Y a-t-il du porc dans les saucisses halal ?

Le marché de la viande halal évalué à plus de cinq milliards d’euros et sur lequel règne la plus grande

par

jeudi 20 janvier 2011

Le marché de la viande halal évalué à plus de cinq milliards d’euros et sur lequel règne la plus grande opacité suscite la convoitise des principaux organismes de certification halal qui se livrent une concurrence impitoyable. Cette rivalité a pris une autre tournure avec l’arrivée de nouveaux acteurs sur ce fructueux marché, à l’instar de Carrefour qui ambitionne de commercialiser sa propre marque halal certifié par l’Institut musulman de la Mosquée de Paris, raflant ainsi le marché à la Mosquée de Lyon qui était l’autre candidat à la certification halal des produits du deuxième groupe mondial de la grande distribution .

Bataille entre minarets pour le marché de la saucisse halal

Depuis cette victoire de la Mosquée de Paris, les relations entre ces deux lieux de culte se sont singulièrement tendues. La mosquée de Lyon se voit en effet privée d’une manne financière particulièrement juteuse. Quelles sont les raisons qui ont incité Carrefour à désigner la mosquée de Paris plutôt que celle de Lyon ? Après une enquête d’Oumma.com, la principale explication réside dans le mode d’abattage de l’animal. Si les Mosquées de Paris et de Lyon acceptent l’ abattage par électronarcose (étourdissement de l’animal par électrocution), la mosquée de Lyon refuse en revanche l’abattage mécanique, qui offre l’avantage d’être moins coûteux et moins contraignant pour Carrefour.

Mais cet abattage répond-il aux normes prescrites par l’islam ? Interrogé par Oumma.com, Al-Sid-Cheikh, responsable du département halal à la Mosquée de Paris, nous a répondu que de nombreux savants (sans donner de références précises) notamment en Arabie Saoudite et en Malaisie ont émis des fatwas validant aussi bien l’ abattage mécanique que par électronarcose.

Pourtant en France, un organisme comme AVS, réputé pour sa grande rigueur et son intégrité estime que ces deux formes d’abattage ne sauraient garantir une traçabilité halal (1). Plusieurs sites sur internet dédiés à la consommation halal (notamment Débat halal) ont également dénoncé l’abattage mécanique. Devant ces interpellations sur le net, la Mosquée de Paris a été contrainte de réagir en publiant un communiqué : « Cette campagne met en cause la certification halal de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris accordée à des groupes de l’industrie agroalimentaire. Cette campagne sans fondements et ignominieuse ne peut mettre en cause la crédibilité de l’Institut musulman de la Mosquée de Paris et celle de ses partenaires. »

Du porc dans la saucisse halal ?

Outre cette polémique sur l’abattage mécanique, un autre dossier risque à l’avenir de susciter une autre controverse. Les saucisses de la marque Herta certifié Halal par la Mosquée de Paris contiendraient du porc. Interrogée par Oumma.com, Valérie Berrebi directrice de la communication du groupe Nestlé (Herta étant une marque de ce géant de l’agroalimentaitre) nous a répondu qu’une enquête (dont elle ne manquera pas de nous donner les résultats) a aussitôt été diligentée en interne, dès lors que la société Herta a pris connaissance de cette information.

Valérie Berrebi a tenu également à nous préciser que Herta est particulièrement attentif aux exigences du consommateur musulman. Toujours interrogée par Oumma sur le choix par Herta de l ’organisme de certification halal, SFVCH-Mosquée de Paris (société française de contrôle de viande halal qui a réalisé un chiffre d’affaire annuel de 552 000 euros en 2009 et dirigé par Cherif Kriouche), Valérie Berrebi nous a indiqué que la société Herta se situant à Paris, il était logique de « choisir un organisme de certification présent dans la capitale. » La directrice de la communication Nestlé a enfin précisé que Herta « respectait scrupuleusement la charte halal imposé par leur organisme de certification ».

Un autre point méritait également d’être clarifié. Ces saucisses halal sont produites au sein d’une usine où sont également fabriqués des produits alimentaires à base de porc. Nous avons souhaité connaître l’opinion de la Mosquée de Paris. Tout en reconnaissant ce fait , Al-Sid-Cheikh , responsable du département halal à la Mosquée de Paris, nous a affirmé que leur organisme possédait trois contrôleurs agrées sur le site de fabrication de Herta.

Peut-il cependant y avoir des erreurs de manipulation entre les produits halal et les produits à base de porc ? Non, toujours selon Al-Sid-Cheikh, en raison de la présence de ces mêmes contrôleurs.

Ce dossier est cependant loin d’être clos. Selon nos informations une autre marque concurrente commercialisant des saucisses halal fait actuellement l’objet de plusieurs tests qui auraient décelé la présence de traces porcines. Toujours selon nos informations, une charte du Halal est actuellement en cours d’élaboration. Ce projet qui est actuellement à l’étude au sein du CFCM sous l’égide du ministère de l’Intérieur (bureau des cultes), suscite déjà de nombreux désaccords parmi les principaux acteurs que sont entre autres les trois Mosquées d’ Evry, Lyon et Paris, mais aussi au niveau de Halal Service ( organisme de certification de l’UOIF) et d’ AVS.

Affaire à suivre....

Note :

Voir à ce sujet l’excellent livre particulièrement documenté de Fethallah Otmani et Mostafa Brahami « Le marché du Halal » aux éditions Tawhid. Notamment le chapitre consacré à l’électronarcose, page 148 : « Les analyses réalisées en laboratoire donnent souvent des résultats très différents de celles faites en condition industrielle. Or, dans le cas de l’électronarcose des volailles, les scientifiques mettent en évidence la multitude des paramètres à prendre en considération (transport, saison, sexe, etc.). Il est donc tout simplement impossible de garantir que l’animal soit encore vivant au moment de la saignée en environnement industriel et avec les cadences généralement pratiquées. Et les conditions exigées par les savants des premières générations pour constater l’état de vie de l’animal sont aujourd’hui impossibles à respecter dans le contexte moderne de l’abattage. »

Publicité

Auteur : Najib Sadmi

commentaires