in

Libérer l’Islam : la question de l’esclavage 

La plume reprend sa « voie » et celle-ci lui commande de rappeler le sens. De même qu’une voie qui n’a pas de fin devient une loi qui s’adore ; de même qu’une Charia qui ne sert pas l’Humain dans sa lieutenance, devient un fiqh qui sert la domination.
C’est ce que nous reprochons à l’esprit qui commande le droit musulman, devenu une production qui se prend pour une révélation, afin de ne pas être subjectivement dépassé, bien qu’elle le soit objectivement. C’est que l’idée devient idole quand elle se prend pour l’idéal. Or l’idole est naine. Elle déteste ce qui la dépasse.
Ainsi, le droit musulman pour ce qui concerne l’esclavage, le traitement des femmes, l’autorité (politique et symbolique) et la relation avec « l’autre » n’est pas seulement le fruit d’une époque révolue mais, nous le répétons, celui d’une régression qui contrevient frontalement aux orientations du Coran. Une régression issue d’une contre-révélation et de sa contre-révolution très tôt déclenchée et dont les effets sévissent encore dans la pensée musulmane qui l’adore telle une révélation. C’est ce qu’il nous faut traquer et extirper à l’aune de la révélation infalsifiable et claire, pour l’abroger et la remplacer par ce qui est meilleur (naskh).
Mais cette « déviance », cette « déprogrammation des réformes de l’Islam », au niveau légal est issue d’une vision plus générale que nous nommons philosophiquement le « paradigme d’Iblis ». Paradigme qui a imposé sa marque dans les autres domaines des sciences et de la praxis sociales musulmanes (théologie, philosophie, soufisme, politique etc), comme il le fit et le fait encore avec les révélations et inspirations précédentes (S22, s52-53) comme avec la pensée et la religiosité humaine, traditionnelle et moderne, ancienne et contemporaine. C’est cette vision qui falsifie la réalité en faisant du moyen une fin, de l’ordre des choses le but et la limite du monde, illustré par ces points encore enseignés du droit musulman, qui doit être jeter à la « poubelle » avec ces éléments.

Des principes incompatibles avec l’esclavage

Pourquoi cette critique radicale ? Est-ce pour les beaux yeux de la « modernité » que je veux dépasser ? Ou pour la notoriété qui est chose factice ? Certains le répandent prouvant à quel point la calomnie est le miroir du cœur qui la contient. Est-ce contre l’Islam, que je sais être l’attente universel de notre monde d’aujourd’hui, dont la modernité ne pourra s’accomplir qu’en se dépassant vers lui ? Les immatures pataugent dans les conjectures. Laissons-les s’y noyer et réfléchissons sur le sujet qui nous préoccupe ici : la question de l’esclavage dans le droit musulman.
Commençons par une simple question. Comment nommer un projet universel, celui de l’Islam, qui se fonde sur les points suivants connus de tous ?
1) Il n’y a qu’un Dieu, unique, absolu et clément.
2) Les êtres humains sont de la même famille (S4, s1).
3) Ils sont dignes en soi, égaux comme « les dents d’un peigne » (le Prophète). Leur distinction dans cette dignité initiale se fonde sur leur moralité (S49, 13) et leur utilité pour tous les hommes (le Prophète).
4) La femme et l’homme sont issus de la même âme unique (S 4 ; s1) et « les femmes sont les sœurs des hommes » (Le Prophète).
5) Il n’y a pas d’intermédiaire entre les humains et leur Dieu : donc pas de clergé qui entrave les consciences et leurs choix.
6) La communauté humaine gère ses affaires par la participation de tous ses membres à la décision : donc pas de pouvoir de droit divin ou naturel qui entrave leur volonté et décision.
7) Le monde est un univers de signes qui se méditent et un univers de dons qui nous est licite.
8) Le savoir et l’avoir qui en sortent doivent être partagés pour se fructifier, afin d’éviter leur sclérose ainsi que la soumission des uns (exploités) par/pour les autres (dominants) qui en découle et la provoque.
9) D’où la solidarité envers l’esclave à libérer, le pauvre à nourrir, l’orphelin à protéger (S90, s11-16).
Je pose la question à la conscience de chacun : comment nommer un tel projet, fondé sur de tels principes et ses conséquences sur tous les domaines de la vie, en direction de tous les humains ? Un seul terme convient : libération et révolution, les deux étant synonymes quant à leurs conditions et conséquences.
Une autre question des lors s’impose : comment donc n’a-t-on pas considéré ses principes généraux, inaliénables, suffisamment explicites et intimement lié à la foi, comme une interdiction, de fait et en conséquence, non seulement de l’esclavage qui nous occupe ici, mais de toutes les autres formes de domination ? Comment n’avons-nous pas compris qu’il n’y avait aucunement besoin de verset ou de hadith spécifique (à l’esclavage en l’occurrence), pour les considérer tous comme « harâm » ? C’est cette inconséquence philosophique et méthodologique, majoritairement présente chez nos oulémas et prédicateurs, qui justifiera les régressions, vis-à-vis de ces principes, qui auront lieu dans la civilisation musulmane, après leur révélation et application par le Prophète et la première génération. Il s’agit donc de se donner les moyens de faire le tri, de penser la voie du dépassement créatif et d’avoir le courage éthique de l’emprunter.
Venons-en maintenant à la question de l’esclavage dans le droit musulman. Comment est-il défini ? Sur quelle catégorie d’individus s’impose-t-il ? De quelle manière les juristes l’ont-ils justifié ? Sur quelle méthodologie de lecture du Coran, et dont la sunna, sur sa partie parole attribuée est à la fois la conséquence et la cause, cette justification repose-telle ?

L’esclavage, juste qu’en cas de guerre contre des négateurs : ou l’ironique exception musulmane contre coranique

