in

Une designer néerlandaise lutte contre les préjugés à travers une collection de hijabs pour le sport

Sortir voilée aux Pays-Bas, terre fertile des tulipes mais aussi terreau fécond de l’islamophobie ensemencé par le laboureur sinistre de la haine, Geert Wilders, n’est pas une sinécure, et il faut être solidement attachée aux valeurs de sa foi quand souffle, dehors, la bourrasque de la stigmatisation qui emporte tout sur son passage, la raison comme le vivre-ensemble.

On ne présente plus Geert Wilders, le leader antitout de l’extrême droite néerlandaise, furieusement anti-islam et foncièrement anti-européen, mais fervent promoteur d’une démocratie qui brandit crânement l’étendard de sa double allégeance envers Israël, et avec lequel Marine Le Pen est à ce point en osmose qu’elle a récemment scellé un pacte du diable avec son parti, en vue de « tuer le monstre de Bruxelles » en 2014.

C’est dans ce climat particulièrement hostile qu’une styliste en herbe a surgi en 1999, ses dessins de fin d’études sous le bras, laissant éclore son talent au milieu de la mauvaise herbe des préjugés anti-musulmans. Ses armes pour couper le mal à la racine ? Une créativité débordante, de jolis coups de crayons assurés, un grand sens de l’écoute et une détermination à toute épreuve, Cindy Van Den Brême s’est rapidement imposée comme la nouvelle designer de hijabs tendance pour le sport, conçus pour les musulmanes et en concertation avec elles, sur les conseils avisés d’un imam. La marque Capsters était née, promise à une belle longévité.

D’abord dessinés et confectionnés pour les cours de gym scolaires, les premiers hijabs esquissés par Cindy Van Den Brême se voulaient être une alternative moderne au voile traditionnel, afin que les jeunes filles musulmanes ne soient plus privées de sport à l’école. Le succès fut au rendez-vous, couronnant une démarche artistique engagée et innovante qui s’est  très vite diversifiée et internationalisée, pour séduire les musulmanes, jeunes et moins jeunes, sportives ou adeptes du sportswear, disséminées aux quatre coins du globe.

"Aux Pays-Bas, il existe un Comité pour l'égalité de traitement "Commissie Gelijke Behandeling", qui traite des affaires de discrimination. Dans le passé, après que nombre de femmes musulmanes se soient plaintes de discriminations en raison de leur voile, ce comité avait convenu que personne ne devrait se voir refuser le droit de porter le hijab. Or, aujourd’hui, ce n’est plus le cas, le comité est revenu sur sa décision, prétextant que le port du foulard n’était pas adapté à la pratique du sport et s’avérait même dangereux", a déclaré en conférence de presse Cindy Van Den Brême, la designer qui a réussi à prouver le contraire en créant une ligne de hijabs adaptés à tous les sports et au goût du jour pour changer les regards.

"Je pense que se voiler relève d’une décision intime, et personne ne devrait interférer dans ce choix très personnel", insiste-t-elle, anticipant les éternelles allusions à l’aliénation des femmes voilées. "J’ai réalisé, au cours de mes recherches sur le hijab idéal pour le sport, susceptible de convenir à la fois aux musulmans et non-musulmans, que le problème social lié à l'acceptation du voile aux Pays-Bas concernait moins les femmes voilées que la manière dont elles se couvrent la tête. La seule chose que j'avais à faire était de concevoir un hijab qui devrait correspondre aux deux mondes, et c'est exactement ce que je veux dire par intégration", a-t-elle renchéri.

Intégration quand Geert Wilders redouble de violence pour désintégrer le multiculturalisme à la néerlandaise, les hijabs griffés Capsters, aux formes, couleurs et matériaux variés et dernier cri, constituent la plus désarmante des armes contre la diabolisation de la visibilité musulmane, d’autant plus qu’ils sont magnifiquement mis en valeur dans l'album au titre tout trouvé "Hoofddoeken (hijab)", avant d’être l’objet d’une grande exposition qui sillonnera prochainement le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le prince Al-Walid: “L’Arabie saoudite, les Arabes et les musulmans sunnites approuvent une attaque israélienne contre l’Iran”

«Impossible n’est pas muslim»