in

Sonny Bill Williams, le célèbre joueur musulman des All Blacks, bouleversé par les attaques contre deux mosquées

En proie à l’effroi et à une immense tristesse, c’est les yeux embués de larmes et la voix chevrotante que Sonny Bill Williams, le célèbre rugbyman des All Blacks converti à l’islam, a tenu à faire part de sa douleur après l’effroyable attentat terroriste qui a tué au moins 49 de ses coreligionnaires et blessé gravement 48 autres, dans deux enceintes sacrées musulmanes à Christchurch.

Bouleversé par l’horreur de ce massacre de masse qui porte la marque sanglante de l’extrémisme de droite, et dont il ne pouvait pas imaginer, comme tant d’autres de ses concitoyens, qu’il frapperait son pays aussi sauvagement, le sportif au grand cœur est apparu le cœur en berne dans une vidéo diffusée sur son compte Twitter.

Premier musulman à avoir intégré l’équipe prestigieuse des All Blacks, Sonny Bill Williams, qui a embrassé l’islam lorsqu’il jouait à Toulon en 2009, a tenté de surmonter sa peine pour témoigner sa compassion aux familles des victimes, en ayant une pensée profondément émue pour les 49 vies innocentes foudroyées par l’expression d’une haine vengeresse et implacable.

Au-delà de la communauté musulmane néo-zélandaise, dont il est l’une des figures les plus attachantes et unanimement appréciées, c’est tout un pays qui est aujourd’hui plongé dans l’accablement à la suite de ce terrible drame, à l’image de ses co-équipiers des All Blacks.

Très affecté, Dan Carter, le meilleur demi d’ouverture de l’histoire du rugby néo-zélandais, a réagi en « envoyant tout son amour aux habitants de Christchurch », tandis que la direction des All Blacks, sur son compte Twitter officiel, assurait de sa « profonde sympathie et de son plein soutien toutes les personnes éprouvées par la tragédie », dans leur chair et leur âme.

Publicité

Le message se termine par l’emploi de l’expression maori « Kia Kaha », qui signifie «rester forts». Rester forts et plus que jamais unis face à l’abomination du terrorisme.

Publicité

Publicité

2 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Je me permis de mettre les différents SMS échangés entre moi même et un collègue de travail et ami depuis 15 ans. Je signale que tous les deux appartenons à des religions différentes ( ou plutôt à des religions contraires et complémentaires): “Moi: Bonjour pierre. Score du match de ce jour: musulmans 48, sans les prolongations, All Blacks : zéro.
    Lui: Normal ils ne savent pas jouer au rugby…
    lui: Le monde est fou.
    Moi: Le monde est aussi beau comme disait Julio Iglesias.
    Lui:Vrai. Mais ce qui domine là c’est la tristesse.
    Moi: Les fous et les assassins n’ont ni nationalité, ni religion”.

    Qu’ALLAH leurs accordent son Pardon et les acceptent dans son vaste paradis et que leurs familles et proches soient récompensés pour cette dure endurance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

France: La surveillance des mosquées renforcée après l’attaque terroriste en Nouvelle-Zélande

Macron très impopulaire chez les manifestants algériens