-Le point de vue des « savants »
Pour répondre à ces points nous nous baserons sur les dires et réflexions publiés par certains savants et juristes représentatifs de la pensée traditionnelle et académique musulmane. Définissons d’abord l’esclavage (al-riqq): c’est l’acte de priver un individu de la jouissance de sa liberté en vue de l’asservir. Quelle est la raison de cette suppression de liberté ? Les juristes nous disent que c’est « la mécréance (kufr) en situation de conflit armée. Ainsi, « un ennemi qui tombe entre les mains des musulmans peut être réduit en esclavage, quelles que soient les circonstances dans lesquelles il est tombé entre leurs mains », si le chef parmi eux le décide (Muhammad Qal’ajil, Encyclopédie juridique vulgarisée, en arabe).
Dans son livre le Prophète de l’Islam, le professeur Hamidullah parle de l’esclavage en ces termes : « Quant à l’origine de l’esclavage, c’est la guerre et ses conséquences. D’après le Qur’ân, la pratique du Prophète, et l’unanimité des juristes classiques, le commandant suprême a le choix de décider du sort des prisonniers de guerre en les libérant gratuitement, en acceptant une rançon ou un échange de prisonniers, ou en les mettant en esclavage ». Il justifie la raison pour laquelle selon lui, et à vrai dire la plupart des savants contemporains, l’Islam n’a pas aboli l’esclavage : « il était incompréhensible d’abolir l’esclavage unilatéralement vis-à-vis d’un peuple en guerre qui n’aurait certes pas renonçait à cette pratique » (Muhammad Hamidullah, le Prophète de l’Islam p 633).
Dans le même sens, l’auteur du célèbre « fiqh al-sunna » sayyid Sabiq, après avoir admis l’inexistence de texte (nas) issu du Coran ou du Prophète qui rende licite l’esclavage, indique que les Califes l’ont permis dans le cadre restreint de la guerre au nom de la réciprocité (fiqh -al sunna, Tome 3, p 65). « Ils ne l’ont pas permis dans toutes ces dimensions, poursuit-il, mais ils l’ont restreint à la guerre légale et déclaré de la part des musulmans contre leurs ennemis négateurs après avoir abrogé toutes les autres formes et les avoir considérés comme légalement interdites et non permises en toute circonstance » (idem).
Donc selon ces savants, tous représentatifs de la pensée intellectuelle et juridique musulmane, le conflit armée en situation de négation de l’Islam, serait la circonstance qui pourrait « islamiquement » justifier la réduction d’un être humain à l’esclavage. Et, toujours selon cette vision, la restriction de l’esclavage à la seule situation de guerre montrerait la volonté de l’Islam a aller dans le sens de l’abolition si ce n’était les circonstances géopolitique de l’époque. Comme si, justement, la guerre n’était pas la principale source de réduction des hommes et femmes à l’esclavage, rendant ainsi caduque la soi-disant interdiction des autres formes. Quelle sagacité !
-Le point de vue du Coran
Cette justification est-elle coranique ? Le Coran donne-t-il la possibilité de réduire les prisonniers de guerre à la servitude ou, bien au contraire, l’interdit-il formellement ? Voyons de près ce que la révélation dit sur ce point :
« Lorsque vous rencontrez (en combat) les négateurs frappez en les cous, jusqu’à/afin que vous preniez le dessus, puis alors attachez les solidement. C’est ensuite soit une libération, soit une rançon jusqu’à/afin que la guerre dépose ses fardeaux… » (S47, s4).
« Soit libération, soit rançon ». Le propos a le mérite d’être clair. Aucune place n’est laissée à une troisième possibilité concernant le sort des prisonniers. Ni exécution ni pour esclavage. Ainsi tout le droit musulman sur cette question est en porte à faux avec l’Islam. La transformation du prisonnier de guerre en esclave, au point même que les deux termes soient pratiquement devenus synonymes dans la pensée musulmane courante, est, nous le voyons bien, une invention de toute pièce (bid’a) qui rentre en contradiction frontale avec les mesures coraniques qui vise à ce que « la guerre dépose ses fardeaux ».
Paradoxalement, sous le prétexte de la réciprocité et de la nécessité, c’est bien le cœur de la réforme coranique concernant l’esclavage qu’ils ont détricoté, rendant les autres mesures complètement inopérantes et tributaires du bon vouloir des maitres, semblant ainsi renforcer leur pouvoir. En effet, en empêchant la transformation des prisonniers en esclave, le Coran, de fait, rendait, d’une part, impossible l’acquisition de nouveaux esclaves ; d’autres part il pouvait ainsi établir les réformes qui permettait la libération concrète (spirituelle, sociale, économique, solidaire, politique et sociétale) de ceux que son message trouvait dans cette situation, sans provoquer leur ségrégation et mise au ban. Ici la réforme coranique allait au-delà de l’abolition de principe faite par l’occident (qu’il faut saluer et soutenir) qui demeure cependant incomplète, voire factice en certains cas, en raison du fait qu’il maintient l’esclavage et l’exploitation par d’autres formes dans le monde. Cependant si nous comparons le droit musulman et le droit de nos pays occidentaux fondés sur les droits de l’homme, force nous est de constater que ces derniers sont plus proches des finalités de l’Islam que le droit musulman. Quel paradoxe.
Tous le discours coranique, toutes ses mesures ne peuvent être compris que dans ce sens. Au risque sinon d’être contradictoire et soumis aux contingences de l’empire. En des termes plus directs, le Coran ne va pas juste dans le sens de l’abolition mais sans le stipuler en raison de la situation de l’époque. Mais il part de l’interdiction de l’esclavage pour l’abolir dans les fait, en esprit et en pratique, comme nous le démontrerons dans le prochain billet. Les juristes et savants, si n’était l’impact de « l’ère du temps  » sur leurs esprits et leur soumission à l’imitation, auraient dû saisir cette finalité du Coran et la réforme cohérente qu’il visait à mettre en place et qu’il fit au début de l’Islam, au lieu de créer de tout pièce un droit spécifique qui donne quitus à l’ordre établi et légitimait son action. La contre-révolution, par ce biais, a frappé là où il fallait pour rendre inopérantes les réformes coraniques sur cette question. Comme nous le verrons dans les prochaines publications.
Ainsi, la guerre, contrairement à ce que disent la majorité des juristes, n’est en aucun cas une circonstance qui permet l’esclavage. C’est au contraire cette ignominie barbare et préislamique que le Coran, dans ce passage, était venu abolir. Pour le Livre, il est interdit (haram) de réduire un prisonnier de guerre à l’esclavage. Mais nous pouvons cependant aisément constater comment le droit musulman, sur ce point, a évolué à contre sens du Coran, légitimant une situation d’exception où les musulmans se sont adapté aux règles de l’époque. Ce qui, de notre point de vue et à l’aune des orientations du Coran, fut une erreur grave sur le plan philosophique et injustifiable sur le plan stratégique et politique. Les musulmans, à l’époque de leur puissance avait les moyens d’imposer unilatéralement l’abolition de l’esclavage, ne serait-ce que sur leur vaste territoire. Ils avaient les moyens et l’aura nécessaire pour influencer dans ce sens les autres royaumes et empires si telle avait été leur volonté. Mais nous le savons tous : dans l’histoire musulmane c’est au niveau politique que les choses commencèrent à dévier.

Publicité
Publicité
Publicité

La foi n’empêche pas de devenir ou de rester esclave

Cependant, bien qu’ils disent que cette réduction à l’esclavage soit due à leur « mécréance » et hostilité armée, ni la conversion à l’Islam ni la cessation des hostilités ne sauvent ses individus de leur sort. Bien au contraire, même leur descendance, musulmane de fait, reste sous le joug de l’appartenance au maitre, jusqu’à faire de l’obéissance à celui-ci le critère moral de l’islamité de l’esclave musulman, les prérogatives divines étant subordonnées à ceux du maître. C’est cette réalité que nous retrouvons dans bon nombre de chapitres du droit musulman lorsque les savants conditionnent l’acquittement de telle ou telle obligation par la liberté. C’est ainsi que le droit musulman a instauré tout un droit spécifique pour ces musulmans de seconde zone, comme ces points ci-dessous non exhaustifs le démontrent :
-Ils ne sortent pas la zakat.
-Ils n’ont pas l’obligation de faire leur pèlerinage et ils ne peuvent le faire sans la permission du maitre.
– Il en est de même pour la prière du vendredi.
– Ils ne peuvent être imâms.
– Ils ne possèdent rien en soi puisque « l’esclave et ce qu’il possède appartiennent à son propriétaire » (al mamlûk wa mâ malaka li mâlikihi).
-Leurs vies n’équivalent pas celles des nobles et libres. Et s’il est tué par son maitre, la loi du talion (sur laquelle nous devons réinterroger la compréhension traditionnelle qui en fait une loi islamique), ni la compensation financière (diyat) n’est pas appliquée selon la majorité des fuqahas.
-Ils ne peut y avoir de mariage (mésalliance) entre esclave ou ancien(ne) et une femme ou un homme libre/noble (fiqh al-sunna, p 102 tome 2, où l’auteur relate l’opinion de certaines écoles juridiques).
-La « a’wra » des femmes esclaves n’est pas celles des autres femmes : la leur est celle de l’homme. C’est-à-dire du nombril au genoux.
– La possession du maitre donne le droit à celui-ci de jouir sexuellement de son esclave femme sans qu’il n’y ait entre eux de contrat de mariage et ce, même contre son gré ou si elle est mariée mais faite prisonnière (ce qui la réduit à l’état d’esclave si l’autorité le décide).
Dans tous ces domaines, non seulement les fuqahas ont créé de toute pièce un droit spécifique pour les esclaves musulmans, mais sont allé jusqu’à réduire les prérogatives divines (concernant l’adoration) en les subordonnant à celles, illégitimes, du maitre. Ils ont restreint (takhsîs) ce qui dans le Coran était général (‘am) et concernait tous les humains, en sortant les esclaves de l’universalité de ses orientations et, par là, de l’humanité.

