in

Robert Ménard, ancien Reporter Sans Frontières converti au Racisme Sans Frontières

Nous assistons depuis quelques semaines à un mélodrame familial au sein du Front National. Marine se battrait contre son père qui aurait des positions inacceptables, anti-républicaines qu'elle ne saurait tolérer. Pourtant ne soyons pas dupes ! Au-delà de cette mise en scène, sous-tendue par des considérations tactiques et autres ambitions politiciennes, Marine et Jean-Marie c'est bonnet blanc et blanc bonnet. Marine n'est autre que la nouvelle version Le Pen 2.0.

Le capitaine Marine est beaucoup plus habile mais d'autant plus dangereuse qu'elle est entourée d'une armée de soldats, tous viscéralement attachés aux fondamentaux historiques de l’extrême droite. Parmi eux, citons le soldat MENARD, Maire de Béziers qui indiquait lundi dans « Mots croisés » sans rougir : « Dans ma ville il y a 64, 6 % des enfants qui sont musulmans dans les écoles primaires et maternelles !…Les prénoms disent les confessions. Dire l’inverse, c’est nier une évidence ».

Monsieur le Maire, très décomplexé, a osé dire sur le plateau : « Vous mettriez vos enfants dans une école chez nous où il y a 88 % de musulmans ? …Bien sûr que non ! Vos enfants ne sont pas dans des écoles comme ça !». A en croire M. MENARD, la présence d'enfants avec des prénoms musulmans constituerait un péril. Il y aurait dans ce pays des élèves Français à part entière et des élèves à part, « musulmans » dont le prénom ou le patronyme les rendraient incompatibles avec la citoyenneté française et donc infréquentables !

Ces propos nauséabonds ont été prononcés par un élu de la République qui se livre, de facto, à un fichage selon la religion. Il opère une distinction entre les enfants de sa ville en fonction du prénom corrélé à leur appartenance confessionnelle.

M. MENARD se défend en justifiant un tel fichage abject en soulignant une pseudo lutte contre le communautarisme de ces élèves. Comment peut-on croire un instant que des enfants d’école maternelle et primaire dans une période d'insouciance et d’innocence peuvent être de dangereux communautaristes musulmans ? On pourrait en rire si cela n'était pas si lourd symboliquement, nous renvoyant à une période sombre de notre histoire. A une autre époque où la cible était les juifs… Aujourd'hui on peut se poser la question à juste titre : serait-ce au tour des musulmans ?

Ces derniers devront-ils bientôt arborer une étoile verte ou un croissant jaune, réduits ainsi à une généalogie, une origine, une religion…. ?

Assurément on est passé du registre de la bêtise humaine à celui de la « Bête humaine » sous la Ve République. Mais où est donc passée cette laïcité si plébiscitée ? Elle est aujourd'hui tout simplement bafouée et piétinée .

Cette extrême droite « new wave » a remplacé l'antisémitisme par le rejet des musulmans, devenus la cible privilégiée d'une certaine classe politico-médiatique haineuse. Les voici désignés en nouveaux bouc-émissaires, responsables de tous les maux de la société !

Pourtant cette focalisation haineuse n'aurait jamais trouvé écho sans la complaisance
de certains médias qui continuent à dérouler sans états d'âme le tapis rouge à ces nouveaux racistes en quête de virginité républicaine ! « Théorie du remplacement », « immigration », « enjeux sécuritaires »…toujours associés à l'islam sont ainsi martelés en boucle par le tube cathodique avec le risque de valider dans les esprits le projet politique de ces prêcheurs de haine, partis en croisade contre les musulmans.

Vision bien manichéenne qui met un coup de semonce à notre vivre-ensemble et à notre devise républicaine « Liberté, Égalité, Fraternité » inscrite sur les frontons de toutes nos institutions publiques !
Quand Jean-Marie criait le 1er mai « Jeanne, au secours!», moi je hurle «Marianne, au secours! République réveille-toi!».
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouvelle vidéo de l’agression des journalistes du “Petit Journal” par le FN

Charlie Hebdo récompensé à New York pour son “courage et sa liberté d’expression”