in

Londres : un imam envoie, tous les ans, plus de 4 000 cartes de Noël pour promouvoir la tolérance religieuse

Depuis près d’une décennie, selon un rituel immuable, le Dr Mohammed Fahim, l’imam du Centre islamique Qur’ani Murkuz Trust situé à l’est de Londres, met un point d’honneur à envoyer des cartes de Noël personnalisées à un large éventail de destinataires à travers le monde, dont certains sont prestigieux.

Chaque année, à l’approche de la célébration de la grande fête chrétienne, il imprime plus de 4 000 cartes joliment illustrées par ses soins, représentant Jérusalem et sur lesquelles sont inscrits en lettres d’or des versets du Coran ayant trait à la naissance de Jésus et à ses miracles. Avec une grande méticulosité, il les orne d’un message cordial et fraternel, traduisible dans toutes les langues.

Et tous les ans, c’est avec une émotion intacte que l’imam Fahim décachette les enveloppes portant les sceaux papal du Vatican et royal d’Elisabeth Il, mais aussi du 10 Downing Street, d’éminentes personnalités politiques du Royaume-Uni et d’Europe, ainsi que de hauts dignitaires religieux chrétiens, qui contiennent leurs remerciements chaleureux et sincères.

« Je suis toujours aussi agréablement surpris et honoré que Sa Majesté la Reine, le Premier ministre et le Pape répondent à mes vœux. Je reçois tant de réponses porteuses d’espoir et d’une extrême gentillesse », a-t-il déclaré à Sky News, heureux que son initiative visant à dissiper les idées fausses sur les musulmans et à faire savoir la très haute estime dans laquelle l’islam tient Jésus s’avère à ce point fructueuse.

Publicité

« Je regrette que les musulmans britanniques ne profitent pas des deux opportunités en or que sont Noël et Pâques pour promouvoir le message de l’Islam, un message de paix, de tolérance et de justice », a souligné le Dr Mohammed Fahim, ce chantre de la tolérance religieuse dont les vœux de « Joyeux Noël » font, chaque année, de vrais petits miracles.

Publicité

11 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Les commentaires sous les publications de Oumma qui concernent des personnes de bien, sont trop souvent négatives; c’est pathétique de vous lire. J’espère que tous ceux qui critiquent les bons Imam, se le permettent parce qu’ils font encore mieux qu’eux.

    • Très intéressant votre commentaire, parce que même s’il ne répond pas aux critiques par des arguments et qu’il émet des jugements de valeur ad hominem – précisément ce qu’il prétend reprocher aux autres qui eux argumentent soit-dit en passant – il suscite la réflexion de ceux qui en seraient encore capables.
      Je suis de ceux qui ont posté des commentaires négatifs, deux pour être précis, dans le premier j’émets des réserves sur un des destinataires des vœux en l’occurrence la reine mais je dis pourquoi à travers une vidéo, serait-ce trop demander que de vous suggérer de visionner d’abord la vidéo en question, de patienter jusqu’au « God save the queen » et seulement après, de juger ?
      Dans le deuxième com je parle faits si je me trompe on peut donc aisément me répondre, à savoir que cette action superfétatoire coûte à minima 11 600 euros par an (3 ans et 3 mois de salaire d’un imam en Algérie) sans même chiffrer financièrement le temps conséquent passé à préparer les plis. On peut donc légitimement se demander si une telle somme ne pouvait pas être mieux utilisée ailleurs et aussi la provenance des fonds qui ont tout intérêt à provenir d’un bien personnel et non pas d’une quête parmi les fidèles par exemple.
      Enfin et au-delà des divergences d’opinion qui importent peu finalement, votre approche « Ne critiquez pas, ils sont meilleurs que vous » avec son pendant « Ne raisonnez même pas, ils sont plus intelligents que vous » a fait beaucoup de tort à l’Islam et vous en répondrez avec d’autres, chacun à la mesure de son influence.
      « Ne critiquez pas les compagnons, ce sont des anges », alors que le Coran lui-même dit tout-à-fait autre chose pour beaucoup mais alors beaucoup d’entre eux
      « Ne critiquez pas Mouawiya et son fils yazid» le premier est l’oncle des croyants sic, un oncle qui aura coûté la vie de dizaines de millions d’entre ses neveux et le deuxième est un roi des musulmans, le roi des criminels ouais
      « Ne critiquez pas les oulémas, leur « science » vous dépasse », ibn taymia, sayed kotb et consorts
      Leurs énormités aussi ainsi que les crimes auxquels ils peuvent appeler الا من رحم ربي
      « Ne critiquez pas les mouhadithin, nous leur devons d’avoir sauvegardé la religion de Dieu »
      Nous leur devons surtout une nouvelle religion qui a écarté le Coran et l’a remplacé par des tonnes d’écrits que le messager lui-même avait interdits de son vivant.
      Bref à vous lire, un jour il fera jour n’challah mais ça n’est pas pour tout de suite, non.

