in

Des “Gilets noirs” protestent dans un aéroport parisien contre l’expulsion des migrants

Ces personnes sont des sans-papiers, membres du collectif des “Gilets noirs”. Le 19 mai 2019, des centaines d’entre eux ont protesté à l’aéroport de Paris Roissy-Charles de Gaulle, avec le soutien du collectif “La Chapelle Debout”, qui lutte pour les droits des exilés. Leur objectif : dénoncer la politique d’expulsion des migrants menée par le gouvernement français, comme l’explique Nicolas Pernet, l’un des responsables de la Cimade.

Publicité

9 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Ces gens sont entrés illégalement sur notre territoire. Ils ne sont pas des réfugiés politiques. En général leurs pays (Afrique de l’ouest, Maghreb) ne sont pas en guerre. Ce sont des réfugiés économiques attirés par notre niveau de vie qui s’intègrent de moins en moins, car devenus trop nombreux. Ils n’ont rien à faire ci.

  2. Je ne sais pas, le problème n’est pas les papiers.
    Comme disait, (le compagnon du prophète) Ali, Il ne faut jamais être de trop.

    Je croie qu’en matière papier, la France profonde est plus clémente que les grandes métropoles.
    C’est mon expérience.

  3. Ils viennent d’où exactement ces migrants?
    Si ce sont des musulmans pourquoi ne cherchent ils pas refuge dans un pays musulman?
    @Plippe Vous ne pensez quand même pas serieusement qu’il n’y a que des migrants qui
    ont travaillé dans les mines de charbon?

    • « Ils viennent d’où exactement ces migrants?
      Si ce sont des musulmans pourquoi ne cherchent ils pas refuge dans un pays musulman? »
      Bien vu et si ce sont des animistes ils n’ont qu’à demander l’asile aux autorités béninoises ou à l’ambassade de Sirius s’ils idolâtrent l’étoile du même nom.
      Par contre s’ils vénèrent la licorne rose à 4 L et un gouvernail cache popotin, on n’est pas dans la m…

    • je parle de mon vécu généalogique précis familial et documenté de docs officiels.
      je ne parle pas de ce qu’untel a entendu d’un autre à qui on a dit que !
      Ceci dit les migrants ont été “invités” par les recruteurs de propriétaires de mines quand il y avait un déficit de main d’œuvre locale vite épuisée et/ou quand il fallait casser le coût salarial.
      Il n’y avait pas que le charbon … le fer … le textile etc.
      Vers les USA le même schéma des recruteurs venaient faire de fausses promesses et direction l’Illinois tout cela est connu et documenté.
      Tout ce monde s’est mélangé assez vite, il n’y avait d’obstacle religieux arbitraire et communautaire.
      Quittons les neiges d’antan !
      Actuellement certains migrants courageux sont exploités par des plates formes de coursiers à vélo ou autres engins dans les grandes agglomérations … sans compter les nounous sans doute sous payées que l’on voit l’été dans les jardins publics avec une marmaille cachet d’aspirine !
      Ces migrants actuels ne seraient-ils pas eux aussi invités par les capitalistes newlook apôtres de l’uberisation de notre société ? Ils s’affichent sans complexes leur théorie sociale sur les plateaux TV.

  4. Il manque à exilé un adjectif : volontaire … exilé volontaire.
    Ceci dit comme mes ancêtres c’est souvent pour des raisons économiques qu’ils s’exilent volontairement.
    C’était de toute façon un rêve, ils furent exploités dans les mines de charbon et pour ceux qui ont poursuivi vers les US Idem.(idem durée de vie courte, silicose, écrasés par des éboulements etc.)
    La belle vie de la colonisation interne !

    • Mon grand père était mineur, il n’avait pas une grande affection pour ces émigrés qui étaient embauchés pour briser les grèves contre ces mêmes conditions de travail que vous dénoncez.

    • Plippe : Je suis d’ une région minière, et je peux vous assurer, qu’il n’y avait que de très rares , voir jamais de subsahariens, dans les mines, par contre, beaucoup de Polonais, d’ Italiens ; les arabes, préférant les usines !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Hommage à Razan Al-Najjar, l’infirmière de Gaza tuée par l’armée israélienne en juin 2018

L’universalisme de l’islam : unité et multiplicité