissant un ou s’ils veulent plusieurs pauvres.

Une interprétation qui est affirmée par des commentateurs tel qu’Ibn el-Kathir (1301-1373) qui a écrit : « Quant à celui qui est en bonne santé et qui est capable de jeûner, il avait le choix de jeûner ou de manger. S’il voulait il jeûnait et s’il voulait il mangeait et rattrapait en nourrissant un pauvre chaque jour s’il pouvait nourrir plus de pauvres c’était encore meilleur … »

Publicité

Cependant le jeûne est également cité dans le verset 185 de la même sourate qui prend un ton plus impératif et constitue ainsi la preuve que le jeûne est une obligation : « (…) celui qui parmi vous est présent en ce mois qu’il le jeûne le malade et le voyageur rattraperont leurs jours ultérieurement (…) ».

Les docteurs de la religion face aux textes

Devant une telle situation, on peut affirmer que les docteurs de l’islam se sont trouvés dans des conditions de travail qui n’étaient pas faciles. Pour sortir de cette difficulté, presque tous ont considéré que le verset 185 abrogeait le verset 184. Le principe de l’abrogé nassikh et de l’abrogeant manssoukh est utilisé pour sortir de certaines situations juridiques et théologiques complexes où, au sujet d’une même question, deux positions différentes, voire contradictoires sont présentées. C’est la position qui a été retenue par les musulmans au point où, dans certains pays musulmans, ne pas jeûner est passible de poursuite judiciaire.

Un choix qui a certainement d’autres raisons que la disposition des deux versets étant donné que la transcription du Coran n’a pas été soumise à un ordre chronologique quelconque. Cependant, il est difficile de négliger l’ambiguïté du verset 184 dans l’explication de ce choix. En effet, à la lecture de ce dernier, on se demande pourquoi celui qui est capable de jeûner doit se racheter s’il ne jeûne pas.  L’obligation de se racheter n’implique-t-elle pas que le jeûne est une obligation ?  Pourquoi le malade et le voyageur doivent-ils rattraper ultérieurement les jours manqués si le jeûne n’est pas obligatoire ? Ces incohérences nous permettent de supposer qu’une erreur s’est introduite dans le verset 184 lors de la transcription du Coran. Ainsi, au lieu d’écrire : « (…) ceux qui ne sont pas capables de jeûner doivent se racheter en nourrissant un pauvre (…) », le transcripteur a écrit « (…) ceux qui sont capables de jeûner doivent se racheter en nourrissant un pauvre (…) ».  À préciser qu’en arabe la négation s’exprime en un seul mot constitué d’une seule syllabe (لا).

Publicité

Quelle que soit la situation, les musulmans d’aujourd’hui ont le droit d’interroger les textes religieux non seulement au sujet du jeûne, mais aussi des autres questions qui les interpellent. Cela participera assurément à dissiper beaucoup de dogmatisme. Cependant, déclarer avec fermeté que dans le Coran le jeûne n’est pas obligatoire sans évoquer le verset 185 de la sourate la Vache, comme le font certains, ni chercher à expliquer pourquoi une telle démarche est objectivement possible non seulement ne convainc pas les adeptes de cette religion, mais provoque également des résistances. Il n’y a certainement aucune raison de fermer les portes de la recherche, car le travail des premiers musulmans ne peut être une vérité absolue. Cependant, il n’y a aucune raison non plus de douter, en tout cas pour une grande partie d’entre eux, qu’ils ont fait le travail qu’ils pensaient être le meilleur pour les musulmans et avec les éléments de compréhension dont ils disposaient.

Le jeûne une question de choix :  une modernité au sein de l’islam ?

Cependant, ceux qui affirment avec certitude que dans les textes le jeûne n’est pas obligatoire appartiennent à l’école coraniste qui ne reconnaît que le Coran comme source de savoir et de législation dans le domaine religieux. Ils prônent généralement l’idée que tous les problèmes que rencontrent les musulmans au sujet de leur religion n’ont rien à avoir avec l’islam et qu’ils découlent uniquement d’une interprétation erronée des textes coraniques.

