in

Maurice Szafran appelle à la censure du terme « islamophobie » sur RMC

Quand les directeurs de conscience, interchangeables et indéboulonnables, de notre microcosme médiatique s’offusquent de se voir infliger des leçons d’anti-racisme de la part de Bruxelles, cela donne un Maurice Szafran très remonté, ce mercredi, sur RMC, dans son « parti pris » matinal qui n’a jamais aussi bien porté son nom, tant il s’est montré farouchement partisan de la censure du terme « islamophobie ».

L’islamophobie, ce vocable reconnu par l’ONU mais continuellement décrié par une certaine intelligentsia française si éprise d’une laïcité que personne n’envie et, pire encore, que la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance vient d’épingler pour son racisme désinhibé et son chapelet de discriminations, notamment anti-voile, donne manifestement des boutons à l’ancien PDG de Marianne qui en a appelé à sa caste d’intellectuels pour pousser des cris d’orfraie.

Sans surprise, celui-ci a battu le rappel des troupes pour s’insurger contre cette «  remise en cause de la laïcité à la française » jugée intolérable, citant en premier l'intouchable Elisabeth Badinter, l’héritière d’abord de Marcel Bleustein-Blanchet avant d’être celle des Lumières, qui exhortait récemment à « ne pas avoir peur de se faire traiter d'islamophobe »….

« J’aimerais entendre les réactions d’Elisabeth Badinter et de nombreuses féministes qui ne supporteraient pas une telle contre-vérité », s’est exclamé, furibond, Maurice Szafran, au sujet des mesures contre le port du voile taxées d'aggraver le racisme, tout en s’autorisant, lui, à brandir sa morale et distiller ses propres contre-vérités sur les ondes.

« L’utilisation du mot « islamophobie » me met mal à l’aise », a-t-il renchéri, feignant l’indignation devant la montée du « racisme anti-maghrébin, du racisme ignoble contre les musulmans, du racisme anti-noirs », avant de s’en prendre à ces « Eurocrates » qui ont coiffé la patrie des droits de l’Homme d’un bonnet d’âne peu glorieux…

Et de s’égosiller : « Le droit légitime de critiquer l’islam, est-ce de l’Islamophobie ? Evidemment, non ! Le combat implacable, idéologique, culturel, militaire que nos démocraties doivent mener contre l’islamisme, est-ce de l’islamophobie ? Non ! Exiger que les citoyens musulmans, comme l’ensemble des citoyens français, respectent les principes essentiels de la laïcité, est-ce de l’islamophobie ? Evidemment pas ! », s’est emporté Maurice Szafran en guise de conclusion retentissante,  jouant les grands moralisateurs et censeurs jusqu’au bout, tant auprès de cette Europe qui a l’outrecuidance d’appuyer là où ça fait mal, que des Français de confession musulmane éternellement sujets à caution, quand ils ne sont pas sommés de s’indigner sur commande et de se fondre dans le paysage.

Heureusement que ce fameux rapport publié par Bruxelles a également dénoncé la hausse de l’antisémitisme, car on n’ose alors songer à l’accès de fureur de Maurice Szafran en ce mercredi matin de début mars, qui aurait certainement crié au complot et trouvé ses victimes expiatoires… devinez qui !!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Gaza : la résistance par la musique (reportage)

DiCaprio répond avec tact à une journaliste égyptienne dont la question a été moquée sur les réseaux sociaux