in

Ramadan est un mois d’ascèse, de prière et de partage pas de boulimie

L’Islam est une religion communautaire et collectiviste qui se soucie beaucoup du bien-être de l’individu au sein de son groupe social, de l’homogénéité de la société et de son caractère inclusif. Il prescrit de bonnes relations entre les membres de la société, car si la société est forte et saine, l’Oummah (nation islamique) se portera sans aucun doute bien. Elle prescrit également le respect des autres religions et cultures et la recherche de la paix et de la fraternité des hommes dans le monde entier.

Aime ton prochain : solidarité collective

L’une des valeurs importantes de la religion de l’Islam est la coopération bénéfique et la compréhension mutuelle selon la sourate suivante :

Publicité

وَتَعَاوَنُوا عَلَى الْبِرِّ وَالتَّقْوَىٰ ۖ وَلَا تَعَاوَنُوا عَلَى الْإِثْمِ وَالْعُدْوَانِ ۚ وَاتَّقُوا اللَّهَ ۖ إِنَّ اللَّهَ شَدِيدُ الْعِقَابِ …’’

« …Entraidez-vous dans l’accomplissement des bonnes œuvres et de la piété et ne vous entraidez pas dans le péché et la transgression. Et craignez Allah, car Allah est, certes, dur en punition ! ‘ » (Sourate 5, Verset 2)

Ainsi, Allah ordonne à tous les musulmans de s’entraider pour former une structure sociale forte dans une communauté basée sur les valeurs de solidarité, de soutien mutuel et de souci du bien-être de l’autre.

Publicité

Ceci est encore souligné dans un Hadith du Prophète Mohammed, () :

المؤمن للمؤمن كالبنيان يشد بعضه بعضًا (Hadith rapporté par al-Boukhari)

S’entraider est sans doute une action à double tranchant :

– Prendre soin : montrer de l’intérêt pour l’autre et lui apporter soutien et aide si nécessaire, et ;

– Partager : aider les nécessiteux et les pauvres de la société.

Les valeurs de bienveillance et de partage ont été sanctifiées par le Prophète () dans ses différents hadiths, il parlait gentiment de son voisin au point que le fidèle pensait qu’il allait le rendre éligible à l’héritage des autres personnes de son entourage.

Publicité

Si le Prophète () fait du “voisin” un membre très important de la société, cela signifie que la solidarité collective est l’aspect le plus important de l’Islam social. De plus, le Prophète () n’a pas précisé que le “voisin” doit être musulman, ce qui signifie que le bon traitement des personnes de votre entourage s’applique à tous, indépendamment de leur religion, de leur couleur ou de leur statut social.

En plus du partage et de la bienveillance, Allah a instruit les musulmans, de lire le Coran pendant ce mois sacré de Ramadan, non pas mécaniquement mais plutôt intelligemment pour faire sonner ses contours saillants dans l’oreille du fidèle afin de faire ressortir dans son âme et son esprit des valeurs telles que :

– La paix et la fraternité de tous les hommes ;

– Le respect de l’autre et la pleine acceptation de son “altérité” ;

– Le respect de l’ancienneté ;

– Le partage et la bienveillance ;

– L’empathie ;

– La responsabilité sociale mutuelle ;

– Le pardon ;

– L’égalité et l’équité ;

– la justice ;

– Manifestation d’affection et d’amour ; etc.

L’Islam n’est pas seulement une question de prière, c’est aussi une question de bonnes relations et de bon traitement des autres :

الدين المعاملة

“La religion est un bon traitement des autres”

Le Coran indique très clairement que la Nuit du Destin (laylat al-Qadr) est préférée à 1000 mois :

بِّسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ إِنَّا أَنزَلْنَاهُ فِي لَيْلَةِ الْقَدْرِ 1

Nous l’avons certes, fait descendre (le Coran) pendant la nuit d’Al-Qadr.

وَمَا أَدْرَاكَ مَا لَيْلَةُ الْقَدْرِ

Et qui te dira ce qu’est la nuit d’Al-Qadr ?

لَيْلَةُ الْقَدْرِ خَيْرٌ مِّنْ أَلْفِ شَهْرٍ

La nuit d’Al-Qadr est meilleure que mille mois.

