in ,

Hong Kong : l’ouverture du premier KFC Halal suscite l’enthousiasme de la communauté musulmane

A Hong Kong, le paradis de la gastronomie, au coeur du quartier très animé de Tsim Sha Tsui, où les restaurants fleurissent et ne ferment jamais, rarement l’ouverture d’une enseigne de restauration rapide aura suscité un enthousiasme aussi débordant…

Du mufti Muhammad Arshad, le plus haut dignitaire religieux musulman de la Perle de l’Orient, aux quelque 300 000 fidèles qui y résident, l’engouement qui a entouré l’implantation, à proximité de la Mosquée de Kowloon, du premier KFC 100% Halal a été total. 

Publicité
Publicité
Publicité

Il ne s’est d’ailleurs pas émoussé depuis son inauguration qui a fait date, en ce début du mois de novembre placé sous le signe d’une diversification alléchante de l’offre Halal dans la capitale culinaire de l’Asie. 

Le mufti Muhammad Arshad

Littéralement pris d’assaut dès son lever de rideau, c’est peu dire que ce point de vente KFC a aiguisé l’appétit de nombreuses familles musulmanes hongkongaises, dont la plupart, face à un choix de restauration restreint, se sont depuis longtemps résignées à manger à la maison. 

Parmi ces familles musulmanes qui se sont pressées vers la célèbre enseigne américaine, reconnaissable à son logo à l’effigie du colonel Sanders, son fondateur, nombre d’entre elles n’ont pas hésité à faire des kilomètres, à les avaler même, pour avoir le plaisir de savourer les plats de poulets frits concoctés à la sauce Halal.

« Nous avions tellement hâte de venir ici ! », s’est exclamé devant les médias Aslam, 50 ans, un client musulman visiblement heureux et rassasié à sa sortie du restaurant.

Ce dernier a fait tout le chemin depuis Yuen Long, avec femme et enfants, pour satisfaire ses papilles. « La plupart du temps, nous cuisinons à la maison », a-t-il souligné, en déplorant qu’Hong Kong soit à la traîne de Singapour et de la Thaïlande sur le plan de l’offre de restauration Halal.

Un retard que James Frankel, le directeur du Centre d’étude de la culture islamique de l’Université chinoise, lui-même musulman, explique en ces termes : « Le patronage musulman ne suffit pas à soutenir de nombreuses entreprises. Pour durer et prospérer à Hong Kong, les restaurants Halal devront également attirer une clientèle non musulmane. Indéniablement, l’ouverture d’un KFC Halal va dans le bon sens et favorise l’intégration de l’identité musulmane, mais il y a encore un long chemin à parcourir ».

Publicité
Publicité
Publicité

En attendant que d’autres restaurants « halalisés»  émergent dans le paysage, les files d’attente s’allongent devant le seul et unique KFC certifié Halal de Hong Kong, là où les palais de tous les gourmets et les gourmands se régalent… ou presque.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Libye : la cité antique de Cyrène, un des joyaux du patrimoine, en danger

Islam et faux-semblants du monde : quelques clés de lecture tirées du Coran