in

Dieu, je serai bref, cette année tu m’as pris…

Eloquente et  drôle à la fois, voilà une invocation vers le Très-Haut qui s’immisce avec subtilité dans le champ politique, au grand dam de tous les laïcards en panne d’imagination ! Spirituelle dans tous les sens du terme, cette imploration brandie dans une manifestation a tout de l’accroche fédératrice qui fait mouche, et même son « amen » est universel…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Islam, une police de la pensée socialiste

Deux têtes de cochon découvertes sur le chantier d’une mosquée à Nanterre