in

Melbourne : une jeune femme musulmane jetée d’un train en marche par… une femme

Violemment prise à partie, injuriée, rudoyée, brutalisée, avant, comble de l’horreur, d’être jetée d’un train en marche et retrouvée gisante dans un fossé, grièvement blessée, c’est de manière tragique que s’est terminé le jeudi 25 septembre pour une Australienne de confession musulmane, résidant à Melbourne.

Victime d’une fureur islamophobe qui est allée crescendo en Australie depuis les atrocités surmédiatisées de Daesh, cette jeune femme de 26 ans, véritable miraculée, gardera de lourdes séquelles physiques et psychologiques de cette terrible agression qui a semé l’effroi jusque dans les rangs de la police, à la fois par sa rage de tuer et la main criminelle qui l’a commise : une femme aux cheveux courts et bruns, de race blanche, et mesurant environ 1m77, ainsi que l’ont décrite plusieurs témoins.

"Une attaque d’une telle violence est tout à fait inacceptable", a déclaré Michael Potter, le commissaire de police en charge de l’enquête, en relatant le déroulement des faits devant la presse.

La jeune femme voilée, qui se tenait debout dans le train, a vu arriver à sa hauteur une inconnue, l’air menaçant, qui a d’abord proféré à son encontre des insultes racistes d’une extrême vulgarité, avant de la saisir par le cou en tentant de l’étrangler, puis de lui empoigner les cheveux et de frapper sa tête contre une partie rigide de la voiture à bord de laquelle elle était montée. Essayant vainement de se débattre contre la force de son agresseur, décuplée par la haine, le pire restait à venir pour la malheureuse victime de l’islamophobie à son paroxysme, quand elle fut brutalement poussée hors du train lancé à vive allure.

Au lendemain de cet acte odieux, la consternation fut immense en Australie, les forces de l’ordre étant plus que jamais mobilisées pour recueillir les plaintes de leurs concitoyens musulmans, en les exhortant à signaler tout acte de malveillance, mais aussi et surtout pour enrayer l’hémorragie d’agressions racistes, dont chacun sait désormais qu’elles peuvent être indifféremment l’œuvre d’hommes comme de femmes, ce qui a ajouté à l’accablement général.

Récemment, c’est sur l’agora virtuelle de Facebook que des musulmans australiens ont décidé d’agir au service de leurs coreligionnaires, pour contrer, désamorcer, quantifier et assurer une veille permanente du sentiment anti-musulmans prégnant, à travers la page "Islamophobia Register Australia".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sciences Po Aix : une étudiante voilée traitée de “cheval de Troie de l’islamisme” par un professeur

L’avocate de Mohamed Merah affirme sur France 5 qu’il “était un agent des services français, ils l’ont éliminé” (vidéo)