La femme esclave : une jouissance sexuelle « halal » pour son maître ?

Une autre énormité, qui peut surprendre les non-initiés du droit musulman : la possession autorise le maître de jouir de son esclave et ce, sans mariage. Ils disent : c’est « islamique ». Nous répondons : c’est inique. Ce n’est donc pas coranique. Cela aurait dû suffire pour pousser nos savants et intellectuels à revoir leur compréhension, indépendamment de la vision occidentale sur la question. Mais l’imitation peut transformer en sottise les plus belles intelligences. Voici leur point d’appui : C’est ce passage fragmenté de la sourate 4 des femmes,  » Et vous sont interdites les dames mariées parmi les femmes, si ce n’est vos « ma malakate aymânukum » (traduit par esclaves) ».
Commentant ce fragment, le Sheikh al-sha’râwi explique :  » Donc Dieu a donné la possibilité au musulman de contracter une union avec la femme esclave que posséde un autre homme, à condition que cela se fasse avec l’autorisation de ce dernier car, par cette union, elle devra délaisser une part de son temps et de ses activités qu’elle doit à celui dont elle est la propriété » (al-sha’râwi cité par le Professeur Oméro Marongiu-Perria dans son ouvrage « ouvrir les portes de l’Islam », p76).
Même la critique opérée par notre ami le Professeur Omero contre cette vision, n’a pas pu échapper à la compréhension traditionnelle et incohérente de ce passage. Ce qui montre l’impasse intellectuelle commune dans laquelle se trouve conservateurs traditionnalistes et déconstructeurs modernistes : « Ce passage coranique nous dit-il, indique les modalités à respecter lorsqu’un homme de condition libre souhaite épouser une femme esclave qui est la propriété d’un autre. Pour celles qu’il possède, la question ne se pose pas et il peut avoir des relations sexuelles avec elles sans restriction » (Ouvrir les portes de l’Islam p75).
L’insidieux fragmente pour s’installer. C’est ce qu’il fait avec le Coran en ne le reliant pas, afin de lui faire dire, consciemment ou non, ce qu’il ne dit pas. Il en est ainsi pour cette question. Ils (les juristes) se fondent sur ce verset fragmenté (et je ne dis pas signe) pour donner droit au maitre de sexuellement disposé de son esclave. Ce, en opérant deux interprétations :
-Ils restreignent d’abord le sens de « mâ malakte aymânukum (littéralement, ce que vos droites possèdent) aux seuls esclaves. Pour ensuite confondre, sans fondement, les esclaves avec les prisonniers (en l’occurrence ici les prisonnières). C’est de là, ensuite, qu’ils déduiront la possibilité, non de les marier, mais de jouir d’elle sexuellement (alors que tout le passage ne parle explicitement que de mariage) même si celles-ci s’avéraient être mariées avant leur capture.
-La seconde interprétation s’opérera quant à elle sur un autre fragment du passage. Et c’est là où notre ami Omero, bien que critique vis-à-vis de cette interprétation va entériner la compréhension erronée de ce signe devenu verset, en raison de la prégnance tenace de la vision majoritaire. En effet, voyant que la suite du passage parle quand de même de mariage avec ces femmes dépendantes/esclaves, ils vont prétendre qu’il s’agit là de l’esclave d’un autre maître, au nom du principe inventé/imposé que la possession donne droit à la jouissance.
Et pourtant le passage en question, lorsque pris dans sa totalité et cohérence, vient au contraire interdire ce genre de pratique antéislamique, qui faisait des esclaves et des personnes de classes inferieures des objets sexuels pour les classes riches supérieures, sans désir de les marier et de leur offrir une vie digne et stable (il suffit, entre autres, de lire les débuts des misérables de Victor Hugo pour comprendre cette réalité sociale de tout temps).
Je pose la question à la conscience de chacun. Pas besoin d’être diplômé en « sciences » islamiques pour y répondre sans erreur (je pense même qu’il est parfois préférable de ne pas l’être), il suffit juste d’être intelligent et sensible : cette compréhension ne donne-t-il pas la permission de « rapter » des femmes, si celles-ci, des lors qu’elles sont non musulmanes et capturées, deviennent de fait des esclaves soumise au bon vouloir de leurs maitres ? Comment reprocher à DAESH ce qu’il fait ? Comment reprocher à la mafia son trafic d’esclaves sexuels? Cela n’est-il pas une autorisation donnée au « maitre » à violer « sa possession », puisqu’elle n’a de choix que pour obéir et répondre aux besoins du maitre ? Nous comprenons des lors la résurgence de ces pratiques dans certains pays musulmans du moyen orient ou en Mauritanie (par exemple) où il arrive que les femmes domestiques soient violées par leurs employeurs sans que cela ne choque vraiment. Comment sérieusement leur faire des reproches et engager une politique sérieuse de lutte contre ces violences, si le droit musulman le permet ? Comment des personnes croyant en un Dieu miséricordieux et juste peuvent-ils penser par la suite, sans contradiction, que c’est ce même Dieu, qui permet ce genre d’attitude. Comment les savants et prédicteurs peuvent-ils défendre de telles injustices ? Deux alternatives, pas une de plus : Soit ces déductions sont fondées et expriment les orientations du Coran alors il n’y a aucune différence entre Mohammed Prophète de Dieu et Gengis Khan. Et en conséquence, de fait, l’Islam est une vaste fumisterie. Ou bien ce ne sont que des élucubrations et injustices humaines, que les commentateurs et « savants », sur ces points, ont légitimé dans une cécité et un suivisme sans nom. Le constat est amer : les musulmans sont les premières caricatures de l’islam. Point besoin de Charlie Hebdo pour cela. C’est abyssal !

