in

Le halal, un concept qui relève de la morale et non du légal  

Définir les concepts puis déterminer à qui revient le droit de décision dans quelle matière et de quelle manière, ce sont des balises incontournables si l’on veut faire avancer le débat sur le hallal vers la clarté du jour. Ainsi, les responsabilités seront définies afin de dissiper ce brouillard à la fois conceptuel et législatif.

Au niveau législatif, il s’agit d’astreindre le producteur aussi bien à la traçabilité au niveau du produit que l’usage technique appliqué à ce même produit, le flou législatif actuel laisse la porte grande ouverte aux avidités mercantiles et sans scrupule des uns et des autres.

Côté consommateur, sa responsabilité est effectivement plus grande encore, il faut arrêter cette victimisation qui veut que les choses ne puissent changer que du haut, c’est bien au consommateur que revient en fin de compte d’encourager ou de boycotter un produit suspect ou malsain, au lieu de mordre les yeux fermés à l’appât du moindre prix.

Le halal, un concept qui relève de la morale et non du légal                                                          

Le hallal ne se vend pas, il se pratique comme conduite individuelle. Le hallal relève de la conception que le musulman se forge à partir de sa propre lecture des textes et de son identité individuelle. Consommer hallal relève donc, de la morale individuelle, il ne saurait faire l’objet d’un dictat collectif émanant d’une conscience externe à la conscience intime.

L’Islam n’a pas institué un clergé officiel mais récuse également l’attitude cléricale. C’est bien au croyant que revient le droit en toute intimité de consommer ou pas un produit connoté hallal. Le rôle des experts en matière religieuse se limite à clarifier autant que possible le cas étudié, exposer toutes les pistes envisageables, mettre sur table les avis différents ainsi que leurs arguments en toute objectivité intellectuelle, puis donner leur point de vue comme un avis non contraignant parmi d’autres.

Le cas du jeûne du mois de ramadan est éloquent en la matière, en dehors de conditions extrêmes ou de maladies graves, seul le jeûneur peut juger s’il est en capacité ou non d’accomplir son jeûne lorsqu’il rencontre des difficultés pour pratiquer son culte.

Le qualitatif est une valeur indissociable du Hallal

«Oh les gens ! Mangez de ce qui est sur terre halâlan tayyiban… »[i]

« Et mangez de ce qu’Allah vous a pourvu halâlan tayyiban… »[ii]

« Mangez donc de ce que vous avez eu en butin halâlan tayyiban… »[iii]

« Mangez donc de ce qu’Allah vous a pourvu halâlan tayyiban… »[iv]

Mettre l’accent uniquement sur l’abatage des animaux à consommer est réducteur de la position de l’Islam en la matière. Les quatre versets coraniques cités ci-dessus lient directement le hallal au tayyib qui signifie aussi bien pur, mûr, agréable, de bon goût que de bonne odeur, d’où Tayyibaépithète de la ville du prophète, Médine. Le parfum en arabe se dit tîb qui vient de la même racine.

D’un point de vue linguistique, les termes hallal et tayyibsont directement accolés l’un à l’autre comme attributs ou synonymes sans la moindre liaison. Il nous paraît dès lors abusif de ne retenir que le terme hallaldans ces versets, outre le fait que, souvent, le sens qui lui est attribué est galvaudé sans discernement.

Cette lecture n’est pas étrangère à la doctrine musulmane. Par opposition au consommable tayyib, la jurisprudence a recours à al-jallâlamalsain à la consommation. Plusieurs hadiths existent à ce sujet, ce qui est une preuve tangible que le sens pratique du hallâl en Islam ne se limite pas seulement à la manière d’abattre l’animal.

« Le prophète a déconseillé de consommer la chair provenant d’aljallâla ainsi que  son lait »[v]

Le terme al-jallâla désigne la bête dont la consommation est hallal, mais dont la nourriture est  constituée de produits impropres ou malsains. La mise en  quarantaine est fortement recommandée pour rendre al-jallâla propre à la consommation, en la nourrissant le temps nécessaire par des aliments naturels et sains.[vi]

Faut-il appelé donc hallâl un poulet dont la vie, de la naissance à l’abattage est un enchainement de processus industriel qui n’a rien de naturel sauf la forme ? Est-il hallâl de consommer un poulet qui n’a jamais foulé la terre de ses pattes, qui n’a jamais respiré l’air extérieur, qui n’a jamais goûté l’herbe fraîche, qui ne s’est  jamais exposé à la chaleur naturelle du soleil,… ? À notre sens, un poulet dont la courte vie, huit semaines, se déroule confinée dans un espace artificiel, qui est nourri  d’aliments suspects entre dans la catégorie d’al-jallâla.