Parmi les « Coranistes », certains se distinguent en affirmant que non seulement le Coran, donc l’islam, porte en lui toutes les solutions aux questions qui se posent, mais aussi celles permettant aux musulmans d’entrer dans l’ère de la modernité.  Leur objectif, comme Mohamed Chahrour, est de démontrer que les musulmans n’ont pas besoin de chercher des solutions à leurs problèmes en dehors de l’islam ni de séparer la politique de la religion comme l’a fait l’Occident pour évoluer. L’évolution et la modernisation des musulmans se feront au sein de l’islam et par l’islam. Pour eux, le Coran, avant que les commentateurs ne corrompent son discours, portait en lui toutes les valeurs modernes. Ainsi, concernant le jeûne, ils affirment que le fait qu’il ne soit pas une obligation, comme le prouvent les textes, permettraient aux musulmans de l’annuler.  Ils nourriraient à la place un pauvre conformément à l’islam. Cela serait une bonne manière pour lutter contre la pauvreté selon Mohamed Chahrour.

Publicité

Un jeu de rhétorique et d’acrobatie intellectuelle séduisant mais ne règle pas les problèmes

Pour prouver le bien-fondé de leur position, ces « Coranistes, à leur tête Mohamed Chahrour, s’adonnent à un jeu de rhétorique et d’acrobatie intellectuelle qui séduit un grand nombre de musulmans qui rejettent le traditionalisme ou épris de modernité, mais ne règle en rien les problèmes qui se posent à eux en ce début de XXIe siècle. Leur discours non seulement est fragile devant les traditionalistes qui ont leurs propres arguments, mais peine également à tenir sur le plan de la cohérence.  Il suscite ainsi des polémiques interminables, stériles et sans aucun intérêt pratique pour les musulmans. Entre ceux qui ne reconnaissent pour le Coran que les valeurs du VIIe siècle et veulent les placer en dehors du temps, et ceux qui l’arrache à son contexte et le projettent dans l’époque contemporaine, si les musulmans doivent attendre que les différences soient résolues pour savoir quelle position ils doivent prendre vis-à-vis des problèmes qui se posent à eux et à l’humanité aujourd’hui, ils risquent d’attendre trop longtemps.

Les musulmans ont tout à fait le droit d’envisager une autre organisation sociale, morale et économique pour leur pays. Cependant, la manière la plus efficace et la plus rapide pour y parvenir est de séparer la politique de la religion. Cela n’exclue pas de faire un travail sur l’islam à condition qu’il soit celui d’une pensée libre qui est capable de faire une lecture objective des textes et de l’histoire de la pensée musulmane pour une « véritable réforme » l’islam. Cette dernière est nécessaire pour compléter et consolider la neutralité de l’État.

Razika Adnani est  philosophe, islamologue. Elle est membre du Conseil d’Orientation de la Fondation de l’Islam de France, membre du conseil scientifique du CCEFR (Centre d’Étude du Fait Religieux), membre du groupe d’analyse de JFConseil et présidente fondatrice des Journées Internationales de Philosophie d’Alger. Elle a contribué aux travaux du séminaire « Laïcité et fondamentalismes » organisés par le Collège des Bernardins. Elle a écrit deux manuels de philosophie en 2001 et 2003, Le blocage de la raison dans la pensée musulmane (en arabe) paru en 2011 aux éditions Afrique Orient, La nécessaire réconciliation, une réflexion sur la violence paru en 2014 aux éditions UPblisher, et Islam : quel problème ? Les défis de la réforme paru en 2017 aux éditions UPblisher (France) et en 2018 aux éditions Afrique Orient (Maroc).

Publicité

24 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le coran désigne 12 mois solaire dans l’années le mois ramadan correspond au 9 ième mois .
    Les 12 mois de l’années sont :1/ Mouharram 2/Safar 3/ Rabi’ El Awwal 4/ Rabi’ At-Thani 5/ Joumada el Awwal 6/ Joumada At-Thani 7/ Rajeb 8/ Sha’bane 9/ Ramadane 10/ Shawwal 11/ Dhoul Qa’da 12 / Dhoul Hijja

    Le coran est descendu au mois de ramadan donc au neuvième mois de l’année .Il n’a jamais été question de suivre un calendrier lunaire .Donc pourquoi faire en sorte de décaler le mois de ramadan de 13 jours tous les ans quand celui ci reste fixé 9 ième mois ?

