in

Le philosophe arabe Farabi, surnommé le « second maître » (après Aristote)

Philippe Vallat a  traduit la dernière œuvre de Farabi (mort en 950)  considéré comme le second maître après Aristote.  Cette oeuvre écrite à Damas et constituant son testament philosophique. présente le projet métaphysico-politique du philosophe. Comme s’il fallait comprendre le monde et le cosmos dans l’intégralité de son fonctionnement et y situer l’homme, avant d’élaborer une éthique qui rend possible le contrat politique au sein d’une cité dont le philosophe serait roi.

 

Publicité
Publicité
Publicité

11 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le racisme arabe non arabe est encore présent dans la tête de “certains musulmans” (je les appellerais les insoumis de l’islam ). La plus part des philosophes qui ont écrit en arabe étaient arabes par acculturation (Les arabes désarabisés comme les appelle ibn khaldoun) car la langue peut dépasser la race ou l’ethnie. Le dernier grand philosophe ibn Roshd a essayé de concilier vérité philosophique et la révélation sans y arriver car les ennemis de Dieu sont du même côté que lui. Les traditionalistes ont vaincu les philosophes pas par leurs arguments mais par leur constance vis à vis des changements politiques et géopolitiques. L’islam peut survivre à un coup d’État, un tsunami, au colonialisme ou communisme…Les philosophies survivent à leurs précurseurs mais pas à la fatalité et la défaite militaire. Si les musulmans étaient tous des philosophes pas sûr que demain leurs état change car il y aurait pas de point de ralliement.

  2. Bonjour,
    Il faut arrêter un jour d’assimiler tous ses philosophes, savants et autres d’origine persane, ouzbek, tadjik et j’en passe à des arabes. Musulmans ils le sont peut-être, arabes non !! D’ailleurs, des penseurs arabes dignes de ce nom, se comptaient sur les doigts d’une seule main!
    Cordialement
    RH

    • A l’époque, ces catégories n’avaient aucune importance, on parlait plusieurs langues dès l’enfance et on utilisait l’arabe comme langue de communication et souvent d’écrit, or, dans un hadith, on a demandé au prophète (PBSL) qui était Arabe et il a répondu « celui qui parle arabe est un Arabe ». C’était une façon pour lui de dire que les noirs habitants l’Arabie et venus d’Afrique orientale étaient des …Arabes et devaient être considérés comme tels. L’arabité n’est pas une race, pas une ethnie, pas une couleur de peau, pas une origine, mais une culture et on peut donc être à la fois de culture arabe et persane, tamazigh, turc, ourdou, bambara, etc. Le rôle historique des Arabes venus d’Arabie est d’avoir répandu le message initial de l’islam et d’avoir servi de ponts entre toutes les cultures, langues et religions de l’aire qui allait devenir à l’époque de Farabi « arabe-musulmane », de l’Atlantique aux Indes. Damas étant arabe, le droit du sol islamique en faisait automatiquement un Arabe …ce qui ne lui enlevait pas pour autant sa persanité. Quant aux Tadjiks, Ouzbeks, etc ils n’existaient tout simplement pas à l’époque, c’est une création nationale de l’Union soviétique sur la base des dialectes qui allaient être parlés localement plus tard.

  3. Cet grand érudit est d’origine perse avec es références en asie centrale donc il n a rien d’arabe à part la langue qu il a apprise en Syrie. Il est important d etre précis surtout s agissant de la pluralité des influences sur l islam. La grande majorité des savants musulmans sont d origines non arabes.

    • Il n’y a pas d’ethnie arabe ou de race arabe. Est arabe celui qui parle arabe.
      L’arabe a été la langue de la science, comme actuellement l’anglais, pendant 6 ou 7 siècles.
      Lorsque vous affirmez “La grande majorité des savants musulmans sont d origines non arabes”, je ne vois pas ce que vous tentez d’affirmer ou plutôt je le pressens et cela ne sent pas bon.

      • ” Est arabe c’est celui qui parle arabe ” . Qui a dit ca ?! Peut etre tous ces philosophes s’accordaient et acceptaient de se faire appeler ” arabes ” mais qui n’ont rien dit sur ca mais ce n’est plus
        valable aujourd’hui beaucoup de citoyens du monde dit ” arabe ” conteste cette déformation historique et cette injustice . Je serais tenté de dire que ce n’est pas ” scientifique ” et c’est le fait de tous les nationalistes de la langue arabe, qui confondent l’identité politique avec la langue ou la religion, qui a fait son temps. Mais alors pourquoi les américains ou les brésiliens ne sont pas des anglais ou des portugais.. Il est temps peut être de changer de conception et d’épouser la nouvelle modernité dans les facons de voir l’identité sur tous les aspects historique, geographique, culturel, linguistique ..

        • En sommes, vous prônez un retour en arrière si on suit votre logique. Vous proposez l’avant moyen-âge. Et vous osez appeler ça modernité. Désolé de vous apprendre qu’il existe des cultures qui ne racialisent ni ne nationalisent l’identité. Il y a quoi d’impossible dans “être un brésilien portugais” ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Alain Finkielkraut insulté par des Gilets jaunes

Pensée de Malek Bennabi: la civilisation