in

Canada : une jeune collégienne musulmane agressée violemment, son voile déchiré à coup de ciseaux

Depuis ce vendredi 12 janvier terrifiant, la jeune Khawlah Noman, une collégienne musulmane de Toronto, redoute d’emprunter à nouveau le chemin de l’école qui, d’ordinaire, était pavé de petits cailloux et non de dangers, restant traumatisée par celui qui a surgi brusquement sur sa route ce matin-là, à seulement quelques mètres de son établissement scolaire Pauline Johnson.

Accompagnée de son petit frère qui, comme d’habitude, faisait gaiement le trajet à pied à ses côtés, la jeune fille a été violemment agrippée par un homme qui s’est jeté sur elle par derrière, avant de lui arracher son hijab en lui occasionnant une vive douleur.

Figée sur place et en pleurs, Khawlah Noman n’en a pas cru ses yeux lorsque son assaillant a sorti une paire de ciseaux et s’est acharné à mettre son voile en lambeaux.

Publicité
Publicité
Publicité

« Je me sentais terriblement confuse, effrayée, terrifiée », a confié péniblement la jeune fille devant les journalistes locaux qui étaient venus nombreux recueillir sa version des faits, lors d’une conférence de presse organisée dans son école.

« J’ai crié. L’homme s’est enfui. Mais il est revenu et s’est déchaîné de plus belle contre mon voile », a-t-elle poursuivi. Puisant en elle la force d’interpeller directement son agresseur en fuite, elle lui  a lancé la voix étranglée par l’émotion : « Ce que vous faites est très mal, vous devriez arrêter de faire cela. Je ne suis qu’une enfant ».

Inédite et intolérable, cette agression islamophobe commise à coup de ciseaux contre l’innocence personnifiée survient à l’approche de la commémoration de la fusillade meurtrière qui endeuilla la grande Mosquée de Québec, il y a un an. Elle a suscité une forte onde de choc émotionnel à Toronto et dans l’ensemble du pays.

Publicité
Publicité
Publicité

De John Tory, le maire de la cité phare de l’Ontario qui s’est dit  «choqué et affligé », martelant avec force « qu’aucun enfant ne devrait avoir peur d’aller à l’école à Toronto à cause de ce qu’il porte », à Kathleen Wynne, la Première ministre de la province, qui a laissé éclater son indignation devant cet « acte lâche de haine », la consternation est générale et a gagné le sommet du pouvoir canadien.

Justin Trudeau, le Premier ministre plein de compassion, a aussitôt réagi sur Twitter en rappelant avec gravité que le pays de l’érable est une terre d’accueil, hospitalière et tolérante.

« Mon coeur va à Khawlah Noman après l’attaque lâche de ce matin sur elle à Toronto. Le Canada est un pays ouvert et accueillant, et des incidents comme celui-ci ne peuvent être tolérés », a-t-il écrit sur Twitter.

Quant à la jeune Khawlah Noman, elle remercie Dieu d’être aussi bien entourée dans cette épreuve, et espère que les nombreux messages de sympathie qui affluent des quatre coins du pays l’aideront à surmonter sa peur paralysante de reprendre le chemin de l’école, l’insouciance de la jeunesse en moins.

Publicité
Publicité
Publicité

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Mohamed Abduh au cœur du mouvement de la réforme

Le Qatar pour l’art ?