in

Drame à la mosquée de Houston : un imam poignardé et blessé par balles par trois dangereux islamophobes

Dimanche, aux premières lueurs de l’aube, la prière du matin a tourné au drame aux abords de la mosquée Madrasah Islamiah de Houston, au Texas, lorsque celui qui devait la diriger, le très estimé docteur Arsalan Tajammul, est tombé dans une embuscade tendue par trois hommes qui l’ont poignardé, puis tiré dessus à deux reprises, avant de fuir en le dépouillant de ses biens.

Arsalan Tajammul, un médecin à l'écoute de ses patients doublé d'un imam proche de sa communauté 

Cet acte criminel effroyable, qui a provoqué stupeur et effroi au sein de la communauté musulmane locale, n’a laissé aucune chance à l’ophtalmologiste de renom, marié et âgé d’une trentaine d’années,  qui s’est retrouvé encerclé par trois êtres immondes, déterminés à nuire, alors qu’il se rendait à pied vers la mosquée, après avoir garé sa voiture à proximité.

Laissé pour mort sur le bitume par ses trois assassins, dont l’extrême sauvagerie n’a d’égal que l’infinie lâcheté, Arsalan Tajammul a été découvert inanimé, gisant dans une mare de sang, par des fidèles horrifiés, puis conduit d’urgence à l’hôpital où il a subi une lourde intervention chirurgicale.

Vingt-quatre heures après cette véritable tragédie qui assombrit la célébration de l’Aïd El-Fitr, l’accablement se lit sur tous les visages, tandis qu’un immense frisson de peur parcourt les rangs des musulmans de Houston, de nombreuses questions tourmentant les esprits. Ce n’est pas la thèse du vol qui a mal tourné avancée par la police qui est de nature à apaiser l’angoisse palpable, ni à convaincre ceux, nombreux, qui y voient la marque d’une agression islamophobe d’une violence inouïe.

A l’heure où les dangereux criminels, non identifiés, courent dans la nature, Mustafa Carroll, le directeur du Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR) de Houston, qui n’a pas fait mystère de son scepticisme à l'égard de la théorie échafaudée par les forces de l’ordre, a été porteur d’une bonne nouvelle qui a réchauffé bien des cœurs : opéré dans un état critique, les jours de Arsalan Tajammul ne seraient plus en danger.

« La tentative de vol qui a dégénéré me semblerait très étrange quand on voit où est implantée la mosquée, en plein cœur d’un quartier pauvre. Les sombres individus qui ont sauvagement attaqué Arsalan Tajammul portaient des masques et ont proféré des insultes racistes et des menaces avant de le massacrer, dont une, très révélatrice, a été entendue par plusieurs témoins : « Vous les musulmans, rentrez dans vos pays », a souligné Mustafa Caroll.

Il est à noter que la célébration du mois béni de Ramadan aux Etats-Unis, et notamment à New York, a été tragiquement émaillée cette année de plusieurs passages à tabac à caractère islamophobe, l’agression insoutenable de Houston ayant carrément culminé dans la folie meurtrière.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Finalités et modalités de l’islam

L’arabe, “une race belliqueuse et superstitieuse” selon le dictionnaire Larousse de 1948