تَنَزَّلُ الْمَلَائِكَةُ وَالرُّوحُ فِيهَا بِإِذْنِ رَبِّهِم مِّن كُلِّ أَمْرٍ

Durant celle-ci descendent les Anges ainsi que l’Esprit, par permission de leur Seigneur pour tout ordre.

سَلَامٌ هِيَ حَتَّى مَطْلَعِ الْفَجْرِ

Elle est paix et salut jusqu’à l’apparition de l’aube.

Cette valeur est immense. A tel point que, dans le Coran, une sourate entière (citée ci-dessus) est consacrée à cette nuit (Sourate al-Qadr, N° 97). Le Texte dit que cette nuit est meilleure que mille mois. Elle a donc plus de valeur qu’une vie. Faites les calculs et vous verrez que cela fait plus de quatre-vingt-trois ans. C’est donc une nuit d’adoration qui vaut mieux qu’une vie d’adoration

Le mois de Ramadan est le seul mois de l’année mentionné dans le Noble Coran lorsqu’Allah, exalté soit-Il, dit (sens du verset) :

« (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été révélé […] » (Sourate 2, Verset 185).

[…]شَهْرُ رَمَضَانَ الَّذِي أُنزِلَ فِيهِ الْقُرْآنُ هُدًى لِّلنَّاسِ وَبَيِّنَاتٍ مِّنَ الْهُدَى وَالْفُرْقَانِ

Le Prophète () rapporta le mérite de ce mois béni en disant :
« Quiconque jeûne le mois de Ramadan avec une foi sincère et en espérant la rétribution d’Allah, se verra pardonner tous ses péchés antérieurs. » (Hadith rapporté par al-Boukhari et Mouslim)

Ce mois sacré est censé être l’épitome de la pensée et de la philosophie islamiques s’articulant autour de valeurs nobles telles que :

– Les bonnes relations entre les gens ;

– La responsabilité envers les autres membres de la société ;

– La paix intérieure et extérieure ;

– la solidarité active, etc.

Un élan de tolérance, de paix et de bienveillance

Le mois du Ramadan est définitivement un mois de partage et de solidarité. Faisant partie des cinq piliers de l’Islam, ce mois représente quatre semaines de charité, de frugalité et de piété durant lesquelles les musulmans doivent faire preuve de don de soi et de soutien aux plus démunis.

Cet élan de solidarité est partagé par les musulmans et les non-musulmans, reflétant les valeurs de tolérance, de bienveillance et de paix qui les rassemblent. A cette occasion, plusieurs opérations sont lancées en faveur des familles qui sont dans le besoin afin qu’au moment de la rupture du jeûne, des repas de fête rassemblent toutes les familles.

Ce message d’humanité est une preuve supplémentaire que les valeurs de respect prévalent entre les différentes religions. Que ce soit sous forme d’aide financière ou de distribution de paniers, les bienfaiteurs peuvent se permettre d’aider ceux qui sont dans le besoin ou qui sont éloignés de leur famille. Dans cette démarche, aucune partie de la population n’est mise à l’écart, notamment les personnes âgées. Ces dernières participent d’ailleurs aux activités organisées par les associations en leur faveur.

Accueillir une ferveur religieuse de grande intensité, rechercher le repentir et le pardon, mais aussi préparer les fidèles à ce que l’on pourrait appeler l’altruisme social, tels semblent être quelques-uns des enjeux des temps de jeûne du Ramadan.

La véritable signification du Ramadan

Le mois de Ramadan est le 9ème mois du calendrier musulman. Ce mois marque le début de la révélation du Coran faite au Prophète Mohammed (). Aussi, le Ramadan est le mois de jeûne par excellence. Le jeûne du mois de Ramadan est l’une des obligations rituelles de l’Islam et aussi l’un des cinq piliers de la religion musulmane. Mois de spiritualité et de solidarité, chaque année plus d’un milliard et demi de musulmans le célèbrent dans la joie et le partage.