    [2:185] Le mois de Ramadhân, au cours duquel est descendu le Coran comme guidance pour les gens, en exposant clairement la guidance et le discernement. Donc, quiconque parmi vous témoigne du mois, qu’il le jeûne. Et quiconque est malade ou en voyage, un nombre équivalent d’autres jours. Dieu veut pour vous la facilité, et Il ne veut pas, pour vous, la difficulté, afin que vous en complétiez le nombre, et que vous exaltiez Dieu pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants.

    9/36 Le nombre de mois, auprès de Dieu, est de douze, selon le décret de Dieu le jour où Il créa les cieux et la terre. Quatre d’eux sont Hurum.
    [9:37] Le report d’un mois n’est qu’un surcroît de dénégation, les dénégateurs s’égarent par cela. Ils le rendent licite une année, et ils l’interdisent une année, afin d’ajuster le nombre de mois que Dieu a rendu Haram. Ils rendent licite ce que Dieu a interdit.

    Certe Il y a grande nécessité a tout réformé,déjà vous savez pas lire un calendrier vous allez en plus en pélerinage à la mecque alors que c’est Alquods,vous faites des sacrifices rituel en pleine kaaba alors qu’il est interdit en état de sacralisation de tuer la moindre bête .Bref on se demande qui sont les bêtes dans cette histoire.Mais un peuple égaré le restera à vie

  2. Le paradoxe des coranistes est le suivant :

    Ils ne croient pas aux ahadiths parce qu’ils estiment que les compagnons et les savants ne sont pas infaillibles et que le travail qu’ils ont mené n’est pas fiable, mais en même temps ils croient au Coran alors même qu’il a été transmis oralement puis compilé par ces même compagnons..

    Je ne comprend pas la logique

  3. @marocain. À l’évidence vous ne savez pas ce qu’est le respect. J’apprécie les propos de l’auteur. Je la remercie tout en étant courtois. Ce n’est pas la première fois que je salue un article ici, notamment sur des sujets touchant à la spiritualité. J’aime son point de vue sur la modernité, la démocratie, la laïcité. Quel rapport avec le fait que je la considère comme une « bonne » musulmane ?! Je ne juge pas les gens sur leur confession. Ou êtes vous allé encore pêcher ça ? Je n’ai pas besoin de m’insinuer comme vous le sous entendez. Mon point de vue est très clair depuis le début. Et je remercie Oumma de me publier. La pluralité des opinions et le débat qui en découle sont précieux. C’est vous qui n’avez pas compris le propos de l’auteur qu’elle a davantage développé dans un précédent article au grand dam de certains. L’invective est juste un aveu d’impuissance.

  4. Surpris que mon commentaire envoyé en premier quasiment n’ai pas été validé. Ilk est respectueux et équilibré. Je vous par contre que d’autres hargneux et irrespectueux l’on été bien bien après mon envoi (De “Marocain” par exemple.)
    Je le renvoie:

    “Combien d’acrobaties maladroites sous la plume de cette “islamologue” distillant son fiel dans ces colonnes Ramadanesques d’Oumma. Ainsi le Coran serait incohérent et corrompu:
    “Ces incohérences nous permettent de supposer qu’une erreur s’est introduite dans le verset 184 lors de la transcription du Coran”
    Je ne lui en veux pas de croire que le Coran est un livre terrestre, mais de grace dans d’autres média et pas de cette manière insidieuse, d’érudition douteuse, et manquant singulièrement de tact au vue des lecteurs auquel le texte s’adresse.”

  5. Le jeûne est une obligation, un mois lunaire dans le coran.

    L’exception à la règle, (incapacité physique et caractère biologique), confirme la règle.