La question de l’abattage

Concernant la question de l’abattage rituel, il serait plus objectif d’exposer les avis différents en la matière. Nous les résumons ainsi sans soutenir aucun d’eux car ce n’est pas l’objectif de ses lignes.

Pour les uns, l’abattage par égorgement, n’est pas une condition sine qua non.Pour d’autres, seul l’abattage manuel par égorgement rend la consommation de la viande hallal, alors que certains acceptent l’abatage mécanique.

Nous avons dit plus haut que Le hallal ne se vend pas, il se pratique comme conduite individuelle. Il revient au musulman de vivre sa pratique selon ses valeurs propres. Cependant, le législatif doit imposer au fournisseur de décrire avec précision la manière dont l’animal a été abattu ainsi que la composition exacte des produits manufacturés. C’est-à-dire : sans viande de porc, par abattage manuel ou abattage mécanique.

En résumé, le hallal dépend du consommateur, c’est à lui seul que revient le droit de consommer quel type de hallal, du moment qu’on lui indique clairement la traçabilité du produit à tous les niveaux.

Les musulmans d’Europe, peuvent ainsi apporter un plus qualitatif à la qualité des produits consommables au lieu de s’enfermer dans une vision réductrice de pure forme, et deviennent de ce fait une proie facile pour qui le hallal est une question de business.

Notes:


[i] Coran, sourate II, verset 168.

[ii] Coran, sourate V, verset 88.

[iii] Coran, sourate VIII, verset 69

[iv] Coran, sourate XVI, verset 114.

[v] Hadith, sunan Ibn Mâja, chapitre sur les animaux à consommer (adabâih), 3189. D’autres versions sont rapportées par : Ahmad, Thirmidhî, Abou Dâoud pour ne citer qu’eux.

[vi] J’ai connu personnellement cette pratique au Maroc. Dans ma famille, le poulet fermier élevé en pleine nature devait passer au régime pur grain pendant quelques jours avant sa consommation.

12 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Chers amis,

    J’adhère à ce texte notamment lorsqu’il précise :

    Le halal, un concept qui relève de la morale et non du légal.

    Nous sommes libres de voir les choses selon notre conscience. En tant que non musulman, chrétien de naissance – je ne souhaite pas entendre des on dit. Je viens sur votre site et je lis. Soyons clairs, je ne cherche ni la polémique, ni conflit. Bien au contraire, je cherche à comprendre et à lire de mes yeux. Car je refuse tout « on dit ». Mon seul constat sont mes lectures, mes oreilles mes échanges et surtout ma conscience. J’ai lu le coran en français et en arabe. Et il y a des différences de trtaduction – sans compter les versions Hafs ou Warsh. Je ne cherche pas à comprendre le coran selon un fanatisme idiot, mais je vais consulter les moufassirins et les oullémas qu’ils soient chiites ou sunnites. Plusieurs explications pour une ayat – verset- afin d’être sûr que j’ai saisi.

    En ce qui me concerne, musulmans ou pas vous êtes mes frères dans l’ humanité » et c’est ce qui compte.
    Et pour couper l’herbe sous les pieds des fanatiques – de tous bords – , je précise que tout musulman est mon frère dans l’humanité que je chéri comme un juif athée ou chrétien. Des frères peuvent ne pas être d’accord. Et la seule union avec son prochain c’est la franchise même si elle ne plait pas, mais c’est par son biais que le respect trouve son chemin. Votre religion est la vôtre , libre à vous comme libre à moi.
    لَكُمْ دِينُكُمْ وَلِيَ ديني براءة من الأديان الأخرى وليست إقرارًا وتركًا لها
    Vous m’avez compris. Cette phrase qu’on nous sert à tout bout de champ n’est que tromperie.
    surtout à la lumière des oullémas.
    —————————————————————————————————————–
    فقلت : يا جبريل ! وإن سرق وإن زنى ؟ قال : نعم . قال قلت : وإن سرق وإن زنى ؟ قال : نعم . قال قلت : وإن سرق وإن فقلت : يا جبريل ! وإن سرق وإن زنى ؟ قال : نعم . وإن شرب الخمر ” .
    الراوي: أبو ذر الغفاري
    خلاصة الدرجة: صحيح
    المحدث: مسلم
    المصدر: المسند الصحيح
    Vous avez les références et je n’invente rien.

