in

Tunis, lieu d’une grande manifestation en faveur de la charia

Alors qu’Ennahdha, le parti qui préside aujourd’hui aux destinées de la Tunisie, prend ses distances avec la poussée revendicative salafiste, une grande manifestation en faveur de l’instauration de la charia a semé le trouble, vendredi, devant le Parlement tunisien, emblème politique d’un pays longtemps considéré comme le plus laïque du monde arabe.

La tentation de faire triompher le puritanisme islamique au cœur d’une démocratie encore balbutiante anime les détracteurs de la séparation de la religion et de l’Etat, qui ne cessent de tester la résistance du gouvernement de coalition présidé par le partisan intègre de la laïcité Moncef Marzouki.

Se démarquant chaque jour un peu plus de cette mouvance fondamentaliste, Ennahdha, qui a par ailleurs promis de ne pas interdire l'alcool ou d'imposer le voile aux femmes, n’a pas répondu à l'appel d'un regroupement d’organisations religieuses ralliées sous la bannière « Front islamique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

La France ne doit pas extrader Mourad Dhina vers l’Algérie

Pacifique