    Le reste est une perte de temps.

  6. à vos souhaits le mufti des ânes. Vous vous chootez à quoi mec?
    peuples d’ânes venus des 14 siècles, écoutez le Samir qui n’a pas fini de changer ses couches, …
    Bravo, c’est de la bonne et de la moderne. Donnes-en une taffe au Zéro d’au-dessus et laissez-en à Leroy, Vishno, … tribu de tarés ma parole

  7. Le Jeûne est bien OBLIGATOIRE. La preuve en est la suivante:
    – O Croyants, le JEÛNE VOUS EST PRESCRIT comme il l’a été pour ceux avant vous
    – Quelqu’un qui a la capacité de jeûner et rompt, volontairement, le jeûne d’1 jour devra expier sa faute en JEÛNANT 2 mois consécutifs (cette longue durée est synonyme de la GRAVITE du geste) ou en nourrissant 60 pauvres
    – Quelqu’un qui n’a pas la capacité de jeûner pour cause de maladie (curable) ou de voyage (éreintant) devra jeûner, ultérieurement, UN SEUL jour en non pas 2 mois successifs (dans ce cas, il y’a un JUSTIFICATIF valable)
    – L’Islam est basé sur un principe important: Les actes ne valent que par leurs intentions. Si une personne riche n’observe pas le Ramadhan et s’en acquitte en nourrissant 60 * 30 = 1800 pauvres, peut-on dire que cette personne est ‘quitte’ par rapport à ce pilier de l’Islam ? Un verset Coranique dit: Gare à ceux qui croient en une partie du Livre (le Coran) et renient l’autre partie. Par rapport à ce verset Coranique, une personne capable de jeûner, mais ne le fait pas en préférant nourrir des pauvres peut être perçue comme ‘reniant’ le jeûne car le fait de nourrir des pauvres est une CONSÉQUENCE de la rupture volontaire du jeûne et NON PAS UN CHOIX (jeûner ou nourrir des pauvres).

    Pour ce qui est de ces charlatans de ‘Coranistes’, et sans trop m’étaler sur le sujet, je voudrais simplement leur dire comment font-ils leurs prières puisque le Coran n’en donne pas de détails sur leur pratique (Nombre de RAKAATS, la manière, qu’est-ce qui rend la prière de quelqu’un non valable -oublier de réciter la sourate de la Fatiha par exemple, etc.). Tous ces aspects pratiques se trouvent dans la SOUNNA. Évidemment, les Oulémas ont fait tout un travail pour classer les HADITHS du Prophète que le Salut e DIEU soit sur lui (authentiques, faiblement admis, faux).

    Enfin, l’Ange GABRIEL (que le salut de DIEU soit sur lui), questionna, un jour, le Prophète (que le salut de DIEU soit sur lui) sur l’Islam et la Foi. A la question portant sur l’Islam, le Prophète lui cita les 5 piliers, parmi eux le Ramadhan (ET NON PAS le Ramadhan OU la nourriture de 1800 pauvres).

    DIEU et Son Prophète sont plus savants.

  8. Par delà le jeûne ,le carême,ou le ramadan,ce qui compte ce sont les valeurs fondamentales de l’Islam c’est à dire pratiquer les prières ( forme de méditation ,de transcendance,de connaissance de soi par la concentration),l’humilité,la générosité,la solidarité et surtout le rejet du matérialisme consumériste qui conduit à l’individualisme effréné et le culte du veau d’or .
    L’on peut pratiquer le Ramadan et se comporter comme des pharisiens.Ces derniers sont sont hélas nombreux aujourd’hui et il faut un J.C pour les éliminer de notre société.

  9. Combien d’acrobaties maladroites sous la plume de cette “islamologue” distillant son fiel dans ces colonnes Ramadanesques d’Oumma. Ainsi le Coran serait incohérent et corrompu:
    “Ces incohérences nous permettent de supposer qu’une erreur s’est introduite dans le verset 184 lors de la transcription du Coran”
    Je ne lui en veux pas de croire que le Coran est un livre terrestre, mais de grace dans d’autres média et pas de cette manière insidieuse, d’érudition douteuse, et manquant singulièrement de tact au vue des lecteurs auquel le texte s’adresse.

