in

Le PSG se met au bio et au Halal

Non content de se la jouer fine et de la jouer Beckham, le Qatar joue gros en misant sur le PSG, tant en terme d’image que d’investissements financiers.

Rien de tel que la puissance de l’argent roi pour produire des effets magiques qui feraient passer n’importe quelle monarchie absolue, un tantinet esclavagiste et peu portée sur l’émancipation de la femme, pour un éden de félicité, même aux yeux d’une République soudainement bien conciliante, car exsangue et chancelante sous le poids du scandale, qui ne trouve plus rien à redire. A moins qu’elle n’ait le souffle coupé devant la source miraculeuse d’abondance coulant depuis le golfe persique…

Alors, quand le PSG décide de se mettre au bio pour l’ensemble de l’équipe, et au halal, pour cinq de ses joueurs – un traitement parfaitement équitable que l’on ne peut qu’approuver – aucune polémique retentissante ne s’élève, ni depuis le sérail élyséen, ni depuis les salons parisiens, et encore moins depuis les plateaux de télévision, pour crier à l’halalisation insidieuse de la Ville Lumière !

Non, c’est dans un silence qui consent, loin des controverses bruyantes qui agitent régulièrement les cantines scolaires, mettent en émoi les maires et font frémir dans les chaumières, que le halal s’invite au menu du PSG, sans être récupéré, ni dramatisé par aucun apprenti sorcier de la basse politique. 

Le Qatar, ce bon samaritain de façade, qui cache un ogre capitaliste redoutable, a chaussé les bons crampons pour atteindre ses objectifs suprêmes au cœur d’une France qui lui est désormais acquise, après avoir été conquise ou plutôt achetée. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Valérie Treirweiler et Najat Vallaud-Belkacem sous le voile de l’hypocrisie au Maroc

#MuslimahPride : des Tunisiennes se dressent contre les Femen