in

Ghaleb Bencheikh élu président de la Fondation de l’islam de France

Sa voix est familière aux auditeurs de France Culture où il produit et anime l’émission « Questions d’islam », et son visage est bien connu des fidèles téléspectateurs de France 2 où il présente depuis plusieurs années l’émission « Islam », le franco-algérien Ghaleb Bencheikh présidera aux destinées de la Fondation de l’islam de France (FIF).

Son nom s’est imposé aux 11 membres du conseil d’administration de cette instance laïque, dont la vocation première est de contribuer à une meilleure connaissance de la religion et de la civilisation musulmanes.

« Elu président ce jour à l’unanimité moins une voix », pouvait-on lire dans le communiqué officiel publié à l’issue du vote qui a eu lieu hier, jeudi 13 novembre, Ghaleb Bencheikh, 58 ans, à la fois théologien réformateur et phycisien, fils d’Abbas Bencheikh El Hocine, recteur de la Grande Mosquée de Paris de 1982 à 1989, et membre du bureau du FIF depuis décembre 2016, a emporté l’adhésion générale.

La décision, en 2016, de confier les rênes de cette structure à un non musulman, en la personne de Jean-Pierre Chevènement, avait suscité une profonde incompréhension dans les rangs de la communauté musulmane française.

« La fondation a bien travaillé, elle est sur orbite », s’est félicité l’ancien ministre de l’Intérieur et député-maire de Belfort, avant de passer le flambeau à son successeur.

Rappelons que la FIF a été créée en 2016, quelques mois après les attentats qui endeuillèrent lourdement Paris, le 13 novembre 2015. Dotée d’un budget de 900 000 euros pour trois ans et confiée initialement à Jean-Pierre Chevènement, elle a pour objectif de favoriser la levée de fonds  pour des projets de nature profane (cultures islamiques, éducation, recherche, formation civique…).

La Fondation a aussi développé un “campus numérique” et travaille à un projet d’exposition “Islam Europe, 15 siècles d’histoire”.

« La Fondation aura à cœur la prise en charge, sur les plans éducatif, culturel et social, de la jeunesse qui pourrait céder aux sirènes salafistes », a déclaré Ghaleb Bencheikh, son président fraîchement élu.

6 commentaires

Laissez un commentaire
  1. On arrivera jamais à mettre tout le monde d’accord, quand un musulman tient un discours limite ou moyen on en veut pas, quand c’est le contraire on le rejette aussi.

    c’est vrai, moi aussi je comprends pas toujours les mots ou les idées de ce personnage. Mais je préfère de loin des intervenants comme ghaleb car il est réellement instruit, formé et cultivé et dieu sait si nous avons besoin quand on voit certains charlatan qui viennent je ne sait d’où.

    Il faut savoir ce que nous voulons et ce que nous ne voulons pas. Il a un vocabulaire soutenu et alors ? tant mieux pour nous . Nos parents ne nous encourageaient ils pas à fréquenter plus intelligent que nous ?

    Ou alors cela pose peut être problème à notre égo ?

  2. Assalamou ‘alaïkoum, ouais, ça fait orthodoxe et téléphoné au sens très convenu Islam de France prémaché. Tenez, je vous dépose un lien vidéo d’un débat que Ghaleb Bencheikh a eu en novembre 2017, avec l’abbé Guy Pagès, l’abbé lui demandait en somme, puisque c’est comme ça, pourquoi être Musulman plutôt que Chrétien. Je n’ai pas tout compris, j’ai moyennement aimé, l’intellectualisme de Ghaleb Bencheikh rend ses débats ennuyeux parce que désincarnés, dépourvus de vie et dirait-on de foi. Pour une fois, j’ai tenu pour le chrétien, pas pour le, le Musulman de France, j’ai trouvé l’abbé plus vivant et croyant. Je veux dire qu’un Marsien descendu sur terre qui écouterait ce débat pencherait davantage vers le baptême de l’abbé que la chéhada en présence de ce logicien qui rend la parole inopérante. Oui c’est grave ce que j’écris mais j’assume, on peut être très intelligent et vivant et croyant comme le converti Belge Karim Al Hanifi qui a tenu de longs débats avec ce même abbé et d’autres, ses arguments à Karim sont à la fois intelligents et vivants, je tenais pour lui, mais Ghaleb Bencheikh, non je préfère l’abbé, désolé. Mais ne rêvons pas, ce n’est pas de sitôt qu’on nommera un Musulman authentique et croyant, à cette fonction formelle ou formaliste ne conviennent que les intelligences en plastique dépourvus de foi, ceux pour qui, la chose à prouver prend le pas sur la vérité du débat. Des commentateurs ont écrit que Ghaleb Bencheikh a gagné le débat, je ne me prononce pas mais je ne trouve pas la victoire palpitante et bonne à aplaudir, j’aplaudis Karim mais pas Ghaleb. Mais écoutez plutôt.

    https://www.youtube.com/watch?v=byKna0um49E

    Croissant de lune.

    • La foi n’a pas besoin d’être dévoilé, c’est dans le coeur et je pense que ceux qui en montrent trop de manière ostentatoire et ne parlent que de ça, ont quelques choses à se prouver et sont les plus ennuyants et font plutôt fuir qu’autre chose alors que Ghaleb apporte de la connaissance et on sent qu’il est très cultivé et donne vraiment envie de s’intéresser à lislam de manière approfondie et non superficiel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L’actrice Natalie Portman dénonce le racisme de la loi israélienne

Algérie : les imams menacent de descendre dans la rue