in ,

Arabie saoudite : un imam dans la tourmente pour avoir installé une petite aire de jeux dans sa mosquée

La mosquée, un nouveau terrain de jeux pour l’enfant ? Derrière cette question qui ne souffre aucune discussion en Arabie saoudite, se trouve l’affaire qui y défraye actuellement la chronique, offusquant en haut lieu et exposant à l’opprobre l’imam d’une mosquée de Riyad.

Accusé d’une désacralisation des lieux inacceptable, ce dernier est dans le collimateur du ministère des Affaires islamiques, de la Da’wa et de la Guidance, depuis qu’une vidéo, diffusée sur les réseaux sociaux saoudiens, a révélé l’objet du délit.

Sur les images qui ont fait scandale dans les allées du pouvoir mais aussi sur l’agora virtuelle, des enfants ont été filmés en train de s’en donner à cœur joie, jouant et sautant autour et sur un trampoline qui avait été dressé au deuxième étage du lieu de culte. L’émoi fut tel, que rares sont ceux qui ont prêté attention à l’explication fournie par l’imam : cette petite aire ludique avait été installée temporairement pour fêter la fin de l’apprentissage des versets du Coran d’un jeune garçon.

« Le ministère n’a pas autorisé l’événement qui constitue une violation flagrante de notre législation. La mosquée et son imam seront tenus pour responsables de cela », a tempêté le porte-parole du ministre Abdul Aziz Al Askar, tandis que les twittos saoudiens donnaient libre cours à leur vif mécontentement, plusieurs d’entre eux exigeant une sanction pour l’exemple.

Partagée par plus de 250 000 internautes en colère, qui n’ont pas eu de mots assez forts pour blâmer l’imam et ceux qui ont consenti sans rien dire, arguant qu’il était « intolérable et illégal » de doter les mosquées d’espaces récréatifs, la vidéo a toutefois suscité quelques réactions indulgentes.

Publicité

Malgré le tollé et bien que minoritaires, certains twittos saoudiens ont réussi à faire entendre leur différence : ils ont appelé à raison garder, à prendre en considération les raisons invoquées par l’imam, et surtout à relativiser les choses. « Ce n’est pas la fin du monde que des enfants jouent avec insouciance dans une mosquée », ont-ils écrit sous une plume électronique plus nuancée et clémente.

Publicité

8 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Entièrement d’accord avec Water Water et les légitimes autorités saoudiennes. Ces deux sources fiables ont toujours eu des paroles et des actes mesurés (on le voit au Yemen et dans la façon des les journalistes sont accueillis dans les consulats saoudiens en Turquie).

    Non à la transformation des mosquées en Disneyland sionistes !

  2. Je suis fatigué, à chaque fois, il faut que je détaille.

    Le diable réside dans les détails.

    Une mosquée reste un point de départ pour jouer, ce n’est pas une aire de jeux.

    Une mosquée reste un point de départ pour faire la plongée, ce n’est pas Bouna Beach.

    Une mosquée reste un point de départ pour se marier, ce n’est pas une salle de fête pour fêter le mariage.

    Une mosquée, est la maison de dieu avec l’accord des hommes.
    Si les hommes déconnent, ce n’est plus la maison de dieu.

  3. Là-bas on ne rit pas tous les jours. Heureusement il reste pour se distraire les cinq prières par jour, et le pèlerinage, on est sur place. Pauvres, pauvres musulmans wahhabites ! Qu’est-ce qu’ils doivent s’ennuyer à cause de la religion ! Un jour, avec la modernité qui pénètre peu à peu ces régions de ténèbres, les gens du lieu se demanderont comment leurs ancêtres ont pu vivre dans un tel état de retard.
    Et puis lorsqu’il n’y aura plus de pétrole, il faudra bien que la société saoudienne se transforme.

  4. – Par le passé,l’homme le plus disjoncté, ivrogne, voleur, ne penserait jamais à jouer dans une mosquée. Il respectait la mosquée plus que sa maison.

    – Ce qui veut dire que cet acte est volontaire, bien étudié.
    Quand l’homme se décontracte, il pense toujours à la femme. C’est naturel.
    C’est ce qu’on appelle un changement indirect. pas à pas.

