in

“Le voile, une obsession bien française”, un député socialiste s’oppose à une nouvelle loi anti-voile

La voix dissonante de Christophe Caresche, député socialiste de la 18ème circonscription de Paris, au sujet de la frénésie nationale anti-voile, aura-t-elle une résonance dans le concert gouvernemental qui, Manuel Valls en tête, entonne à l’unisson le refrain martial du « légiférer à tout prix » et du tout-répressif ?

Dans l’actuelle symphonie des couacs républicains sonores, la tonalité désapprobatrice du parlementaire ne manquera pas d’être considérée par ses pairs comme un gros couac inopportun, alors qu’elle mériterait de faire largement écho tant elle met en lumière une obsession française devenue une spécificité peu glorieuse à l’échelle européenne.

"Cette inflation législative ne s’observe dans aucun autre pays, alors même que la France dispose déjà d’une des législations les plus restrictives au monde. L’universalisme français au nom duquel sont invoqués les principes républicains est de moins en moins universel et de plus en plus français ! Le débat récurrent sur le port du voile n’apparaît pas tant comme le signe d’une montée inexorable du communautarisme que comme le symptôme d’une crispation identitaire de la société française », dénonce-t-il dans une tribune publiée dans Libération.

La patrie des Droits de l’Homme, qui court plus que jamais après ses valeurs cardinales, oublie par trop que le monde a encore les yeux rivés sur elle, escomptant de sa part un sursaut d’exemplarité et non des égarements indignes. "C’est bien l’incapacité d’une partie de la France à se penser comme une société ouverte et tolérante qui explique cette volonté obsessionnelle de rendre toujours plus invisibles les signes d’appartenance à la religion musulmane. Dans ce contexte, légiférer à nouveau, suite à l’affaire Baby-Loup, ne fera qu’alimenter un peu plus la chaudière à produire de l’exclusion", condamne le député.

Et celui-ci d'enfoncer le clou : "La réponse au malaise identitaire que connaît notre pays ne réside pas dans un nouveau durcissement de la loi sur le port du voile. Elle passe par la réaffirmation du principe de laïcité devenu l’instrument de toutes les manipulations. La laïcité n’est pas un principe d’exclusion ou de stigmatisation. Elle est au contraire un cadre qui garantit la possibilité de vivre ensemble. Pour l’avoir laissé galvauder, la gauche risque de se retrouver à la remorque des démagogues. Elle a pourtant intérêt à reprendre une attitude offensive dans ce domaine car tout indique que la crispation de la société française, même si elle est une réalité, est limitée dans l’espace et dans le temps. Des indicateurs, comme le nombre de mariages mixtes ou la plus grande tolérance des jeunes générations à l’égard de l’immigration, montrent une société plus ouverte qu’on ne le dit. C’est sur ces tendances d’avenir que la gauche doit s’appuyer et non pas sur les tendances mortifères du repli hexagonal".

Christophe Caresche a décidé de hausser le ton au-dessus d’une cacophonie hexagonale fracassante, à la mesure du séisme qui sonne le glas de tout un système et de la Vème République. Reste à savoir si sa saine indignation aura ou non le retentissement d’un prêche dans le désert…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La Tunisie renoue avec l’élection de sa Miss nationale

Vérité et Justice pour Saïd Bourarach, battu à mort, le 30 mars 2010