Aux Evêques de France

Je suis honoré de vous adresser le salut musulman : Salam, paix et miséricorde. Après ma rencontre excepti

par

dimanche 4 novembre 2007

Vivre ensemble une réalité irréversible

Je suis honoré de vous adresser le salut musulman : Salam, paix et miséricorde. Après ma rencontre exceptionnelle, en tête à tête, il y a tout juste un an, avec le Saint Père, et en tant que co-initiateur de la lettre ouverte des 138 savants musulmans adressée à sa Sainteté le Pape Benoît XVI et aux hauts responsables des différentes Eglises chrétiennes, je tiens à vous dire que je pensais aussi, à ces deux occasions, aux prêtres et représentants de la fille aînée de l’Eglise, à vous, évêques de France.

Pourquoi cette pensée en particulier ? L’avenir des rapports islamo-chrétiens et notre devenir commun face aux défis de la méconnaissance, de la marginalisation des valeurs morales et spirituelles, des injustices et de la désignification du monde et de sa marchandisation se jouent entre autres en France. Au sein de la société française, des millions de citoyens de confession musulmane vivent et croient profondément à l’amitié et à la coexistence, à commencer par l’islamo-chrétienne. La communauté musulmane en France est plurielle et l’une des plus importantes nouvelles minorités dans la Cité Européenne.

Par-delà, des acquis à l’honneur de la société française, des avancées non négligeables, des réussites visibles de citoyens musulmans et leur attachement à la sécularité, liés au vivre ensemble, comme vous le savez, cette communauté souffre d’incompréhensions, de stigmatisations et de discriminations.

Elle se plaint que son droit légitime à vivre diversement et paisiblement la citoyenneté et la foi au Dieu Unique n’est pas suffisamment garanti et respecté. D’autre part, vu sa récente présence, elle est confrontée parfois à des difficultés internes pour porter un regard créatif sur les références fondatrices, la révélation coranique et la tradition prophétique, pour s’organiser, faire face au besoin d’allier authenticité et modernité et se libérer des pesanteurs et des immixtions politiques, locales et internationales.

Mais le mouvement se prouve en marchant, être à la fois musulman et européen se démontre tous les jours. Les citoyens de confession musulmane tentent de défendre leurs droits, de progresser, en ne perdant pas de vue leurs devoirs et apprennent à se prendre en charge, par-delà l’hétérogénéité des situations et des expériences. Votre regard, votre proximité et votre solidarité ne peuvent que contribuer à l’émergence d’une société fraternelle.

Dépassant des réticences et des craintes, depuis longtemps, notamment dans les quartiers défavorisés, la plupart d’entre vous, avec courage et patience, font preuve de générosité et d’hospitalité, en fidélité à l’Evangile et aux commandements dont procèdent toute la Loi et les Prophètes. Malgré la désinformation des uns, et les attitudes de repli des autres, notre fréquentation mutuelle, vos contacts réguliers avec les membres de la communauté musulmane, à consolider et approfondir, permettent d’affirmer que nous sommes sur le long chemin qui mène à l’égalité et à la justice.

Les musulmans de France s’ils ne succombent pas à la lassitude et au désespoir c’est grâce à leur foi, dont le fondement est la confiance en Dieu, mais c’est aussi en partie grâce à votre action, comme celle de tous ceux qui savent reconnaître, accueillir et respecter l’autre. C’est un devoir de témoignage que de vous le dire.

Les musulmans, les chrétiens, les juifs et les hommes et femmes de tous les horizons, en France et ailleurs sont appelés, avec bonté et vigilance, à non seulement surmonter l’épreuve de la différence, mais à la transformer en enrichissement mutuel. Les citoyens français musulmans, ou migrants, fiers de leur religion, comme vous êtes fiers de la vôtre, ne veulent pas êtres enfermés dans le confessionnalisme et refusent l’isolement. Ils se revendiquent comme partenaires des autres citoyens, partageant l’humanité, pour laquelle ils ont leur façon de concevoir les fondements et valeurs, en vue de leur partage.

Sachant que la justice est centrale dans le projet de Dieu et les aspirations des hommes, tout ce que vous pourriez faire et proposer afin qu’en France le musulman soit un citoyen à part entière, sera à nos yeux inestimable : par exemple, pour que le droit au regroupement familial soit respecté, pour que l’imam renforce ses connaissances au sujet de la société d’accueil, pour que le jeune désoeuvré trouve un lieu de formation et d’écoute et que les croyants puissent dignement habiter, travailler, prier, célébrer leurs fêtes et enterrer leurs morts en paix.

Tout en poursuivant le dialogue sur les passionnantes questions théologiques qui éclairent nos vies et celles sensibles sur les questions sociales en matière de cohabitation, d’échanges et de réciprocité. En sachant que même si la fraternité ne se décrète pas, elle est notre horizon. Témoin spirituel de la religion abrahamique, le troisième rameau monothéiste, le musulman de toujours, comme l’affirme clairement notre lettre des 138 dignitaires, est, plus que jamais, disposé à dialoguer, à commencer par les questions religieuses, au cœur de nos Messages révélés, pour, sans syncrétisme, ni relativisme, réaliser l’interconnaissance et vivre avec vous la fraternité.

Ce chemin est incontournable. L’Islam est méconnu. Rien ne peut justifier les méfiances et les préjugés. Le dépassement des idées reçues et des ignorances devrait être aujourd’hui la vocation de tout croyant conscient qu’il n’est pas seul à adorer et aimer Dieu. En ces temps modernes, à la fois sombres et prometteurs, notre action à tous est de favoriser l’ouverture, au lieu de la fermeture, pour bâtir une nouvelle civilisation, car vivre ensemble est une réalité irréversible, une miséricorde provenant de notre Seigneur. Soyez assuré de mon profond respect et de ma fidèle amitié.

Publicité

 Le Professeur Mustapha Cherif est lauréat du prix Unesco du dialogue des cultures, auteur notamment de « Le Coran et notre temps », « Le Prophète et notre temps » édition Al bouraq Paris, et « Sortir des extrêmes » édition Points sur les i, Paris.

commentaires