in

La mosquée de Gap est en danger

Quand les autorités publiques et le CFCM ne font rien pour faciliter la pratique du culte musulman

La mosquée de Gap vit certainement ses derniers jours. Depuis plusieurs semaines, la direction du foyer de la Luye, où est située la salle de prière qui existe depuis plus de vingt ans, exige des musulmans gapençais qu’ils quittent leur local pour le 3 janvier 2012.

Ce foyer de travailleurs doit fermer pour cause de rénovation intégrale. Cela signifie que les musulmans de la ville vont devoir fêter la nouvelle année avec un goût très amer : puisqu’aucune solution de rechange n’a été trouvée (hormis la proposition déplacée de la mise à disposition d’une salle chaque vendredi dans un quartier éloigné de Gap), le risque est grand de voir l’un des rares lieux de culte musulman du département des Hautes Alpes (05) fermer ses portes.

Face à cette situation inconfortable, la communauté musulmane locale a tenté de se prendre en charge. Ces dernières semaines les contacts se sont multipliés entre l’Association musulmane et culturelle de Gap, la mairie, la préfecture ainsi qu’avec les représentants des différents cultes. En effet, nous souhaitons rappeler qu’il appartient d’abord aux musulmans de se prendre en main pour acquérir un terrain et disposer d’une mosquée indépendante qui puisse rayonner sur les plans spirituel, humain et religieux.

Nous y travaillons mais le projet prend du temps et nécessite la mobilisation de beaucoup d’énergies. Quant au CFCM (Conseil français du culte musulman) et son relais régional (le CRCM-Paca) force est de constater l’inanité de ces structures qui, après maintes tentatives de prises de contact, n’ont jamais daigné répondre ni se déplacer alors même que la construction des lieux de culte fait partie de leurs fonctions premières.

En attendant cette solution, il est aujourd’hui manifeste que le maire de la commune M. Roger DIDIER ne souhaite pas faciliter la pratique du culte musulman dans sa ville et se réfugie systématiquement derrière l’argument trop commode de la laïcité. Or, nous souhaitons rappeler au maire de Gap que, tout comme les réfections et rénovations d’Eglises réalisées sur le compte de l’Etat ou la mise à disposition par beaucoup de communes de France de terrains – par le biais de bail emphytéotique notamment – la laïcité ne lui interdit pas d’intervenir positivement. Au contraire, en tant que maire de la ville, ce dernier doit s’assurer de la possibilité pour ses administrés de mettre en pratique les libertés fondamentales de culte et de conscience.

Face aux refus et manœuvres de diversion, nous nous devons d’agir en tant que citoyens musulmans responsables. Les portes du dialogue demeurent ouvertes mais la situation nous oblige à sortir des discussions stériles qui s’enlisent. Pour parvenir à notre objectif, qui demeure la possibilité d’exercer dignement notre religion, un collectif de musulmans gapençais a décidé d’organiser une Marche qui partira de la salle de prière ce vendredi 30 janvier 2011 et prendra la direction de la mairie à 14h. A l’approche des échéances électorales cruciales du printemps 2012, le but de notre mobilisation sera de mettre le maire de Gap devant ses responsabilités et de nous laisser la possibilité de garder la salle de prière jusqu’à ce que nous trouvions une solution acceptable par tous. Cette question mérite une solution digne pour les musulmans de Gap et elle ira dans l’intérêt de l’ensemble des citoyens de la ville.

Collectif des Musulmans de France – Section Gap.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Israël : des citoyens manifestent contre l’intégrisme religieux

Ces personnalités françaises qui donnent des boutons aux Français !