    Or pour DIEU quelque soit le péché, il est banni de mort. Car Dieu a créé l’homme pur . Mais à partir du moment où il a pêché, ne serait-ce qu’en mentant, il a perverti sa nature et est allé à l’encontre de la VERITE, donc à l’encontre de DIEU.
    Il n’y a pas de Kabirah ou de Saghirah ! Il y a un pêché, donc une anomalie, point !
    Car DIEU est parfait. Et nous sommes supposés être « 3la Souratahou » ! Non ?
    Cette déclaration est au regard de soi disant “l’association dans le christianisme”.
    Mais qui peut payer le prix du pêché et du sang devant Dieu LUI-MÊME si ce n’est que le PARFAIT : DIEU ?
    Aucun homme ne porte le crédit nécessaire afin de purifier la perversité de l’homme à part la Nature Parfaite de Dieu qui s’est projeté dans le Christ et qui a continué à gouverner le monde de parmi les morts car IL EST VIE: Don d’ibiquité de DIEU. Qui sommes-nous pour lui refuser ce miracle ?

    Ceci dit, je tiens à préciser que ce qui plait à Dieu ce ne sont pas les rituels halal ou casher, ou je ne sais quoi, c’est simplement nos actions. Ceci est valable, aussi , pour les chrétiens et les juifs.
    Or en islam les hâdiths portent préjudice à ce point précis

    Alors des deux choses l’une :
    Ou vous balayez les hâdits et vous devenez des coranistes, par conséquent des Kouffars – du moins au regard du Azhar – , – je ne sais pas si Oumma.com prend cette université comme référence – ou vous vous y tenez aux hâdiths et ceci pose problèmes.
    Quand à nos écritures corrompues – محرفة – auriez-vous les vraies entre vos mains ? Si oui, dites-nous lesquelles… Ne me parlez surtout pas de l’évangile de Barnabé, ce torchon écrit au 17ème que l’on peut démentir sans aucune difficulté. Les lieux sont faux, les coutumes sont fausses, et on voit que celui qui a rédigé ce torchon ne maîtrise ni le judaïsme, ni le « christianisme » et encore moins la géographie des lieux. Je peux vous apporter tous les arguments que vous souhaitez.
    La Trinité, parlons en. Qu’à compris l’islam à part trois dieux ??? Or on dit bien au Nom du Père et non pas aux Noms. En arabe باسم الله et non بآسامي الله و الابن و الروح القدس. Et si vous souhaitez une explication , je suis votre serviteur.
    Bref ! Cette fois-ci ceci est-ce du prosélytisme ? Oui et Non ! Pour répondre à un de mes détracteurs.
    D’ailleurs, des musulmans ne se gênent pas pour dire ce qu’ils pensent du christianisme sur des sites chrétiens ; malgrés cela, ils sont les bienvenus ;
    Pour terminer, laissez-moi vous dire que je ne suis pas d’accord avec vos croyances, mais ce n’est pas pour ceci que je ne vous aime pas. Je vous aime, vous apprécie à votre juste valeur, c’est-à-dire je suis votre égal, vous êtes mes égaux, mais on a pas le même point de vue.
    Le dieu du coran veut qu’on tue en son nom, mais le DIEU s’est sacrifié LUI-MÊME pour nous sauver.
    Plus de sacrifice, ni de moutons, car l’Agneau de DIEU EST le Christ. Après ce sacrifice ultime, c’est terminé. Rien ne peut égaler la donation de DIEU.
    Que DIEU vous bénisse.

    • Désolé, jamais rien lu d’aussi con (mot que je n’utilise jamais en public!) et pourtant sur Oumma.com on est servi en matière de créténisme quotidien.

      Mon pauvre gamma, vous êtes affligeant d’ignorance, d’arrogance, et de mauvaise foi. Au bout de deux paragraphes de ces inépites alignées l’une derrière l’autre, on a le sentiment de revenir trois siècles en arrière, aux beaux jours de l’idéologie coloniale pour faire passer les musulmans pour des imbéciles qui auraient besoin d’être sauvés par les gentils chrétiens et leur religion idolâtre.

      PS: gamma, prenez des vacances, profitez-en pour vous éduquer sur les questions islamiques. Un peu d’amour-propre, que diable!