  10. Le Jeûne est bien OBLIGATOIRE. La preuve en est la suivante:
    – Quelqu’un qui a la capacité de jeûner et rompt, volontairement, le jeûne d’1 jour devra expier sa faute en JEÛNANT 2 mois consécutifs (cette longue durée est synonyme de la GRAVITE du geste) ou en nourrissant 60 pauvres
    – Quelqu’un qui n’a pas la capacité de jeûner pour cause de maladie (curable) ou de voyage (éreintant) devra jeûner, ultérieurement, UN SEUL jour en non pas 2 mois successifs (dans ce cas, il y’a un JUSTIFICATIF valable)
    – L’Islam est basé sur un principe important: Les actes ne valent que par leurs intentions. Si une personne riche n’observe pas le Ramadhan et s’en acquitte en nourrissant 60 * 30 = 1800 pauvres, peut-on dire que cette personne est ‘quitte’ par rapport à ce pilier de l’Islam ? Un verset Coranique dit: Gare à ceux qui croient en une partie du Livre (le Coran) et renient l’autre partie. Par rapport à ce verset Coranique, une personne capable de jeûner, mais ne le fait pas en préférant nourrir des pauvres peut être perçue comme ‘reniant’ le jeûne car le fait de nourrir des pauvres est une CONSÉQUENCE de la rupture volontaire du jeûne et NON PAS UN CHOIX (jeûner ou nourrir des pauvres).

    Pour ce qui est de ces charlatans de ‘Coranistes’, et sans trop m’étaler sur le sujet, je voudrais simplement leur dire comment font-ils leurs prières puisque le Coran n’en donne pas de détails sur leur pratique (Nombre de RAKAATS, la manière, qu’est-ce qui rend la prière de quelqu’un non valable -oublier de réciter la sourate de la Fatiha par exemple, etc.). Tous ces aspects pratiques se trouvent dans la SOUNNA. Évidemment, les Oulémas ont fait tout un travail pour classer les HADITHS du Prophète que le Salut e DIEU soit sur lui (authentiques, faiblement admis, faux).
    DIEU et Son Prophète sont plus savants.

  11. Article intéressant.
    Après la question principale qui se pose dans les pays arabes musulmans, c’est est ce qu’on a le droit d’être natif musulman, se considérer comme Musulman et ne pas pratiquer certains rites (jugés obligatoires par certains et non obligatoires par d’autres). Force est de constater que la réponse est non pour le jeûne du mois de Ramadan. Entre le droit de certains pays et la vindicte populaire, c’est très difficile de ne pas jeûner pendant le Ramadan, alors qu’il est plus facilement admis que quelqu’un ne fasse pas la prière. Or le Coran ne prévoit aucune sanction vis à vis de ceux qui ne jeûnent pas, c’est entre eux et Dieu.

    • Ahh l’ignorance, elle fait dire beaucoup de choses.
      Comment savez vous qu’Allah n’a prévu aucune sanction pour celui qui ne jeûne pas alors que nombres de hadiths parlent de ceux qui rompt le jeûne et que les savants ont dit que le fait de ne pas jeûner est encore pire et que donc la sanction sera pire encore.

      • Je ne crois pas dans les savants je crois en Dieu et en ses prophètes les savants et les compagnons sont des hommes comme les autres je ne les idéalise pas je souscris à certains de leurs dire et analyses mais pas systematiquement.
        Pouvez vous citer un hadith fort qui propose une sanction terrestre pour celui ou celle qui ne jeune pas et pouvez vous me dire comment vous distinguez celui qui ne jeune pas parce qu’il ou elle est malade en voyage…de celui oy celle qui ne jeune pas par conviction

    • Dans les pays musulmans, il n’y a pas de pratique ostentatoire de non jeûne. C’est comme ça, il faut respecter la culture du pays.

