in

Pourquoi l’islamophobie ne passionne-t-elle pas les foules ?

On sait que l’Islam est un sujet passionnément décrié, critiqué par contre l’islamophobie est carrément ignorée et occultée. Pour beaucoup de gens, l’islamophobie est un problème secondaire pour diverses raisons, ce qui est difficile à comprendre quand on s’adresse à des personnes dites “engagées” et qui donc luttent contre les discriminations en général et donc pour plus de justice sociale.

Ce qui nous est arrivé souvent en tant que Collectif luttant contre le racisme et l’islamophobie lors de rencontres avec des partis, avec des associations ou des collectifs qui n’ont rien en commun, en apparence, du moins avec l’Etat et ses agissements, on découvre avec surprise que l’islamophobie est presque justifiée car elle concernerait une catégorie de gens souvent méconnue parce que non cotoyée située dans les “dangereuses” banlieues” ou si on les cotoie, on ne les connait mal et on s’attache à des clichés négatifs véhiculés par divers médias et entretenus par trop de politiques !

D’ailleurs avec l’entrée en vigueur de loi contre le niqab, sur i télé on parlait de lieux où le niqab serait désormais interdit et en même temps on montrait une image d’une voiture en feu ! Allez donc comprendre que le voile intégral ne concernerait que les banlieues et que ces dernières ne seraient que des endroits où on brulerait des voitures..

Ainsi nos interlocuteurs se justifient en disant que la religion est aliénante, que le voile est un signe de soumission : bref le même discours que celui des dominants, dominants qu’ils combattent sauf quand il s’agit d’Islam. On entendra donc souvent les termes de lapidation, d’excision et biensur de polygamie comme si c’était les caractéristiques indispensables des musulmans…Des termes que pour ma part, j’ai appris grace aux non musulmans : ces pratiques m’étant inconnues car jamais prtaiquées…Des pratiques traditionnelles imputées aux musulmans souvent à tort : il est vrai que plus les pratiques sont barbares et injustes et plus la peur et la haine sont attisées et plus ça devrait référer à l’Islam…

C’est donc ce qui justifierait qu’on laisse faire les discriminations qui touchent plus les femmes musulmanes que les hommes musulmans dans un pays où l’émancipation de la femme est dit-on une des plus grandes fiertés. Ainsi la loi Stasi a empéché des filles d’aller à l’école, d’accéder à l’instruction bloquant irrémédiablement leur avenir : la clé de l’émancipation n’est-elle pas le savoir ?

Avant cette loi, les filles voilées avaient un petit espoir d’étre acceptées quoiqu’avec beaucoup de réticence et d’hostilité de la part de la communauté éducative jusqu’à ce que la loi de 2004 soit votée aussi bien par la droite que par la gauche : faut-il rappeler que c’est Jack Lang qui appela de ses voeux à ce qu’une loi tranche définitivement ce “probléme”. On ignore souvent que les élèves voilées subirent un véritable harcèlement moral de la part des établissements étant mises à l’écart comme des pestiférées et obligées de ne pas assister aux cours car cloitrées dans des salles puis accusées d’absentéisme puis renvoyées après un pseudo conseil de discipline qui ne devrait discipliner que le corps enseignant en leur apprenant la tolérance.

On entendra : la loi est votée donc le problème est réglé et tant pis pour celles qui ne se soumettent pas : après tout, les voilées sont soumises : une soumission de plus ou de moins qu’importe !On notera que seul le réalisateur Jérome Host dans son film “Un racisme à peine voilé” a cherché à voir l’autre coté du miroir en donnant la parole à ses filles. Et à tous ceux qui minimisaient le problème ce film éveille les consciences ! Un film tellement dérangeant qu’il a été censuré à sa sortie..

Après la loi Stasi c’est la loi contre le voile intégral : si la 1ère loi a mis du temps pour étre mise en place (la 1ère affaire de voile date de 1989) la loi sur le niqab a été mise en place très vite soit un an environ après la pseudo commission. Elle sera d’ailleurs effective à partir du 11 avril avec une amende et un satge de citoyenneté !

Gageons que bientôt un décret interdira les mères voilées lors des accompagnements scolaires, et si cela pose problème ce sera une loi qui s’occupera de régler ce “problème”. Des lois d’exclusion votées mais aucune étude ne montrent ce que sont devenues ces filles exclues, bientôt ces femmes exclues ! Comme si le destin de ces femmes n’étaient pas un sujet intéressant à développer.Donc reprenons : islamophobie est un mot qui dérange La discrimination qu’elle entraine est minimisée et l’exclusion quant à elle n’est pas du tout prise en compte !

Exclusions au nom de la laïcité appliquée à la base pour séparer l’Église de l’Etat car cette dernière avait trop d’influence sur la vie sociale et politique : aucun rapport avec ce qui se passe maintenant les voilées ne tentent pas de prendre le pouvoir et d’influencer quiconque !! Sous prétexte de prosélytisme, les musulmanes sont bannies et détestées et indésirables et…Prosélytisme inexistant car aucune voilée n’a vu une femme se voiler grâce à elle !! Ce qui relève de l’intime(les croyances) est disséqué, violé à cause du voile. Est-il besoin de se justifier parce qu’on est croyante ?

Est-il besoin de s’excuser parce qu’on est musulmane ? Faut-il avoir honte d’être musulmane ? Au point qu’on ne veuille plus voir de voiles ?? signe d’oppression, signe de soumission ? n’y a t-il pas pire soumission qu’une OBLIGATION d’obéir à une façon de s’habiller commune à toutes les femmes ? N’y a t-il pas pire oppression que l’exclusion de toute vie sociale, de l’espace public ? Faut-il se renier pour plaire à tout le monde ? Y a t-il une seule vision des choses ? Une seule bonne vision des choses ? Celle des dominants ?

Est-ce que parce que la religion ,à un moment donné de l’histoire,a été instrumentalisée pour tuer et opprimer des gens et que cela a révolté beaucoup de monde, doit-on accepter que de nos jours on opprime, on exclut parce qu’on adhère à une religion sans que cela ne dérange personne. A ceux qui disent qu’ils ne se sentent pas concernés, qu’ils ne sentent pas touchés parce qu’ils sont laïques : la laïcité n’est pas la négation du religieux ! Et si les discriminations qui entrainent des humiliations, qui engendrent la souffrance laissent indifférents alors l’humain a vraiment perdu ce qu’il a de plus humain en lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quelle leçon nous donne la Révolution arabe ?

Etat des lieux de la religion en prison : les musulmans pénalisés dans leur pratique quotidienne