Le point de vue coranique

Reprenons le passage en question en le reliant avec son avant et son après et méditons-le tranquillement. Il s’agit des signes 19 à 25 de la sourate 4 des femmes qui s’intéressent au mariage, à ses interdits, ses licéités, ses conditions et possibilités.
Le passage commence par rappeler l’interdiction formelle de tout mariage des femmes contre leur gré et de toute maltraitance envers les épouses. Dans cette veine il fait une recommandation envers les hommes afin qu’ils soient envers elles bienveillant et fait une nouvelle interdiction morale contre toute tentative de spoliation de leur droit et dot (S4, s19-21). La suite va ensuite lister les catégories de femmes qu’il est interdit d’épousé (S4, s22-23). A cette liste d’interdit, le signe suivant va opérer à la fois un ajout et une soustraction. L’ajout concernera les femmes mariées (al-muhsanât) et la soustraction à cette liste d’interdit concernera les « ma malakate aymânukum » que nous traduisons par « vos dépendantes » (nous indiquerons la raison de ce choix dans le prochain billet). Voici le signe 24 qui les contient :
« Ainsi que les femmes mariées (vous sont interdites), mais non celles (illa) issues de vos classes dépendantes. Obligation de Dieu sur vous ! Il vous est permis, en dehors (de ces interdits) de les rechercher, en vous servant de vos biens et en concluant mariage, non en débauchés. Puis, de même que vous jouissez d’elles, donnez-leur leur dot, comme une chose due. Il n’y a aucun péché contre vous à ce que vous concluez un accord quelconque entre vous après la fixation de la dot. Car Dieu est, certes, Omniscient et Sage ».
La particule « illa », qui signifie l’exception vis-à-vis d’une réalité énoncée précédemment, ne doit pas être liée aux « dames », comme le fait la lecture fragmentée des juristes, mais à la liste des interdits qui débute avec le signe 19 de la sourate. En effet, dans une société esclavagiste et plus largement dans celles socialement, économiquement et politiquement ségréguées entre dominants et dominées, les classes nobles et dominantes n’épousaient pas celles et ceux qui étaient issus des classes inferieures mais allaient jusqu’à les exploiter sexuellement (prostitution). Ou, du-moins, quand on est un homme issu d’en haut, on pouvait aller faire « l’étalon » avec les dépendantes d’« en bas » avant de se ranger, selon les moyens, avec une dame d’« en haut » possédant de meilleures vertus.
D’aucuns, peu enclin à la profondeur et à l’intelligence, pourraient rétorquer : « ben justement le passage vient permettre de prendre ces esclaves comme des ‘’concubines’’ en tant que possession ». Mais c’est justement le contraire qu’il met en place. Il vient en effet permettre (et non recommander) le mariage avec elles (là où cela ne se faisait pas) en imposant l’engagement, en prenant en compte la réalité sociale, physiologique et spirituelles (Dieu connaît mieux votre foi vous les uns issus des autres nous dit le signe) ainsi que l’environnement social et familiale de ces femmes qui n’ont pas bénéficier des avantages, en éducation et en moralité, des dames des classes supérieures :
« Celui qui parmi vous n’a pas les moyens d’épouser des (muhsanât) croyantes libres, nobles et chaste, alors parmi celles de vos dépendantes croyantes. Dieu connaît mieux votre foi, car vous êtes les uns issus des autres. Epousez-les donc avec l’autorisation leurs familles et donnez-leur une dot convenable ; (épousez-les) en vertueuses chastes et non en débauchés, ni amantes clandestines. Si, une fois mariées (et donc chastes), elles commettent l’adultère, elles reçoivent la moitié du châtiment qui revient aux femmes nobles. Ceci est autorisé à celui d’entre vous qui craint la débauche ; mais ce serait mieux pour vous d’être endurant. Et Dieu est Pardonneur et Miséricordieux » (S4, s25).
Nous nous permettons, avant de conclure, cette petite remarque rapide : le Coran n’impose l’autorisation de la famille, pour le mariage, que pour les dépendantes susceptibles d’être abusées par les « beaux parleurs d’en haut », le reste des femmes libres et majeures n’étant point concernées par cette mesure, contrairement à ce qu’imposera le droit musulman. Nous en reparlerons lorsque nous aborderons question de la domination des femmes dans le fiqh.

Publicité
Publicité
Publicité

Conclusion

En conclusion, ces passages, dans la sourate qui les englobe et les sous-tend, méritent une méditation plus profonde. Ils renferment en effet une philosophie et une méthode de réforme civilisationnelle qui imbriquent et relient, en un savant dosage, le spirituel, le psychologique, le social, l’économique, l’écologique et au-delà, pour soigner la civilisation et orienter l’humain. Mais cela nous emmènerait bien au-delà de ce qui nous occupe en ces lignes.
Notre objectif a été de démontrer en quoi le droit musulman, pour ce qui concerne l’esclavage, est allé à l’encontre des orientations du Coran en faisant de l’ordre antéislamique l’aune à laquelle s’interpréta, en les fragmentant, les passages du Coran. Le fait d’avoir levé l’interdiction de réduire les prisonniers en esclave est le point essentiel à partir duquel la déprogrammation des réformes de l’islam, fondées sur l’interdiction de l’esclavage et son abolition.
La prochaine publication se bornera à montrer comment, en fait, le Coran non seulement avait bel et bien interdit l’esclavage mais avait mis en place une véritable politique de libération réelle, qui ne se contentetait pas des déclarations de principe qui, comme dans le cas occidental, ne changent pas la réalité sociale de ces femmes et hommes dominés.
Nous terminons ces lignes par cette question adressée aux gens doués d’intelligence : la direction de la « poubelle » que je donnais, dans mes précédents billets, à ces inepties n’est-elle pas justifiée ?
 

Commentaires

Laissez un commentaire
  1. @ De passage,
    voulez-vous insinuer que si vous recueillez ou recrutez chez vous une servante pauvre(comme le font les pays du golf),la charia vous donne le droit d’avoir avec elles des rapports sexuels sans contracter de mariage et sans son accord ni celui de sa famille?Cette servante pauvre serait-elle une « sous humaine »,un corps sans âme ni sensibilité?pourtant la Sourate 4,verset 25 est très explicite sur ce sujet et assimile clairement cette pratique à de la débauche.Une débauche encore plus exécrable quand elle a lieu au sein de votre domicile au su de votre épouse(ou de vos épouses) et de vos enfants.
    Que Dieu nous guide!

    • @Nacera
      On vous parle viol, et vous ne percevez que « la débauche ». (ou les rapports sexuels sans le consentement parental…
      Le plus important n’est il pas celui de la servante, et d’elle seule?
      Votre commentaire nous fait mieux comprendre la descente aux enfers de Tarik Ramadan. Tous les musulmans se moquaient de savoir s’il avait violé des femmes. C’est l’adultère, et non la contrainte, qui a été condamnée.
      Accessoirement, on comprend mieux en vous lisant pourquoi le viol conjugal est licite en terre d’Islam, comme il le fut d’ailleurs jadis en France, jadis, quand les curés faisaient encore la loi.

      • @patrice
        C’est vous qui ne comprenez pas. Dans la mesure où l’adultère est interdit, voudriez-vous m’expliquer comment le viol devient possible ? D’où sortez-vous que le viol conjugal est licite en islam ? Du figaro magazine ? C’est surtout votre mentalité qui pousse au viol en incitant à la débauche tout en faisant croire que la femme est libre uniquement à demi-nue et en pratiquant la fornication. Ne vous étonnez pas de faire le bonheur des pervers et autres dérangés de la bistouquette. Par ailleurs, est-ce que TR a été condamné pour viol ? Je n’entends bizarrement plus aucune nouvelle sur cette affaire plutôt rocambolesque. Ne confondez-vous pas avec Polansky qui fuit la justice américaine bien au chaud auprès de ses pairs en France.

        • Ne le lisant pas, je ne sais pas si le Figaro Magazine a écrit que le viol conjugal était licite selon l’islam, par contre quand un prédicateur musulman affirme qu’un ou des anges pleurent lorsqu’une femme se refuse à son mari (hors période de menstrue ), je crois qu’on peut penser que c’est un quitus donné pour forcer sa femme à avoir une relation sexuelle même quand elle n’en n’a pas envie, donc un viol conjugal selon la définition du code pénal.
          Sinon, nous sommes bien d’accord, T.Ramadan n’a pas été condamné pour viol ( il est toujours inculpé, mais il n’ y a pas de date avancée pour un procès), et l’affaire est effectivement rocambolesque, puisqu’il y est question d’un prédicateur condamnant l’adultère mais qui a du reconnaître qu’il l’avait pratiqué à plusieurs reprises. Mais heureusement ( heureusement au premier degré!) l’adultère n’est pas ni un crime ni un délit selon le même code pénal.