  12. Merci Razika pour vos articles. Je n’ai rien à dire sur l’obligation ou pas du ramadan qui ne relève pas de ma culture. En revanche, je crois comme vous à la séparation de la politique et de la religion dans mon pays pour permettre la pluralité des opinions qui découle de la liberté de conscience, fut-ce au prix d’une réforme de l’islam et du détachement des français musulmans d’une vision litteraliste du coran contraire aux valeurs républicaines. Il est ainsi temps que la République reprenne la main et affirme ce qu’elle est partout sur son territoire. Ce n’est pas à elle de s’adapter à l’islam mais à l’islam de s’y conformer.

    Je crois également à la modernité si tant est qu’elle soit compatible avec la culture d’une nation sans l’araser. La France reste ainsi imprégnée de son héritage chrétien avec ses spécificités et doit d’ailleurs mieux les défendre face à toute tentative d’effacement. La laïcité ne consiste pas à oublier notre histoire et encore moins à reléguer, voire vilipender les chrétiens. Je suis athée mais pas n’importe quel athée. Un athée issu d’une famille catholique et d’une culture chrétienne qui m’a façonné.

    Pour les pays où l’islam domine, c’est donc aux peuples de décider, faire leur chemin car je crois également à la démocratie ainsi qu’à la souveraineté des nations.

    • Lénifiant et totalement puéril. C’est qui le gosse, répète voir?

      La démocratie chez les autres est un faux concept inventé par les occidentaux pour dompter les velléités et mater les plus enclins à s’ériger contre l’hégémonie.

      On a cru , moi le premier aux beaux discours: il faut aider les peuples à s’émanciper bla bla bla, à se sortir des ténèbres, bla bla, à chasser le tyran que vous avez installé pourtant et que vous avez choyé ou encore, il faut éduquer les peuples mais à coup de bombes bien sûr, pour qu’ils fuient leur terre et arrivent en masse chez nous quand ils finiront par faire les tâches les plus ingrates payées à coup de lance-pierre. Il faut installer la démocratie quand le maître-mot sera: CORRUPTION et la ligne de conduite, DIVISION pour mieux les contrôler.

      Vous portez l’étendard de la modernité certes mais tu oublies que cette dernière s’est construite sur le dos des hommes que vous avez indûment exploités et des terres que vous avez sciemment pillées et que vous pillez encore.

      Alors la Démocratie ou démon crassie?

      • Qu’Allah vous bénisse Rachid Zani pour la vérité de laquelle on pense pouvoir nous distraire.
        Plus ils se forcent à éteindre la lumière, effacer les faits, imposer l’amnésie et avec des moyens colossaux plus Allah les plongera dans la déception et ça provoquera l’effet inverse.
        Ils sont pitoyables vraiment
        En tout cas qu’Allah agrée votre ramadan et Aïd mubarak Monsieur Rachid Zani

      • @Zani. À l’évidence vous n’avez pas lu l’article, notamment la conclusion. Réponse purement réactive et donc à côté de la plaque comme souvent. Vous feriez mieux d’apporter votre propre commentaire plutôt que de répondre au mien. Le suivisme est le signe d’une absence de point de vue.

    • Merci Zéro de te la fermer et d’aller apprendre d’abord.
      le Zéro qui fait dans le merci Razika; ouvre une petite brèche, entre comme un microbe pour justifier en pensant que l’autre est idiot.
      J’aime la familiarité merci Razika, je te béni Razika, enfin une musulmane intelligente, une musulmane pas comme les autres. Alors qu’il n’a rien compris au fond.
      Leroy de la bêtise, avant de partir en vacance, il s’est payé le remplaçant Zéro.

  13. Le prophète à commencé avec 3 jours de jeune puis ça s’est terminé aujourd’hui avec 1 mois, c’est du n’importe quoi, normalement c’est 3 jours sec sans manger, mais l’homme moderne invente tout et n’importe quoi c’est comme le hallal c’est totalement ridicule, peuple d’ânes. La religion musulmane est devenue purement commercial, normalement tu fais tes 5 prières tu manges sainement, tu jeunes 3 jours tu fais le bien autour de toi ça suffit, tout le reste c’est de la mascarade.

