in ,

Algérie : la start-up Yassir lève 150 millions d’euros. Une success story, pied au plancher

Elle a tout d’une grande ! Yassir, la start-up algérienne créée en 2017 par Noureddine Tayebi et Mehdi Yettou, deux ingénieurs bien inspirés, n’en finit pas de croître de l’autre côté de la Méditerranée, mais aussi par-delà les océans.

Forte de son application 100% made in Algeria, c’est peu dire que la petite entreprise, qui fournit des services de taxis, de livraison alimentaire, ainsi que des services financiers,  ignore les affres de la crise… Elle connaît, au contraire, un prodigieux essor sur le sol qui l’a vue naître, mais aussi dans tout le Maghreb, sa popularité s’étendant désormais bien au-delà des frontières.

Publicité
Publicité
Publicité

Pourvoyeuse de milliers d’emplois, présente aujourd’hui dans 7 pays (Algérie, Allemagne, Canada, France, Maroc, Sénégal, Tunisie) et 45 villes, où elle compte plus de 8 millions d’utilisateurs, on peut même dire que Yassir roule à vive allure sur la route du succès, que ses deux fondateurs souhaitent la plus longue possible et jalonnée de réussite. 

« C’était une mission pour nous de créer un modèle de succès vraiment 100% algérien, permettant de réhabiliter le talent local et de montrer qu’on peut créer de la plus-value en Algérie », confiait à l’AFP l’un de ses deux concepteurs, Noureddine Tayebi, en 2018.

Noureddine Tayebi

Symbole de l’Algérie qui innove, qui va résolument de l’avant et a le vent en poupe, la start-up a annoncé, le 7 novembre dernier, une grande et bonne nouvelle : sa mirifique levée de fonds, de l’ordre de 150 millions d’euros, dont elle fera bon usage en Afrique et dans le monde pour asseoir son développement. 

Les pêches miraculeuses s’enchaînent pour les heureux patrons de Yassir, lesquels ont rappelé avoir collecté « 193,25 millions de dollars au cours des cinq années » qui ont suivi son lancement, se félicitant, chiffres à l’appui, que leur start-up soit « la plus valorisée d’Afrique du Nord et l’une des sociétés les plus valorisées d’Afrique et du Moyen-Orient ».

« L’investissement a été mené par Bond, l’une des plus grandes firmes de capital-risque de la Silicon Valley, avec la participation de Y Combinator, le plus grand accélérateur de start-up au monde, DN Capital, Dorsal Capital, Quiet Capital et Stanford Alumni Ventures, ainsi que d’autres investisseurs existants et stratégiques », ont-ils précisé.

« Nous sommes très ambitieux. Le but est de créer la plus grande entreprise de technologies, pas seulement en Afrique mais au monde. Pour l’atteindre, il faut être sur pas mal de marchés régionaux, continentaux et au niveau mondial », déclarait Nourredine Tayebi à l’AFP en avril 2022. La success story de Yassir se poursuit, pied au plancher.

Publicité
Publicité
Publicité

 

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Pour les Palestiniens, la victoire de Netanyahou n’est qu’un changement de gardiens de prison

Istanbul : un attentat fait au moins six morts et cinquante-trois blessés