        • @Kalim
          Les personnes sexuellement libérées ont une faible propension au viol, contrairement aux dévots donneurs de leçons, qui condamnent l’amour libre, et ne conçoivent pas le concept de relations librement consenties entre adultes.
          Où avez vous vu des femmes à demi nues? Sur les plages? Ca dérange qui hors les coincés du cul? Où est le problème? L’homme et la femme sont nés nus, et le sont longtemps demeurés avant la migration vers les pays froids. Les vêtements, ça sert à se réchauffer, et à rien d’autre. Mais ça peut aussi servir à se protéger du soleil, quand on a la peau claire. Bref, c’est un accessoire utile, pas un déguisement à vocation morale. Il faudrait aussi définir cette morale. D’intérêt général, ou au service des nantis, qui sont anti hédonistes quand les pauvres sont concernés, et bien plus laxistes quand il est question de leur propre plaisir.
          Enfin, pour ce qui est de la légitimité du viol conjugal, on la retrouve, comme indiqué antérieurement, dans tous les monothéismes, y compris occidentaux.
          Mais libre à vous de nier les évidences, puisque c’est votre marque de fabrique.
          Pour ce qui concerne TR, j’ai déja exprimé mon avis, au demeurant nuancé, contrairement à celui de vos amis qataris, qui ont viré leur porte parole sans états d’âme.
          Je n’y suis pour rien! Bien au contraire, je l’ai défendu mollement à multes reprises, en soulignant la faiblesse des preuves.La justice française, tout comme moi, est plus indulgente envers votre idole que vos amis musulmans. Même son horrible frère l’a lâché, il y a peu. Les rats quittent le navire.
          Il faut dire que celui ci fleure bon le Titanic. Sauf que Tarik essaiera quand même de grimper dans une barque réservée aux femmes et aux enfants, vu qu’il est comme moi: Réaliste.
          Les gourous sont des gens pragmatiques.
          Mais avec un mauvais fond. Je ne critique pas, j’explique.

          • raisonnement complexe et nuancé, c’est impossible à comprendre pour K. il n’est tout simplement pas équiper pour cela.La seul réponse qu’il va pouvoir formuler concernera les membre du clergé pédophile, ou se genre de fait divers sordide.

          • Le sexe est comme une drogue. Si vous pratiquez avec le même partenaire, vous serez habitué à ce partenaire. Si vous prenez l’habitude de changer, vous aurez l’habitude de changer.
            Par ailleurs, les fornicateurs, à la différence de ce que vous prétendez sont souvent solitaires car instables dans leurs relations et traîtres dans leur fidélité puisqu’ils font de la tromperie un atout de séduction et un pilier de toute relation affective et faussement amoureuse. Ils prennent souvent leur partenaire pour un objet.
            Ce mélange entre sexualité débridée et manque sur une certaine durée peut fortement pousser à commettre l’irréparable parce que la personne agit comme une droguée.
            Quant aux couples fornicateurs, ils s’entendent comme ils le veulent, le Noble Coran dit bien aux fornicateurs les fornicatrices. Ils peuvent choper tous les virus de la planète, je m’en fous.
            Souvent, ceux qui tiennent votre discours sont laids et ne plaisent à personne. Leur seul salut étant de tomber sur une nympho ou une désespérée et généralement ils estiment leur femme laide (quand ils en ont une) puisque ne répondant pas aux critères photoshop des magazines p.rn.s. Les gens beaux (et surtout charmants et sprituels) sont surtout en mode défense pour ne pas succomber aux multiples tentations que leur offrent des opportunités que vous ne vous imaginez même pas.
            Une femme sait reconnaître un homme convenable d’un pouilleux branleur. Et il y a tellement de pouilleux branleurs que l’islam a du prévoir d’avoir plusieurs femmes pour ne pas délaisser celles qui méritent d’avoir une famille. Je comprends qu’un couple reste ouvert sur ce genre de question. Un acte de bienfaisance et l’augmentation de la famille sont toujours à prendre au sérieux. C’est comme adopter un orphelin. Il y a des personnes que vous avez envie d’adopter tout de suite dans votre famille. Le nombre de femmes seules et désespérées face aux loups voraces et branleurs est juste inquiétant. C’est très Français d’ailleurs, vu que Sartres, Hugo, Zola et tant d’autres étaient polygames. On peut citer Huxley, Schrödinger et encore beaucoup d’autres au sein de l’Europe.
            Quant à TR, notez que je m’en fous, il n’est ni pape ni curé. L’islam n’est pas le christianisme et personne n’a la prétention d’être un saint. J’ai remarqué que vous ne parlez plus d’Onfray ? Est-ce parce que vous avez découvert sa polygamie ou parce qu’il a viré extrêmiste ? Par qui l’avez-vous remplacé, vous qui aviez l’habitude de le prier.

        • Kalim : Pour te répondre, sur TR, sachant, qu’il ne pourra pas s’en sortir, de son histoire de viol, et qu’il risque une condamnation , il change son fusil d’ épaule, il change d’ avocats, et plaide le racisme. Ce qui implicitement est une reconnaissance des viols, puisqu’il ne cherche même plus a se défendre des accusations de viols, il préfère, plaider le racisme le triste sir !
          https://www.liberation.fr/france/2020/05/17/affaire-ramadan-le-theologien-s-en-prend-a-la-justice-francaise_1788639
          Mais, vous pourrez sortir dans la rue, pour manifester, contre l’ expertise psychiatrique, c’est la mode, de manifester, pour contester les expertises , lol
          https://www.huffingtonpost.fr/entry/affaire-ramadan-une-expertise-psy-decrit-lemprise-des-principales-accusatrices_fr_5ec4c874c5b65e2c45ec17b2
          Allez, frère Kalim, il faut sauver le soldat Ramadan, lol

  2. Seule compte la réalité historique.
    La société arabo-musulmane a pratiqué l’esclavage des noirs et des blancs jusqu’à ce que les Occidentaux le lui interdisent. Il en reste des séquelles dans les mentalités.
    Je vous invite à lire sur le sujet « L’esclavage en terre d’islam » de Malek Chébel, et aussi « Le génocide voilé » de Tidiane N’Diaye, livres que vous ne trouverez bien sûr pas dans les librairies musulmanes mais sur Internet.

    • Ah cet occident sauveur de l’humanité,moralisateur,éducateur(surtout des musulmans),par qui l’esclavage a été aboli et interdit aux musulmans…!Et pourquoi donc ne l’interdit-il pas encore en Libye,en ce jour,en l’an 2020 de l’ère chrétienne?

      • Ben parce qu’il est le plus grand esclavagiste raciste de toute l’histoire de l’humanité. Et qu’en Europe, ce sont surtout les jeunes filles de l’Est qui sont obligées d’être esclaves sexuelles de l’Europe de l’ouest et des USA.
        Sans oublier les prisonniers torturés et drogués de guantanamo, ceux d’Abu Ghraïb etc.
        Sans oublier, les viols massifs des polonaises par les athéegristes communistes.
        Sans oublier le sort des prisonniers en camps de concentration.
        Même pas besoin du passé, il suffit juste de rappeler l’histoire récente effectivement.
        Vive la DUDH : Droits Universelles De la Home.

          • Si on ne lui était pas soumis, vous vivriez encore dans votre grotte tel l’animal-singe que vous croyez être. Alors profitez de Sa Miséricorde malgré votre dénégation.

          • Kalim : Tu es vraiment incroyable, alors, pourquoi, vous révolter, puisque que c’est la soumission, qui vous fait avancer ?
            Alors, les Palestiniens, devraient être heureux, en suivant votre raisonnement, parce qu’il sont certainement un peuple évolué, !!!
            Est que vous réfléchissez, parfois, avant d’ écrire ?