      • Abou Tahar al-Tlemceni
        Cher Mr
        Votre mentor doit être Wagdi Ghneim. A part vous exciter, vous ne savez que vociférer et dénier. Aucun argument. Nada ! Certes l’impuissance à la réflexion rend certaines personnes enragées et emplies de haine; serait-ce votre cas ? Votre impuissance n’a d’égal que votre manque de contrôle. Calmez-vous ce serait bon pour votre cœur. Vous ne connaissez que l’insulte. – colonial – en voilà un mot… Je ne vois vraiment pas le rapport. Dommage ! Il y a tellement de belles choses dans la vie, comme la courtoisie, l’argumentation et le respect d’autrui. Mais il est sûr que si vote littérature s’arrête à des pseudo-prêcheurs de la haine, il n’en sortira que ce qui sort de votre plume. Je vous invite à vous modérer et apporter des arguments pour que l’on puisse disserter, dialoguer en toute sérénité, si vous en êtes capable.
        Argumentez, argumentez.
        Que Dieu vous bénisse.

    • Contrairement à Tahar je partage entièrement votre point de vue, vous avez saisie le message divin mieux que beaucoup de musulmans de naissances à côtés de la plaque.

      • Bonsoir Leila. Merci pour votre mot. Le problème c’est qu’il y a des gens qui ne connaissent pas le dialogue étant à court d’arguments. Ils offrent l’image de leur fond. C’est malheureux mais c’est comme ça.
        Quand à demander à ce Mr quelle écriture était à l’origine du coran, le hijazi ou le koufi, voire le syriac mélangé à l’origine, je crois que c’est peine perdue…
        Par ailleurs, j’avais fais un post sur la consommation du porc et les raisons qui font qu’il n’est pas interdit chez les chrétiens, mais j’ai l’impression que le modérateur l’a jugé non utile. Peut-être je me trompe.
        Cordialement chère amie.
        Dieu vous bénisse.

          • Bonjour
            Ceci est un message à Oumma.com. Merci de communiquer mon adresse e-mail à Abou Tahar al-Tlemceni. Il avait des choses à me dire – même si ce sont des choses désagréables – mais je souhaite communiquer avec lui afin qu’il puisse s’exprimer directement en privé. Merci au modérateur, et paix à vous tous.

  2. La Torah, Les Evangiles et le Coran, puis le poids des tradition ancestrales des Juifs, Chrétiens et Musulmans s’accorde à bânir la Viande du porc, de la mortes, de la bête étouffés, des bêtes carnivores etc., Scientifiquement cela aussi est confirmé. Il reste un problème d’économie face à un problème de coût de santé.
    A mon avis, en 2017, tout le monde est instruit et éduqué pour ce problème. on offre aux gens les produits et qu’ils choisissent. chacun prend sa responsabilité, morale, religieuse, sanitaire ou économique comme il veut.
    Bien sûr, comme l’Islam interdit d’une manière évidente la viande non égorgée, alors on braque les prrojecteurs sur ce sujet.
    Mais, j’ai remarqué dans des boucherie “Halal” viande licite. qu’il y a plus d’européens que des musulmans, car ils ont découvert, aussi le goût et moins de souci de santé.
    C’est vrai que le Porc est économique, et bien cuit présente moins de danger, Mais pourquoi on n’a pas engager un recyclage pour sa suppression et les gens feront à la place une viande bon marché tel que poulet, poissons ou dindonneaux?

    • Pikassoz
      Demandez donc aux chrétiens pourquoi ils mangent du porc alors que Jésus n’en a jamais mangé, vous allez voir le malaise et entendre les explications boiteuses…

      • Abou Tahar,

        Matthieu :
        Ce n’est pas ce qui entre dans la bouche qui souille l’homme; mais ce qui sort de la bouche, c’est ce qui souille l’homme.
        Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans la bouche va dans le ventre, puis est jeté dans les lieux secrets?
        Car c’est du coeur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités, les vols, les faux témoignages, les calomnies.
        Tite
        Tite

        1-15 16 Tout est pur pour ceux qui sont purs; mais rien n’est pur pour ceux qui sont souillées et incrédules, leur intelligence et leur conscience sont souillés.
        Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs oeuvres, étant abominables, rebelles, et incapables d’aucune bonne oeuvre.

        Matth. 15- 11 à 19

    • -“Scientifiquement” c’est confirmé ??!!! Pouvez-vous citer vos sources ?
      -les chrétiens ne bannissent pas la viande de porc et il n’y a strictement aucune raison qu’elle le soit. Ne confondez pas des choix liés au mode de vie (nomade, région chaude) de l’époque avec des préconisations religieuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

«Daesh m’a battue et m’a laissée toute seule» : une handicapée retrouvée à Raqqa huit jours après

L’islam, l’antisémitisme et les dérives manichéennes du débat public