in

Algérie : les imams menacent de descendre dans la rue

Les imams algériens demandent des hausses de salaires et engagent un bras de fer avec leur tutelle, le ministère des Affaires religieuses. Ils menacent de manifester, voire de “paralyser les mosquées”.

Publicité
Publicité
Publicité

14 commentaires

Laissez un commentaire
    • Moi je ne pratique plus l’islam, je crois encore un peu, mais je pratique pas !
      J’ai été abusé sexuellement par un imam alors que je lisais le coran … Je pense qu’il y a des centaines de milliers de personnes dans min cas et qui n’ont rien dit à la famille par honte!

  1. Personne ne peut nier la corruption en Algérie, notamment celle de l’état. le problème c’est que ces corrompus trouvent étonnement des facilités en France pour transféré l’argent sale depuis l’Algérie, malgré les dénonciations de certains journaliste Algériens. La France accepte qu’un responsable Algérien débarque en France et achètent à coup de milliers d’euros et parfois même de million d’euros des appartements de standing en plein paris, sans aucune contrainte ni justification sur l’origine de cet argent. Donc l’état Français est bel et bien complice, par voie de conséquence le complice d’un corrompu est un corrompu

  2. Le Salaire d’un Imam est justifié, ce sont des guides du peuple.
    Ils ont un rôle fondamentale dans nos sociétés et l’état s’appuie dessus pour l’unité de la nation
    Ils doivent être honoré, ces sont les élus “verset du coran” et l’état doit en prendre soin il en va du future de la nation et de la religion des gens
    A bon entendeur…

  3. Attention danger !
    40 kDA (300 euros) c’est en effet beaucoup trop peu pour un père de famille en Algérie imam ou pas et si de surcroit il doit payer un loyer à 20 kDA ou loger chez ses parents avec épouse et enfants… Je le vois mal faire ce métier si particulier, ni non plus aller très loin dans la foi et le spirituel et encore moins avoir la moindre motivation pour faire de la veille et résister à la pression des wahhaboils d’un côté des rawafid de l’autre sans parler des takfiris et autres malades mentaux sanguinaires de tous poils.
    Si rien ne change, la vocation ira forcément vers le déclin, ce qui n’empêchera pas le nombre de mosquées en construction de croitre en exponentielle ni le fait que la prière doive impérativement se tenir en temps et heure.
    Résultat des courses et un peu partout, les fonctionnaires seront progressivement remplacés par des bénévoles… – souvent de braves gens cooptés par les voisins pas de soucis mais parfois aussi des malades mentaux et/ou des manipulateurs hautement intéressés auxquels aura été offerte sans encadrement aucun, la tribune idéale celle du messager de Dieu lui-même, pour faire passer le message qu’ils veulent et ça, ça rappellera aux gens de ma génération, une période funeste que l’Algérie ne mérite pas de revivre.
    Je n’ai pas de solution, j’aurais bien dit, texte de loi obligeant à ne donner le permis qu’aux projets de mosquées incluant deux logements de fonction mais ce serait faire porter aux fidèles – les seuls qui financent la construction des mosquées-, la charge de loger des fonctionnaires, quand même pas l’idéal.
    Je sais aussi que le nombre de mosquées – et donc de fonctionnaires – est tel, que la moindre augmentation salariale et en charges sociales serait une cata pour le budget de l’Etat qui se ferait forcément au détriment d’autres secteurs.
    Alors à mon sens, le plus raisonnable serait de :
    1. Tarir la source alimentant le ma’h’mouth : Ne plus du tout former d’imams destinés à être des fonctionnaires et réserver la formation aux bénévoles sur le sentier de Dieu (voir ci-après en 4.) ou alors à ceux qui se destinent à d’autres carrières.
    2. Ne remplacer aucun départ à la retraite
    3. Consentir une augmentation de salaire limitée mais suffisante aux imams en place avec une contrepartie en 5.
    4. Faire un appel national de recrutement et de formation de bénévoles de plus de 40 ans d’âge, avec diplôme universitaire et enquête administrative et de voisinage.
    5. Redéployer les fonctionnaires et actuels imams pour être des sortes d’agents de contrôle de qualité et en même temps parrains ayant sous leur responsabilité, trois bénévoles à la tête de trois mosquées géographiquement les plus proches qu’ils visiteraient régulièrement et à tour de rôle notamment sur les prêches du vendredi.
    و الله اعلم

  4. 40000 dinars c’est pas mal comparé au salaires des autres branches aptes c cas par cas,et le SMIC est a 18000 dinars, après ils abusent sur la voiture et maison de fonctions.

    • « 40 000 DA c’est pas mal »
      Mais bien sûr, comme ça quand ils exhorteront leurs ouailles à faire l’aumône, donner aux pauvres et payer la zakat, ils seront parfaitement crédibles étant donné qu’ils prêcheront des pratiques dont ils ignorent tout et pour cause…
      En plus à la moindre dépense imprévue chez eux, c’est eux qui deviennent éligibles à l’endettement voire au surendettement et même à l’aumône elle-même. Je vois ça d’ici, je vous glisse un petit cadeau qui sera forcément le bienvenu et le lendemain je viens demander une fatwa cheikh cheikh, je suis du genre soupe au lait alors j’ai bien du répudier ma femme une dizaine de fois et l’aut’’’ là qui ose me dire qu’elle n’est plus ma légitime, qu’en pensez-vous… vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Ghaleb Bencheikh élu président de la Fondation de l’islam de France

Islamophobie en direct sur CNEWS: le CRI porte plainte contre Zineb El Rhazoui et Dassier