          • cheyenne12 : merci de nous monter votre mentalité talmudique. Dieu commande de ne se soumettre qu’à Lui. Vous êtes mal barré au sionistan. Surout quand vous virez les habitants de cette terre depuis deux milles ans de chez eux. Je vous l’ai déjà dit, prenez exemple sur les musulmans qui ne virent personne même les nouveaux arrivants. Quand les musulmans émigrent, c’est pour travailler et construire, pas détruire et remplacer.

  3. L’esclavage n’a été aboli que très récemment, au XIXème siècle, pour réapparaître sous d’autres formes. Ouvriers surexploités, prisonniers de guerres corvéables à merci, prisonniers politiques traités comme des animaux.
    Pire encore, les pays riches, qui ont aboli la servitude chez eux, continuent à l’encourager dans les pays pauvres.
    Je note aussi le fait que toutes les religions ont couvert, et couvrent encore aujourd’hui, cette atteinte majeure aux droits de l’homme.
    Quant à la condamnation sans ambiguïté de l’esclavage, je ne la trouve ni dans la Bible, ni dans le Coran, et pour cause: Cette pratique née après les premières guerres, il y a 10 000 ans, n’est au final que la caricature, ou l’aboutissement logique d’une organisation sociale inégalitaire.
    Les meurtres, les guerres, et l’esclavage ont en fait été générés naturellement par la sédentarisation.
    Ces pratiques funestes ne furent jamais le fait des chasseurs cueilleurs.
    Peut-être est-ce chez nos ancêtres du paléolithique qu’il faut rechercher un peu de sagesse et de compassion.

    • @ Supergroumpf
      C’est amusant, c’est le seul « historien’ noir qui tient de tels propos sur les arabes et bien sur, ça arrange les occidentaux qui sautent sur l’aubaine; n’étant plus crédibles eux mêmes sur le sujet.
      Malheureusement lorsqu’on creuse un peu le sujet, on s’aperçoit que le soit disant chercheur, anthropologue, historien n’est en fait diplômé que de l’école nationale de la statistique et des études économiques. Quid de l’histoire, de l’anthropologie et tutti quanti? De l’habillage pour une arnaque pseudo scientifique porté par un homme lige.
      De plus les chiffres avancés par Tidiane N’Diaye ne sont même pas de lui, ils sont repris de soi-disantes études de Ralph Austin auteur traducteur éducateur, spécialisé en mystique arabe et islamique à Durham dans les années 60. Ce monsieur était assistant, même pas professeur, dans l’enseignement de l’arabe. Excusez du peu. On cotoie les sommets en matière d’arnaque scientifique. Ou sont les compétences en histoire? On les cherche encore.
      Quand on s’intéresse au pedigree de Tidiane N’Diaye, on constate que c’est un ancien légionnaire. Un bon petit soldat visiblement en service commandé. Après avoir végéter de nombreuses années en tant que chargé d’études à l’INSEE, Il a été nommé comme directeur de recherche à Sup de Co. Mais attention pas à Sup de Co Paris, mais Sup de Co Caraïbes. On ne mélange pas les torchons et les serviettes. A la gamelle, mais pas la même. Celle pour les gens de couleur. Et oui, il ne faut pas beaucoup de dignité, on y arrive un peu crotté mais on y arrive quand même.
      Quant à vous Supergroumpf vous vous ridiculisez en prétendant avoir lu cet étron. J’espère que cette remise des points sur les i vous satisfait.

      • Bip : Quelle crise de rires, vous avez provoqué chez moi, comment vous montez dans les tours, quand on vous oppose une contradiction, vous êtes un cas intéressant du point de vu psychiatrique, un peu comme cette femme noire, qui crie a un policier noir, VENDU !
        Vous avez vraiment une drôle de vision du monde, lol

        • @ cheyenne12
          Cher sayanim, qu’est ce qui vous fait penser que je « monte dans les tours »? Rien dans mon post ne montre une quelconque colère ou agressivité.
          Je ne suis que factuel. je décris d’où on nous parle. Cet individu n’a aucune qualité pour affirmer ses dires. Ses sources sont juste creuses. C’est du bidonnage repris en boucle par une presse aux ordres. C’est une entreprise de diffamation montée de toute pièce.
          Ce n’est pas une contradiction comme vous le dite (voyez le larousse pour la définition) c’est un pur mensonge.
          Ce qui vous titille c’est que je mette à jour l’incurie de la manoeuvre et dévoile les dessous de l’arnaque. Mais cela venant d’un sayanim, c’est tout à fait dans l’ordre des choses. C’est normal de justifier son boulot même si il est immonde (même les nazis l’on fait à Nuremberg)
          Je vois que vous vous targuer de compétences psychiatriques. Sachez que ce n’est pas parce qu’on souffre soi même de névroses ou de maladies psychiatriques qu’on devient praticien (ce n’est pas comme en psychanalyse). Je vous souhaite un prompt rétablissement et la prochaine fois soyez plus fin; vos vielles ficelles ont la taille de cordes.

          • Bip : Déjà, vous me faites rire, avec ce  » Cher sayanim « , vous êtes tellement a coté de la plaque, que pour vous, le monde se partage, entre bons musulmans, et méchants juifs, alors qu’ il existe, d’ autres gens, et qui s’en tapent, des problèmes entre frères ennemis, réglez vos problèmes en famille, plutôt que d’ appeler tout le quartier, parce que vous vous battez avec votre frère, pour quelque mètres carrés de terrain !
            Maintenant, quand on constate la teneur de commentaire, on de demande, lequel est le plus névrosé des deux !

          • @cheyenne12
            Cher sayanim, il ne faut pas avoir honte de ta condition. Ne te cache pas derriere ton petit doigt.Tout le monde sait qui tu es. Tu fais tes cacas partout, des qu’on evoque le conflit israelo-palestinien tu montes sur tes ergots.
            Et bien il va falloir t’y faire, ce qui nous interresse c’est justement ce conflit. Prepares toi à soigner un ulcere, si ce n’est déja fait. Au fait c’est la reference a Nuremberg qui t’a herissé. ca n’est pas grave ca te passera

  4. Qu’appelle t-on esclave, dans la pensée moderne ?
    Qu’elle est la différence entre l’esclavage et une génération marque de troupeau ?
    Qu’elle est la différence entre l’esclavage et la tutelle, dans la pensée moderne ?
    Le droit musulman exige un papier pour une tutelle d’adulte. Cette tutelle expire, le jour où l’adulte retrouve son pouvoir moral et physique.
    Du point de vue strictement pratique, et sans parler du droit , esclave veut dire liberté limitée comme un prisonnier.
    Du point de vue du doit musulman.
    Un prisonnier retrouve sa liberté, une fois sa peine finie.
    Un prisonnier n’a aucune charge de la vie à payer durant sa peine.
    On a pas le droit de porter atteinte à l’intégrité physique du prisonnier.
    Un esclave retrouve sa liberté, en l’achetant. un esclave ne paye pas de charge.
    On a pas le droit de porter atteinte à l’intégrité physique du l’esclave.
    Dans le monde judao chrétien, il y avait les esclaves qui travaillent la terre et les esclaves du domicile, ces derniers avaient des faveurs.
    Quand les esclaves qui travaillent la terre, faisaient une révolution,non pas pour être libres, mais uniquement pour favoriser les conditions de l’esclavage, les esclaves du domiciles faisait les mouchard au service des maîtres.

