in

Les Ben Ali sur le départ en Arabie Saoudite

L’un vient d’être condamné à perpétuité par un tribunal militaire tunisien, c’est le mari, l'autre, sa moitié, tente de se refaire une virginité à travers un livre témoignage, les deux sont inséparables et forment le couple de despotes et de malfrats en col blanc le plus haï de Tunisie, Zine el-Abidine Ben Ali  et Leïla Trabelsi feraient leurs valises en Arabie Saoudite.

La Mecque des dictateurs en fuite ne serait-elle plus assez bien pour la régente de Carthage ? C’est un proche du clan Ben Ali, l’avocat Akram Azoury, qui aurait recueilli, à Dubaï, la récente confidence de l’ex-première dame tunisienne, celle-ci hésitant entre quatre édens, où le secret bancaire est jalousement gardé : Monaco, San Marino (Italie), la Biélorussie et l'Argentine.

De son côté, la terre d’asile saoudienne ne s’opposerait pas à ce départ vers d’autres latitudes, encore plus dorées et clémentes, après avoir toutefois précisé que la famille Ben Ali ne pourrait plus fouler son sol si jamais elle venait â être condamnée dans l’un de ces pays d’accueil. Le journal Orabia précise que  des procédures relatives à la demande d’asile politique sont en cours.

En attendant de connaître le nouveau point de chute des Ben Ali, gageons que les coffres-forts y seront blindés, et les scrupules étouffés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un nationaliste suisse a appelé à une “Nuit de Cristal” contre les mosquées

Jean-Luc Mélenchon critique Valls et alerte sur le danger FN