in

Le vrai sens du Ramadan

Les  six millions de musulmans vivant en France jeûnent à l’unisson avec un milliard d’autres à travers le monde. Ce soir, à la mosquée, il y a plus de monde que d’habitude. Il ne reste qu’une dizaine de minutes avant l’appel à la prière. L’effervescence commence. Les gens entrent dans la salle de prière et s’installent. Ils attendent. Une ambiance de paix et de générosité s’installe aussi. Générosité dans le sourire et dans les gestes. C’est la détente. Les fidèles vivent, comme moi, la magie qui entoure  ce mois de Ramadan.

L’appel à la prière retentit. Les rangs se forment et se serrent, toujours de manière linéaire. Les fidèles s’activent et ceux qui font encore leurs ablutions se pressent pour ne rater aucun moment. Je m’avance, je me place, je m’installe et la prière commence. Le silence prend aussi sa place et la voix douce et apaisante de l’imam berce les coeurs de chacun et de chacune ; une voix à la sonorité envoûtante, dramatique, magique, intime, une sonorité qui a traversé les siècles.

Il est l’heure de la résistance, de la persévérance, de l’effort, de la lutte, pour être plus homme, pour être plus femme. Cette résistance te met face à tes limites, celles de ton humanité, celles de ton corps ; cette résistance te montre ta force, celle de ton coeur et de ton esprit. A chacun de savoir la saisir et l’utiliser. Les prières continuent et plus elles s’enchaînent, plus on se sent proche de quelque chose, de soi sans doute… On se connaît mieux et on intensifie ce sentiment pour être mieux, c’est tout. Voilà le vrai sens du Ramadan : devenir meilleur durant ce mois et le rester, parce qu’on en sort toujours avec une force en plus.

Je prie et je vois tout : présent, passé, futur proche. Qui suis-je ? Mon corps est là, mon esprit s’évade parfois et mon coeur prie pour un signe. Ce signe est venu et il m’accompagne. Signe violent et douloureux mais qui me montre le chemin de la rédemption. Je prie pour ce signe. Tu ouvres une porte et c’est le noir total. Parfois, tu ouvres une autre porte et un chemin s’illumine. Suis-le. C’est le chemin du bien-être, de la sincérité et de l’amour. Résister au mensonge, à la trahison et peu importe ce qu’en pensent les gens. Je fais aussi partie des gens. Je peux juger, avoir un préjugé, me méfier, douter mais ne t’occupe pas de ce que je pense. L’être fini toujours par rencontrer la vérité. On lutte pour ne jamais juger.

Dire la vérité, toujours et qu’importe le prix à payer. L’essentiel est d’être en paix avec soi-même. Les choses enfouies au fond de soi doivent sortir et te libérer. C’est nécessaire. J’ai eu un signe. Je prie pour ce signe. Je prie pour toi, toujours, jusqu’à la fin, jusqu’à la mort… L’enfer sur terre vaut la peine d’être vécu, si le bonheur pour l’éternité est au bout. Tout affronter pour se libérer, être vrai pour toucher la cohérence et être sincère pour vivre l’amour, le vrai, celui qui ne tue pas, celui qui ne dénature pas, celui qui ne détruit pas. J’ai voulu un signe. J’ai eu un signe, violent et douloureux. Je prie pour ce signe, je prie pour toi, jusqu’à  la fin…pour te retrouver In Shâ Allah, dans l’Eternité.

Un commentaire

Laissez un commentaire
  1. Tout ce qui est lecture médicale et chirurgicale se fait à jeun.
    On se porte bien le ventre vide, on doit manger pour rester en vie, il faut prendre le juste milieu.
    Jeuner toute sa vie ou manger toute sa vie est contre le bien etre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Trump et l’islam: discours temporel sur une religion atemporelle

Gergaoun ou la fête des enfants par excellence dans les Etats arabes du Golfe, pendant le Ramadan