  5. Moi j’aurais plutôt traduit se mot par adorateur, 3abd qui dans sa forme actif donne 3ibada qui veux dire adoration, après je suis daccord avec toi que l’on peut pas le traduire par esclave, mais je suis pas daccord pour dire que 3abd se traduit par serviteur, parce que traduit par serviteur le mot 3abd en es réduit a du service, se qui lui enlève sa dimension spirituel, hors se qui lit un croyant a Allah c’est justement cette dimension spirituel, se qui es plus le cas du mot adorateur et de plus le mot serviteur prête a confusion, parce que il a la meme prétention que le mot esclave.

  6. « Comme l’a dit Sami juste au-dessus, il n’y a pas d’esclavage en Islam, mais bien une servitude (“domestication” au sens étymologique du terme) utilisée comme moyen d’aboutir à une autre finalité : à savoir la conversion des peuplades non musulmanes, qui fréquente au plus près le foyer des musulmans et y sont bien traités. »
    Ça c’est la théorie. La da’wa 2.0 occidentalo-compatible. En pratique l’esclavage a bien eu lieu malheureusement. La daw’a islamiya et le « bon traitement des «  »domestiques » » etait le dernier des soucis des émirs. On peut rejouer la partition de la semantique (ou euphémisme) mais les faits sont là. Il est temps d’accepter et surtout de regarder avec lucidité notre héritage.

    • En ce qui vous concerne, vous parlez ici de l’histoire et du comportement des émirs/califes/rois. Ça ne m’intéresse pas. Et ça ne devrait pas vous intéresser non plus. J’ai l’impression d’entendre les chrétiens refoulés qui se plaignent de l’Église au point de rejeter leur rapport personnel à Dieu. Ce que les émirs ou les califes ont bien pu faire ne change rien au texte (coranique notamment, lorsqu’il est question d’encourager à la libération des esclaves qui sont censés ne pas exister selon M. Timera), et aux traditions (les paroles diverses du Prophète lui-même qui indiquent comment traiter les « esclaves », qui ressemblent effectivement à des domestiques).
      Quant à la « da’wa 2.0 occidentalo-compatible »… C’est l’hôpital qui se moque de la charité. N’y-a-t-il pas plus occidentalo-compatible que votre position consistant à rejeter l’esclavage lui-même et à insulter les savants des siècle passés dans leur sincérité, pour plaire à l’Occident ou lui ressembler ? S’il n’y avait que ça, ce ne serait pas si grave. Mais la liste est longue : hijab non-obligatoire et élément culturel, possibilité de vivre un Islam non-politique dans son petit chez-soi… et j’en passe et des meilleures.
      C’est effectivement de la théorie, comme vous le dites. Et c’est justement la théorie qui nous intéresse, car ce sont les fondements même de notre religion que vous remettez en question à tout bout de champ. La pratique des individus est condamnable en soi, et les savants que vous méprisez en subissaient d’ailleurs le prix à l’époque. Ce sont ces mêmes savants qui étaient torturés et emprisonnés par les califes ultérieurs. Même votre critique des tafasirs est à mon sens infondée, car même noyés dans des commentaires de commentaires ou des ahadiths, les écrits personnels et les analyses linguistiques des versets sont bien plus nombreuses que les productions des prédicateurs modernes, qui se contentent de vidéos sur Youtube ou d’articles dans des blogs. Les savants en question ont écrit des volumes et des volumes d’interprétations coraniques. Pensez-vous vraiment qu’il n’existe aucune pensée personnelle dans toutes ces pages ? Les avez-vous seulement lus, ces exégèses ?
      Pour conclure, je n’ai donc aucun problème avec l’esclavage, et je ne joue pas la carte de la sémantique pour minimiser les choses. Je les accepte au contraire avec panache face à l’Occident, mais cela ne m’empêche pas de tempérer vis-à-vis de votre discours alarmiste concernant la manière de traiter les domestiques.

      • Vous avez une vision un peu trop idéalisé (sacralisation du travail humain) de l’islam. Vous croyez encore à une shari’a fantasmé qui apporterait bonheur et prospérité dans le monde. Cette vision est selon moi simpliste mais dangereuse aussi. Je préfère m’autocensurer et ne pas approfondir au risque de voir mon post censurer.

        • Je ne sais pas ce que signifie avoir une vision idéalisée de l’islam. Comme si l’islam était de nature imparfaite, et que tout individu qui affirmerait le contraire tomberait dans l’idéalisation d’une chose qui n’est pas un idéal… C’est une formulation bien étrange, si vous êtes croyant. L’islam n’est pas le fiqh (compréhension humaine de ce qui n’est pas explicite dans le Coran ou la Tradition). Mais le Coran ne remet pas en question la légitimité de la servitude, il n’y a donc aucun « fiqh » particulier à développer pour juger de sa raison d’exister.
          Quant au travail des savants, il ne s’idéalise pas, mais se respecte et s’approche avec humilité. Je serai ouvert aux analyses modernes lorsque les prédicateurs de notre époque commenceront par avouer qu’ils ont des intérêts personnels à défendre, de par leur parcours politique, leurs lectures, leurs relations, leurs ambitions et leur gagne-pain. Ils ne risquent ni la prison en France, ni la torture pour leurs idées. Ce qui en dit long sur les soubassements.
          Libre à vous de vous censurer. Mais vous vous mettez à l’abri. Personne ne peut vous répondre sur ce que vous n’avez pas dit.

        • [SVP modération publiez mon commentaire. Vous ferez honneur à l’ethique du débat]
          Passage,
          – Justement tout le corpus islamique est soumis au fiqh et aux madhahib. Même les verests les plus explicites (pour la masse) sont avalisés par le moufassir (interdiction du porc, de riba, de l’alcool..).
          Ainsi on en est arrivé à l’infantilisation et à la culpabilisation à l’extreme des a’wam (masses). Si l’erudition de nombreux fouqaha n’est plus à demontrer, malheureusement leur erudition ne nous éclaire plus beaucoup aujourd’hui.
          – vous êtes bien futé de faire un playdoyer pour la « servitude » censé apporter une justice et un intérêt general. Je peux vous apporter des ahadith authentiques où l’on comprend aisement que la servante est baffouée. Parler de zawadj ensuite est une escroquerie intellectuelle. Zawadj mut’a qui fut aboli concernant les captives. C’est encore pire si on se fie à la Tradition.
          Pour l’esclavage en général, le sujet va forcément déborder sur les conflits et sa gestion. Et là on touchera aux fondements de la religion. On ne diverge pas encore sur le bien fondé des maghazi sous le Prophete et les compagons. Je n’ai jamais integré le fait qu’on puisse combattre pour apporter la Foi. Et dans ce sens on ne pourra pas évoquer les djihad défensifs (djihadu dhifa’) à la lumière de sourat tawba et le célèbre hadith « oumirtou an oukatila-nass hata yachada an la ilaha ila Allah…(il m’a ete ordonné de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils attestent qu’il n’y a de dieu que Dieu et que je suis le Messager…) Le seul djihad défensif du Prophète était ghazwat al khandaq (bataille du fossé). Et là la majorité des madhahib en conviennent. (Je sors donc de l’abris),
          – Pour revenir à la semantique, on a éte très souvent abusé par cette pratique. On nous a parlé de « foutouhate » (ouverture/pacification) pour ne pas designer autre chose (ghazwat ? maghazi? harb ? qital ? conquêtes ?) c’est de là, entre autres, que j’evoquais une da’wa 2.0
          – Enfin dire que les « nouveaux precheurs » y ont un intérêt personnel dans leur prédication, je ne sais pas. Mais ils ont au moins le mérite de produire une reflexion sans se contenter de répéter les pavés des siècles passés, à l’instar des madhahib et du taqlid qui en découle ou des chouyoukh fonctionnaires made in Saoud. Enfin ils prennent aussi le risque de se tromper. Certains sont aussi la cible des ecervelés façon Daesh.

