in ,

Les nouvelles conversions à l’islam célébrées à Amsterdam

Pays des tulipes aux belles couleurs, où certaines fleurs du mal ont toutefois poussé, ensemencées par l’ennemi juré du multiculturalisme, le député islamophobe Geert Wilders, les Pays-Bas sont aussi la terre fertile de la foi et d’une quête profonde de sens.

Elles tiennent du miracle sur un terreau noirci par la haine de l’altérité, les conversions de Néerlandais de souche à l’islam ne cessent d’éclore, faisant mentir tous les prophètes de malheur et les sinistres laboureurs du nationalisme.

Le 31 mars, à Amsterdam, plus de 1000 personnes ont assisté à une grande cérémonie, organisée par les musulmans néerlandais, en l’honneur d’une vingtaine de nouveaux convertis. De nombreux conférenciers de renom étaient présents pour célébrer des élans spirituels revivifiants, car capables de résister magnifiquement au vent mauvais de la stigmatisation de l’islam.

"Je suis très heureux aujourd'hui", a déclaré, ému, Hans, un homme de 72 ans, qui a embrassé l’islam lors de cette journée exceptionnelle, dans l’enceinte de la Mosquée Bleue. Fait notable, le septuagénaire s’est dit inspiré par son fils, qui l’a précédé dans la conversion il y a huit ans de cela, et fortement impressionné par sa vie de famille, si sereine et équilibrée.  

La décision de suivre la même voie spirituelle s’est alors imposée à lui comme une évidence :  "Quand j'ai vu la manière avec laquelle mon fils et sa femme, d’origine tunisienne, communiquent dans la paix, et prient Allah afin de parvenir à des solutions, j'ai été admiratif et séduit", a-t-il confié, avant de préciser : "Je vais maintenant approfondir ma connaissance de l'islam, m'imprégner chaque jour du Coran et assister à des conférences".

Ils sont plus de 15 000, hommes et femmes, à avoir répondu à l’appel de l’islam au cours de ces dernières années, confiants dans leur choix, sourds aux rhétoriques outrancières, et regardant vers l’horizon lumineux quand des campagnes d’épouvante s’affichent à la vue de tous et polluent le paysage. La conversion la plus spectaculaire qui en a laissé sans voix plus d’un, notamment dans le temple législatif, étant celle de l’ex-député d’extrême droite, Arnoud Van Doom, qui après été grisé par les chants nationalistes de Geert Wilders, a été attiré par la musicalité de la Shahada et l’harmonie du message coranique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’incohérence des inférences ou l’incompétence des excellences

Trois Femen ont brûlé un drapeau salafiste devant la Grande Mosquée de Paris