La privation volontaire de nourriture rappelle la faim, la souffrance et la pauvreté dans le monde. De Tanger à Jakarta, de Nouakchott à Kaboul, les musulmans découvrent au quotidien le vrai sens des valeurs universelles, celles de l’humanité, du respect et de l’entraide pour renforcer les liens sociaux.

En jeûnant, les riches comprennent ce que les défavorisés vivent au quotidien, et ils profitent de la générosité ambiante pour bien se nourrir durant ce mois. Parmi les activités sociales populaires, citons les opérations d’aide alimentaire visant à aider les personnes démunies à rompre leur jeûne en distribuant des colis alimentaires ou en offrant des repas chauds. Ces opérations sont souvent organisées par des associations, des sociétés ou simplement des familles.

Il a été rapporté que le Prophète Mohammed () a dit :

« La meilleure aumône est celle qui est faite pendant le mois de Ramadan (Hadith Rapporté par Tirmidhi). Et le Prophète () était le plus généreux des hommes.

Le Ramadan n’est pas la boulimie

Tout comme Noël dans le monde occidental, le Ramadan est devenu, hélas, un mois de fête de la boulimie, alors qu’en réalité, l’Islam prive les gens de nourriture, d’eau et d’autres plaisirs charnels pendant la journée pour éveiller chez l’individu les valeurs de solidarité et d’empathie.

Les pauvres souffrent du manque de nourriture toute la journée, tous les jours, un bon musulman en faisant l’expérience de cette souffrance pendant un mois entier peut expérimenter les douleurs du manque. La douleur de la faim se veut une approche pédagogique pour lui faire prendre conscience de la situation difficile de l’autre afin de se soucier de lui tout au long de l’année et pas seulement quelques jours ou quelques semaines.

Le Ramadan, c’est aussi s’abstenir de manger trop et de s’empiffrer à l’infini le soir.

Le Ramadan est censé activer chez le bon musulman les valeurs d’empathie et de générosité : partager la nourriture, le temps, l’amour et le respect avec les nécessiteux au quotidien, tout au long de l’année.

Le jeûne est également une entreprise personnelle saine ; il aide le corps à éliminer les toxines présentes dans les différents aliments et boissons tout au long de l’année.

Le mois de l’aumône et du bien

L’aumône sadaqa, qu’elle soit obligatoire ou facultative, est une institution fondamentale de la solidarité. Il est important de noter que les textes coraniques et prophétiques n’excluent pas les non-musulmans de l’aide humanitaire. Si un musulman (malade, enceinte, voyageur, etc.) ne peut pas jeûner pendant le mois de Ramadan, il lui est demandé de nourrir chaque jour un pauvre. Ainsi, le rite du jeûne siyâm peut être remplacé par le rite de l’aumône sadaqa. En d’autres termes, l’acte social (l’aumône) équivaut et remplace en même temps l’acte spirituel (le jeûne du Ramadan).

C’est la période de l’acceptation et du bien ; la porte du bien est ouverte pour celui qui le désire, et le diable est enchaîné ; selon Abou Houréïra le Messager d’Allah () a dit :

« Lorsque le mois de Ramadan arrive, les portes du paradis sont ouvertes, les portes de l’enfer sont fermées et les diables sont enchaînés) » (Hadith rapporté par Al-Boukhari et Mouslim).

Et il a dit aussi que le Messager d’Allah () a dit :

« Lorsque la veille du mois de Ramadan arrive, les diables et les génies désobéissants [pervers] sont enchaînés, les portes de l’enfer sont fermées et aucune de ses portes ne sera ouverte, et les portes du Paradis sont ouvertes et aucune de ses portes ne sera fermée, et on appelle : “O Toi qui désire le bien, vient ! Et O Toi qui désire le mal, arrête-toi ! ; Et Allah affranchit des gens de l’enfer chaque nuit [pendant le mois de Ramadan] » (Hadith rapporté par Ibn Maajah).

 

Vous pouvez suivre le Professeur Mohamed Chtatou sur Twitter

Publicité

Laisser un commentaire

Chargement…

0

La grandeur et la pertinence du mois sacré du Ramadan (1/2)

Lundi 2 mai 2022 est le jour de l’Aïd El Fitr