        • Il est sans doute nécessaire de clarifier un certain nombre de positions. Ma réaction dans les commentaires précédents était avant tout opposée à la thèse de l’article qui présente l’idée que l’esclavage est absolument interdit dans le texte. Je dis qu’il est malhonnête (et c’est gros) de ne pas avouer que les statuts du captif, de l’esclave et du servant sont bel et bien présents et acceptés dans le discours divin. Quant à ce qui en est dit et aux sous-entendus qui en sont faits, il est évident que l’esclavage ou la servitude ne sont à aucun moment vus comme une finalité, et ce, ni dans les versets, ni dans les ahadiths. Ils sont vus comme un moyen temporaire (qui n’est d’ailleurs pas obligatoire), et la sagesse de l’abolition et de la remise en liberté est effectivement celle qui prévaut. Les juristes et les écoles n’ont fait que développer les extrémités de ces fondements en fonction des questions de société soulevées, et à y regarder de plus près, les divergences sont toujours minimes et ne remettent jamais en question les concepts qui s’opposent déjà à ce niveau aux valeurs modernes de l’Occident. Et là est tout le piège : les prédicateurs modernes ne font pas du « fiqh ». Ils remettent en question les fondements présents dans le Coran et les ahadiths authentiques et font passer l’idée que les savants étaient des corrompus, des suiveurs ou que sais-je. Je n’accepte pas non plus l’idée que la « awra » des femmes esclaves n’est pas la même que celles de la femmes libres, mais je ne compte pas pour autant me servir de cela pour remettre en question l’esclavage. Il faut distinguer les fondements coraniques des embranchements de jurisprudence. Pourtant, rien n’empêcherait les prédicateurs modernes de poursuivre le développement d’un « fiqh » contemporain, mais à condition de respecter les fondements (usul) et d’assumer la vérité d’un Islam idéologiquement différent des sociétés occidentales. À commencer par l’acceptation d’un pragmatisme qui vise à atteindre des finalités plus globales (y compris concernant la sexualité). À ce sujet toutefois, je pense toujours que vous ne distinguez pas assez la règle, voire l’esprit, du comportement des hommes et des femmes qui les appliquent (fussent-ils/elles des compagnons). Le fait qu’une servante ait pu être bafouée ne change rien au fait que et les versets, et un grand nombre de ahadiths enseignent le contraire. Il ne s’agit pas seulement d’un problème de sexualité avec les esclaves : le mariage classique peut souffrir des mêmes comportements de la part de ceux qui le mettent en pratique. Rien n’empêche un homme de répudier chacune de ses épouses après avoir profité d’elles, pour en reprendre d’autres et continuer son manège. La loi ne stipulera pas que son acte est interdit, mais il s’oppose pourtant à la sagesse de l’institution du mariage, et Dieu n’est certainement pas inattentif à ce qu’il fait. Ainsi en est-il des guerres offensives, défensives et de la sexualité avec la servante (entre autre). Rien ne la distingue vraiment de la sexualité avec l’épouse, en ce sens que la bestialité est prohibée dans les deux cas, que la sincérité de l’acte amoureux est attendue, mais aussi que le désir pragmatique demeure légitime malgré tout, tout autant que la finalité de la procréation (« islamique », s’entend). Il s’agit de sujet qui se règlent littéralement au cas par cas. Concernant la sémantique et la da’wah 2.0, je confirme une nouvelle fois que je ne suis pas effrayé à l’idée de parler de ce qui choque certains (guerres offensives par exemple). Mais cela ne m’empêche pas de croire avec sincérité à la notion de finalité. Il ne s’agit pas d’un moyen de montrer patte blanche. Je pense qu’elles existent, études à l’appui, dans notre religion (et c’est de ce point de vue d’ailleurs qu’il peut parfois y avoir des convergences avec l’Occident sur des questions précises, mais jamais au point de remettre en question leur point de départ).

        • Passage,
          Les questions de finalités ne sont pas pertinentes dans notre cas il me semble. On est confronté plutôt à des pratiques qui ont été légalisées sous le Prophète lui même puis codifié par le fiqh sous les califats. Faites une recherche sur zawadj mout’a (mariage temporaire) avec des captives, qui fut ensuite aboli par la majorité des fouqaha sunnite. Le problème est que dans la pratique, textes à l’appui, un Calife comme Haroun Rashid possedait quelques 2000 concubines dans son harem. Rien dans la shari’a ne le lui interdisait.
          Ensuite on peut affirmer que la « servitude » sous l’islam n’a rien à voir avec l’esclavage pratiquée par l’Occident et son commerce triangulaire par exemple. On peut même aller plus loin dans la dénonciation de l’esclavage moderne lié au capitalisme prédateur. Cependant cela ne doit pas nous rendre schizophrène et moins critique sur des pratiques liées à notre propre héritage.

        • Vous avez raison concernant le fait qu’il faille être critique à l’égard de notre propre héritage. Mais là non plus, il ne faut pas devenir schizophrène au point d’avoir honte d’une religion différente des valeurs portées par d’autres. Ceci étant dit, le mariage temporaire a été interdit de sources authentiques (Muslim & Bukhari), d’où le consensus des juristes sunnites sur son interdiction définitive. Quant à la servitude et son parallèle avec la sexualité à l’égard des servantes, il n’a pas été interdit à ma connaissance. D’où la nécessité ultérieure de le codifier et d’en rechercher les finalités dans le texte coranique, et dans d’autres ahadiths. L’exemple que vous citez concernant Haroun Rashid ne peut effectivement pas être jugé comme interdit en soi, mais il peut tout-à-fait être jugé blâmable pour différentes raisons. La première consiste tout simplement à s’apercevoir que 2000 servantes ne sont absolument pas justifiées pour entretenir un domicile. De même que le coût de leur entretien ne pouvait être que pharaonique, chose que le reste du peuple ne pouvait se permettre. Autrement dit, il y avait là un calife qui vivait au-dessus des moyens de son peuple. Faut-il donc s’étonner que les finalités initiales de la servitude soient absentes ? Je rappelle que le prophète encourageait les compagnons à ce que la servitude soit l’un des moyens de contracter un mariage stable et béni, après l’éducation et l’instruction de la servante à l’égard de l’islam, et donc, disons-le, un moyen de gagner son cœur et de transformer la relation en un amour réciproque (voir le hadith concerné). Si le calife en question ne peut donc pas être saisi par Dieu pour des relations illégitimes (puisqu’elles sont encadrées par la loi), il peut donc l’être pour un comportement tyrannique et un mauvais traitement réservé aux concubines (le mot est déjà révélateur) qui ne peuvent être traitées avec justice de par leur nombre. Je rappelle que Al-Khidr a tué un enfant par inspiration divine (sourate Al-Kahf). Le meurtre est-il permis en islam ? Mais quelle en était à ce moment la finalité ?

      • Attendez, j’ai peur d’avoir mal compris. Etes-vous en train de revendiquer avec fierté un monde où l’esclavage existe, où le viol conjugal est admissible, et la conquête des autres nations ou cultures/religions par les armes est légitime ?
        Ou bien êtes-vous en train de déclarer que cela est permis en Islam et fait partie de son histoire, sans pour autant que que ces comportements injustifiables soient souhaitables ?
        Dans le premier cas, ça me fait un peu peur je dois dire -)

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Les fidèles saoudiens de retour dans les mosquées

Gaza : N’oublions pas Razan Al-Najjar, l’héroïne en blouse blanche, tuée le 1er juin 2018