in

A Mexico, l’islam est une réalité en plein essor

Au début des années 1990, trouver une mosquée ou un centre islamique au cœur de Mexico était quasiment mission impossible, et quiconque se mettait en quête de lieux cultuels et culturels musulmans dans la mégapole surpeuplée était assuré de revenir bredouille.

Deux décennies plus tard, le paysage urbain de la capitale du Mexique, dense et varié, a vu éclore un vaste centre éducatif islamique dans le quartier résidentiel Anzures, où se pressent des centaines de musulmans lors de la prière du vendredi, parmi lesquels figure un nombre croissant de Mexicains convertis à l’islam, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes. A la tête de ce haut lieu islamique devenu incontournable, Mark Omar Weston, un mexicain d’origine britannique, a embrassé l’islam en 1988. Cette éminente figure de l’islam local mise sur l’éducation et la recherche de l’excellence pour bousculer les schémas de pensée traditionnellement hostiles aux préceptes coraniques et dissiper la noirceur des fantasmes : "Je suis convaincu que l'éducation contribue grandement à changer les regards sur l’islam", martèle-t-il avec conviction.

La percée fulgurante de l’islam à Mexico n’est pas pour déplaire à un ressortissant marocain qui a choisi d’y prendre ses quartiers en 1994, et n’en est plus jamais reparti depuis. Saïd Louahabi, professeur d'anglais, mesure d’autant mieux cette évolution que lorsqu’il posa ses valises sur le sol mexicain il y a vingt ans de cela, il eut l’impression de débarquer dans un désert religieux pour les musulmans venus d’ailleurs, les convertis du terroir se comptant alors sur les doigts d’une main. A cette époque, il avait pris l’habitude de se recueillir dans l’ambassade du Pakistan, se sentant particulièrement esseulé dans ce no man’s land musulman.

"Je pense que l'islam se développe surtout à cause de l'Internet, et paradoxalement, depuis ce qui s'est passé le 11 Septembre", affirme-t-il. "Les gens ont voulu savoir à ce moment qui nous étions réellement, en d’autres termes si nous étions tous des terroristes. Et le fait est que nous sommes tout le contraire de ce que les médias affirment et propagent. L'islam est contre le terrorisme", a-t-il souligné lors d’un entretien avec la presse nationale.

Ils sont nombreux comme Alexander Huttanos, un pilote de ligne mexicain qui répond désormais au nom d’Ahmed Abbas, à confier avoir été littéralement submergés par leur inclination du cœur pour la religion musulmane, après s’être piqués de curiosité pour l’islam outragé, dénigré et stigmatisé, ou encore comme Omar Rémy, qui a assouvi sa quête de sens dans les livres et via le Net, se targuant de ne se fier qu’à son libre arbitre, à avoir prononcé la Shahada à l’issue d’un séjour dans le monde arabo-musulman qui bouleversa leur existence, en l’occurrence en Egypte.

L'islam et le Mexique, c’est une longue histoire insoupçonnée qui puise ses racines dans la conquête espagnole et qui est aujourd’hui revivifiée par les conversions de Mexicains attirés irrésistiblement par les voies impénétrables qui mènent lentement, parfois en un éclair, mais sûrement vers Allah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Un footballeur allemand l’assure : jeûner et dribbler, c’est possible !

Appel d’intellectuels et d’universitaires algériens à la solidarité avec l’Egypte