    • @Samir
      Ne travestissez pas le Coran – Si vous ne comptez pas jeuner nul ne vous en empêche mais n’induisez pas les gens en erreur ou pour le moins utilisez le subjonctif. Un peu d’humilté que diable.
      En 2 phrases vous avez travesti la parole divine et insulté 1,8 milliard d’individus (1/4 de la population mondiale), je dois reconnaitre que c’est un exploit.
      Balayez donc devant votre porte et instruisez vous avant d’avancer des inepties.

      SOURATE 2 – AL-BAQARAH (LA VACHE)
      183. Ô les croyants! On vous a prescrit aṣ-Ṣiyām(70) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piét é,

      184. pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter qu’(avec grande difficulté), il y a une compensation:(71) nourrir un pauvre. Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, c’est pour lui; mais il est mieux pour vous de jeûner; si vous saviez!

      185. (Ces jours sont) le mois de Ramadān au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. – Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants!

      • Bon votre traduction est fausse déjà, dans aucun passage du Coran il est indiqué que il faut jeûner 1 mois, les seuls choses qu’on sait c’est que le prophète avait jeûné 3 jours sans manger ni boire, alors vous et vos inepties et vos fausses traductions d’un éditeur du coin gardez les pour vous et n’induisez pas en erreur le musulman lambda comme moi.et le mot travestir sortant de la bouche d’un muslim c’est déjà mauvais signe pour vous puis que dieu nous a donné le droit de réfléchir de penser et d’analyser, arrêtez de vous prendre pour un saint, et je n’insulte personne.

        • Chahr en arabe veut dire mois. et la réponse définitive sans nécessité d’ergoter est donné dans les verset 183 à 185 du Coran. Les musulmans jeunent ce MOIS, tout ce MOIS.

          183.Ô les croyants! On vous a prescrit aṣ-Ṣiyām(70) comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété,

          184. pendant un nombre déterminé de jours. Quiconque d’entre vous est malade ou en voyage, devra jeûner un nombre égal d’autres jours. Mais pour ceux qui ne pourraient le supporter qu’(avec grande difficulté), il y a une compensation:(71) nourrir un pauvre. Et si quelqu’un fait plus de son propre gré, c’est pour lui; mais il est mieux pour vous de jeûner; si vous saviez!

          185. (Ces jours sont) le MOIS de Ramadān au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc, quiconque d’entre vous est présent EN CE MOIS, qu’il jeûne! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. – Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants

        • @Samir
          Je ne me suis pas pris pour un saint, d’ailleurs rien dans mon texte ne le laisse supposer, je ne faisait que répondre à un fake.
          Il ne s’agit pas de rejeter le texte d’un revers de main cher “Mufti”.En quoi cette traduction du verset est fausse. Apportez les éléments contestés. êtes vous arabisant? faites vous de l’exegèse?
          En fait la réponse @Depassage vous la donne: chahr en arabe veut dire mois. Le texte est clair, et on ne va pas se référer un pseudo hadith du prophète alors que le Coran est explicite.
          Je vois que le mot “travestir” vous a blessé.Il est vrai que l’utilisation du terme vous fait porter une responsabilité qui n’est peut être pas la votre. Après tout, peut être n’avez-vous fait que répéter ce qui est certe blamable mais moins que le fait d’induire sciemment en erreur.
          Soit, mais que dire du Milliard huit cent millions de musulmans que vous avez traiter d’ânes. Je suppose que vous y compter aussi toute votre famille: aieuls, père , mère, frères, soeurs, enfants etc…. A part cela vous n’insultez pas.
          Alors mon cher “Mufti”, il semble là que vous vous soyez abstenu du droit de penser et réfléchir que nous a accorder Dieu.
          Ne serait-ce pas là “un mauvais signe pour un muslim?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Aïd El Fitr 2019: Le centre international d’astronomie prévoit la date du mercredi 5 juin pour la France, le Maroc et l’Algérie

Le calendrier musulman en 10 questions (1/2)