in

Etats-Unis : un étudiant musulman crée une gamme de hijabs anti-chaleur

Soucieux du bien-être des femmes musulmanes voilées à l’approche des premières chaleurs estivales, quand le soleil se fait de plomb, Omar Goheer, un Américain de confession musulmane, doctorant en chimie et en économie à l’Université de Maryland, s’est lancé dans l’aventure entrepreneuriale en confectionnant une gamme de hijabs, fluides et soyeux, à même de procurer une agréable sensation de fraîcheur aux têtes qu’ils recouvrent.

Parce que chaque femme "mérite d’être traitée comme une reine", comme le proclame celui qui est passé de l’idée à la réalisation en l’espace de deux ans, troquant sa casquette d’étudiant brillant pour celle de chef d’entreprise qui a désormais le vent en poupe, la société K.Sultana a ainsi vu le jour, et avec elle, une collection de foulards islamiques aériens, confortables et seyants, grâce à l’alliage tout en douceur du polyester de crêpe georgette et de la mousseline de soie.

"Chaque femme mérite le droit à l'éducation, à l'égalité des droits dans la société et l'égalité des chances", insiste Omar Goheer qui a également innové sur le Net en créant un site dédié à un programme pédagogique « living-learning ». Aux commandes d’une affaire florissante et en pleine expansion, le businessman n’en reste pas moins un musulman attaché à ses valeurs et à son éthique, sensible à la détresse des plus démunis, et notamment des femmes musulmanes sans-abri de Baltimore pour lesquelles il reverse régulièrement une partie de ses profits.

Accueilli avec enthousiasme par l’ensemble des étudiants musulmans du Maryland, filles comme garçons, le projet novateur imaginé, conçu et porté à bout de bras par Omar Goheer fait la fierté de toute une communauté, tout en apportant un confort inestimable à la gent féminine, ce qui fait dire à l’une de ses plus ferventes admiratrices, Aisha Ali, que seules ses formidables compétences de manager ont permis au concept K.Sultana, d'abord esquissé sur le papier, de se matérialiser et de prospérer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un militant s’est vu refuser la nationalité française, pour avoir participé à des manifestations pro-palestiniennes

Une mamie chinoise non musulmane a donné une éducation musulmane à sa petite-fille