    – Cet homme est arabe non musulman, sa place n’est pas la mosquée.
    par le passé on nous a appris à l’école que dans la presque ile d’Arabie , les gens sont tous musulmans, ce n’est pas vrais.

    La mosquée n’est pas faite pour se distraire. Ce n’est pas la définition de la mosquée au sens coran et souna.

    • Bien évidement vous avez revêtu une djellaba en synthétique (pétrole y’a bon pétro-dollar) pour parler de la religion selon votre concept moderniste (un révisionnisme de la tradition!!!).

      Vous ignorez peut être que Aicha ra regardait avec le prophète sws des acrobates dans sa mosquée?… Mais qu’est-ce-que-c’est-que-ce cirque vous dit à l’oreille la djellaba synthétique en connection wifi…

      Alors qu’on se le dise la mosquée n’est pas une synagogue ou une église catholique ou orthodoxe… Car ont y mange lors du ramadan… on y dort lorsqu’on est fatigué.. on étudie en groupe dans un coin… on y discute de la vie (lorsqu’on a la chance d’en avoir une). Vous aurez compris que la mosquée en plus d’être un lieu de prière, c’est un lieu de socialisation…
      Et non la mosquée n’est pas un temple protestant chrétien où ils chantent des chansons de rock comme si c’était des prières…

      Je terminerais par un hadith concernant un frustre gardien de chameau qui reprocha au prophète sws de carasser la tête d’un enfant… car une telle pratique n’était pas dans la «tradition» de sa tribus.. Le prophète dénonça le manque de miséricorde dans le cœur de ce genre de personnage…

      Les clowns… ils critiquent un imam non pas par rapport à ses prêches mais sa bienveillance envers l’enfance…. L’enfant pour lui il a un bon moment pour tout.. y compris le divertissement…

      C’est sure que dans les grands «malls»… centre commercial américain temple de la consommation… entre la vitrine du magasin de lingeries fines.. les femmes en niquab.. et les momes saoudiens s’amusant avec le clown Mac Ronald à ingérer de la malbouffe pour en faire des obèses.. y’a qu’une mosquée de quartier sur laquelle il faut cracher…

      Les wahhabites sont une catastrophe… tant ces sinistres personnages aiment casser du musulman…

  5. Ces réactions contre cet Imam sont disproportionnées et présentent un excès de zèle. Finalement ça ne m’étonne pas du tout. En Arabie Saoudite les esprits ont été tellement formatés avec le courant wahhabite que j’estime non conforme à la Sounnah du prophète (sws) car trop radicalisé. Les musulmans là-bas (pas tous heureusement) sont devenus intolérants s’ils constatent des choses non courantes ou inhabituelles.
    Je rappelle que notre prophète (sws) a été tolérant envers un bédouin أعرابي qui a uriné dans l’enceinte de la mosquée et a empêché ses compagnons de lui faire du mal.
    Le bédouin, pris de stupeur de l’attitude du prophète (sur lui la paix), sa miséricorde et sa tolérance, dit alors : « Ô Allah, soit miséricordieux envers moi et Muhammad et éloigne les autres de ta miséricorde ! » Le prophète (sur lui la paix et le salut) réplique en souriant : Tu restreint là, quelque chose des plus vastes (la miséricorde d’Allah) ! »

    • Effectivement.
      Al ahbach n’avaient-ils pas fêté al eid dans l’enceinte de la mosquée de médine?
      Le pouvoir saoudien aurait été content d’une boîte de nuit à proximité de cette mosquée peut être? il veut éloigner des mosquées, distraire le peuple et non les enfants. Ceux-ci doivent être formatés, moulés à sa façon pour garantir sa pérennité et celle des al yahoud de plus en plus incrustés dans le pays.
      Cet imam n’a commis aucune transgression, tout au contraire.
      On sait ce qui se passe dans ce pays et la volonté des bâtards au pouvoir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Devenez islamophobes avec les médias mainstream

La start-up Temtem réalise la plus grande levée de fonds d’Algérie