in

Deux joueurs de cricket sud-africains refusent de porter le logo d’une marque de bière

Ils se connaissent, s’apprécient et ont un grand respect l’un pour l’autre, ils sont tous les deux sud-africains, musulmans et virtuoses du cricket, Hashim Mahomed Amla et Wayne Parnell Dillon sont deux athlètes de haut niveau en parfaite osmose, au point d’ajouter à leurs nombreux points communs la même foi profonde et les mêmes convictions religieuses inébranlables, auxquelles ils ne dérogeront jamais, et ce quoi qu’il leur en coûte.

En l’occurrence, la volonté, à toute épreuve, de se conformer aux prescriptions coraniques et d’être en paix avec leur conscience devant Dieu vaut bien d’acquitter une contravention annuelle de 500 £ chacun, pour avoir le droit de ne pas arborer sur leur maillot le logo d’une marque de bière « Castle ».

C’est Hashim Mahomed Amla qui fut précurseur en la matière, en étant le premier professionnel de cricket d’Afrique du Sud à refuser de jouer les hommes-sandwiches pour des enseignes dont l’activité s’avère illicite en islam.  "La promotion de la bière et l'alcool va à l’encontre des enseignements de l’Islam", répond-il inlassablement à ceux qui continuent de l’interroger sur ce veto irrévocable, qui, hier, faisait sa singularité au sein de son équipe et, aujourd’hui, est presque passé dans les us et coutumes du club, moyennant finance certes, mais sans anathème…

A 23 ans, son compatriote, coreligionnaire, coéquipier et ami Wayne Parnell Dillon marche sur ses pas à grandes enjambées, notamment depuis sa conversion à l’islam en 2011, date de l’aboutissement d’un long cheminement spirituel intime. Ce dernier sait ce qu’il veut et ce qu’il ne veut plus, comme vendre son âme au diable, quitte à en être de sa poche.

La preuve en images, avec ci-dessous Hashim Mahomed Amla, suivi de Wayne Parnell Dillon

 

 

    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DSK, consultant de “Casablanca City Finance pour 2,5 millions d’euros”

L’Arabie saoudite veut punir le « djihad » d’une peine de 20 ans de prison