in

Canada : des musulmans accueillent les sans-abri de Toronto dans un « abri-bus », durant tout l’hiver

S’ils n’ont pas le prodigieux pouvoir d’enrayer le froid polaire qui, comme chaque année, à la même période, sévit à Toronto, la capitale de la province de l’Ontario recouverte d’un blanc manteau, un groupe de bénévoles musulmans, portés par la noblesse des valeurs auxquelles ils sont attachés, se sentent en revanche capables de protéger de la rigueur hivernale les plus vulnérables de leurs concitoyens.

Alors que, dehors, il gèle à pierre fendre, et que le paysage urbain enneigé est une vision cauchemardesque pour les plus de 9 500 sans-abri qui, été comme hiver, sont condamnés à errer sans fin dans les rues de la ville, les membres dynamiques et très charitables de l’Ahmadiyya Muslim Youth Association Canada et de l’association de bienfaisance Humanity First Canada sont passés à l’action.

L’ idée que des êtres humains, sans toit et sans ressources, puissent encore mourir de froid à l’aube de 2020, abandonnés à leur triste sort sur des trottoirs glacés, ou s’entassent dans des refuges surpeuplés, leur était à ce point insupportable qu’ils ont tout mis en œuvre pour que se matérialise leur grand projet, avant la chute brutale des températures : l’achat d’un autobus en vue de le transformer en abri mobile.

Publicité
Publicité
Publicité

Ce nid douillet sur quatre roues, qui est équipé de 20 lits avec leurs couettes chaudes et moelleuses, d’une kitchenette, d’un espace salon avec télévision, d’un stockage sécurisé de victuailles, d’une zone Wi-fi et de salles de bain, a déjà hébergé, depuis sa mise en circulation début décembre, plus de 1 000 grands laissés-pour-compte de Toronto.

Naeem Farooqi, responsable du projet

« Notre concept de refuge mobile ou encore de Sleepbus, unique en son genre à Toronto, circulera dans la région du Grand Toronto tout au long de l’hiver, tous les soirs de 20 h à 8 h du matin, avec des chauffeurs et des personnes chargées de l’accueil, tous bénévoles, qui se relaieront à tour de rôle. Nous distribuerons également des kits de survie à tous les sans-abri que nous rencontrerons », a expliqué Naeem Farooqi, le responsable du projet et de la collecte de fonds au sein de Humanity First Canada.

Publicité
Publicité
Publicité

Les premiers sans-abri, qui ont eu la chance de passer plusieurs nuits dans l’abri-bus et d’échanger avec leurs bienfaiteurs musulmans, en sont ressortis mieux armés pour affronter le froid sibérien. Ils se sont sentis enfin considérés, ont recouvré l’inestimable estime de soi et n’espèrent plus qu’une seule chose à présent : pouvoir très vite remonter à son bord pour retrouver la précieuse source de chaleur humaine qui y est si largement diffusée, et qui a réchauffé durablement leur cœur.

Commentaires

Laissez un commentaire

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le soufisme dans le contexte de la modernité ( 1/7)

En Irak, les manifestations se poursuivent sur l’autoroute