  2. Il y a des gens qui critiquent les jardins envahis de mauvaises herbes, il y a ceux qui arrachent lesdites (souvent avec violence, voire sauvagerie) et d’autres qui tentent de planter des fleurs…
    Il me semble que cet imam tente de planter des fleurs n’en déplaise aux critiqueurs et aux arracheurs.
    Chacun son choix, mais qu’on ne vienne pas critiquer le jardinier.

  3. Le diable est dans les détails… moi aussi.
    0.05€ de coût minimum d’impression laser couleur par page x 4 000 : 200 €
    2.40€ de timbre à l’international : 9 600€
    8 ramettes de 500 feuilles de papier à 4.90€ l’unité : 39.20€
    8 paquets de 500 enveloppes à 220€ l’unité : 1 760€
    Soit à minima 11 600 euros chaque année – c’est bien payé un imam à Londres dites-moi, où puis-je envoyer le cv ? – sans parler du coût d es semaines passées à googler pour les adresses des 4 000 destinataires, à personnaliser les messages, à imprimer, à préparer les enveloppes, à les timbrer à écrire les adresses et à poster le tout.
    Ça fait cher le tkoulif… Et pour quel résultat ? Recevoir une réponse polie des chargés de coms ou des assistants ?

  4. L’Angleterre est responsable en grande partie du désordre qui sévit aujourd’hui dans le monde arabe et musulman ( la France également) . Les anglais demeurent néanmoins très tolérants à son endroit, au contraire des français qui ne le sont que lorsque tout va bien madame la marquise.
    Le ficher S s’explique(S comme Super victimiste dixit pline l’ancien et cochise):
    Les français sont tolérants et bienveillants quand ils sont numéro un et quand tout va bien chez eux par conséquent. Ils le sont plus précisément quand son pouvoir d’achat permet jusqu’à réaliser le plus excentrique du dernier de ses caprices. Mais quand tout va mal, que le ciel s’assombrit et qu’il retombe sur son bonheur argenté, hélas triple hélas, son côté obscur ressurgit. Au lieu de chercher à comprendre ce qui leur arrivent afin qu’ils se remettent en question comme tout être intelligent frappé du déboire de la vie, ils se borneront à trouver un coupable tout désigné, l’autre, cet autre devenu différent soudain, pour le jeter à la vindicte populaire et permettre ainsi de se dédouaner d’avoir pu être responsables en quelques façons du malheur qui l’accable. Voyez-vous ça !
    C’est toute la différence avec la perfide albion qui depuis son île ? reconnaît(en partie du moins) les torts qu’elle a pu engendrés à toutes ces âmes et qui fait montre aujourd’hui d’une certaine repentance déjà à commencer par être humainement tolérant, et qui lui vaudra par la même occasion de garder son prestige intacte.

    Ce n’est pas de la haine Le roy du chat mal eau, c’est du bon sens car qui mieux qu’un français pour désigner et dénoncer ses propres errances?

    Puissiez-vous enfin, messieurs les intolérants, vous rendre à l’Eglise au soir de la Nativité, pour y prier Dieu et Le remercier de vous et de nous avoir donné Jésus. Joyeux Noël

  5. Ce brave imam qui part certainement d’une bonne intention ferait de distiller 4 000 bonnes paroles à ses ouailles plutôt que 4000 cartes à des chrétiens qui ne demandent qu’à être respectés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Disney a-t-il volé Hakuna Matata à la culture africaine ?

Le Coran incite-t-il à la violence ?