in

Robert Ménard demande une loi pour légaliser les statistiques ethniques

Bien que discrédité par ses sombres calculs d’arrière-boutique, aux relents frontistes nauséabonds, qui livrent à la vindicte ses administrés musulmans, et au-delà l’ensemble des citoyens français de confession musulmane, Robert Ménard, l’édile de Béziers qui se moque des lois mais aussi du monde, vient de lancer un « SOS » d’un cynisme sans nom : « Au secours les députés » ose crier ce maire indigne de son écharpe tricolore, en appelant, via un communiqué, à l’union sacrée des élus de la nation autour de sa cause indéfendable, et de sa personne méprisable.

Soutenu par son parti, le Front national, qui se targue d’être anti-système à toutes les tribunes, alors même que les différents scandales qui l’éclaboussent démontrent de manière fracassante le contraire, le premier magistrat de la cité de l’Hérault brave crânement la justice, mais aussi l’opinion publique et les élus locaux hostiles à son islamophobie institutionnelle pour exhorter la représentation nationale à « créer les conditions d’un débat parlementaire ».

Dans le texte publié ce jour par le Huffington Post,  Robert Ménard, le maire qui compte les musulmans plus vite que son ombre non pas pour lutter contre les discriminations, mais pour les intensifier à leur encontre, a l’aplomb phénoménal de demander qu’une proposition de loi soit déposée afin de légaliser les statistiques ethniques.  C’est tout juste s’il n’exige pas des parlementaires qu’ils lui disent merci en prime !!

"Je ne peux imaginer que je sois le seul maire qui ait procédé au calcul ", peut-on lire sous sa plume trempée dans l’encre de la mauvaise foi, celle qui incrimine tout le monde pour tenter de se sortir d’un bien mauvais pas… "Notre république ne peut pas continuer à installer des politiques sans connaître exactement la réalité statistique auxquelles on prétend les appliquer", argumente l'ancien patron de Reporters sans frontières qui, depuis sa tour d’ivoire de Béziers, érige des frontières foncièrement anti-républicaines entre les habitants de sa ville.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Polémique autour d’une église convertie en mosquée éphémère lors de la Biennale de Venise

Algérie: luttes de clans et scandales de corruption