in

Une photo réunissant Barack Obama et Louis Farrakhan, le leader de Nation of Islam, dévoilée Outre-Atlantique

Sortie du tiroir secret où elle avait été rangée pendant 13 ans par Askia Muhammad, un journaliste américain conscient de sa nature explosive pour le futur premier président noir des Etats-Unis, la photo réunissant les souriants Barack Obama et Louis Farrakhan, le leader de Nation of Islam, vient d’être dévoilée sur la scène publique.

Plus d’une décennie après avoir été prise sous la coupole du Capitole, lors du Caucus noir du Congrès rassemblant les parlementaires Afro-américains, y aurait-il prescription pour cette photo à hauts risques, qui aurait immanquablement entaché l’image policée de celui qui n’était alors que sénateur de l’Illinois et sur le point de déclencher une Obamania à l’effervescence contagieuse ?

Une chose est certaine, Askia Muhammad s’est senti libéré du poids du secret quand, en 2016, le sulfureux Louis Farrakhan, 84 ans, accusé de sexisme, d’antisémitisme et d’homophobie, a révélé qu’Obama était venu lui rendre visite chez lui, à Chicago, juste avant de se lancer dans la course à l’élection suprême.

Lors de son prêche détonant dans l’enceinte de la Mosquée Maryam, le lieu de culte et quartier général de Nation Of Islam, celui-ci a affirmé l’avoir soutenu financièrement pour les sénatoriales, puis avoir voté pour lui pour la présidentielle. En d’autres termes, la carrière au firmament de Barack Obama doit beaucoup au Ministre Louis Farrakhan, selon les dires de ce dernier.

Le journaliste Askia Muhammad aura tout de même attendu deux années supplémentaires, le temps de mettre le point final à son ouvrage contenant cette fameuse prise de vue, avant de l’exhumer du passé où elle reposait en paix depuis 2005, à seule fin de protéger le nouvel homme fort de Washington et ses deux mandats successifs.

« J’avais juré secrètement de ne pas nuire à l’avenir politique d’Obama », a déclaré jeudi Askia Muhammad au Trice Edney News Wire, convaincu que cette prise de vue aurait eu un impact désastreux sur sa présidence.

Une présidence longue de huit ans qui, malgré cela, n’aura pas été préservée pour autant des assauts livrés par ses farouches détracteurs, ni des différentes théories du complot qu’ils ont savamment alimentées, demeurant jusqu’au bout entourée de la suspicion de l’islamité du premier locataire noir de la Maison Blanche.

Et ce n’est pas en réitérant sa « ferme condamnation des positions de Farrakhan », au cours d’un débat présidentiel à Cleveland, en 2008, que Barack Obama a réussi à faire taire les rumeurs persistantes sur ses liens présumés avec l’islam et l’un de ses représentants les plus controversés de l’autre côté de l’Atlantique.

3 commentaires

  1. J’ai envie de dire , et alors ? Il s’est bien pris en photo avec des criminels tels que netanyahu , olmert , blair , bush etc… Alors pourquoi pas avec un prédicateur qui n’a jamais tué personne lui .

  2. Louis Farrakhan est infiniment plus propre que cet usurpateur de prix Nobel qui jusqu’au bout a assassiné à coup de drones des milliers de musulmans en Afghanistan et au Pakistan. C’est Louis Farrakhan qui s’est compromis avec cet individu et non le contraire.

  3. moi je dirai la même chose , et alors ?? les musulmans aux usa sont citoyens américains ,et un élu ou personnage politique ou même un président peut rendre visite et se prendre en photos avec qui il veut…c’est ça la normalité qu ‘on a tendance à oublier..

La relation de l’homme avec Dieu

Une fausse nation