in

Révolution citoyenne : les pièges

Le refus du président Bouteflika de quitter le pouvoir à l’expiration de son 4e mandat le 18 avril prochain, et les décisions illégales qu’il a prises pour instaurer un régime dictatorial à partir de cette date, placent l’Algérie dans une situation périlleuse.

Cet homme immobile, inaudible et invisible depuis des années a, dans une dérive mentale dangereuse, placé sa personne sur un plateau de la balance et la nation tout entière sur l’autre, prétendant la soumettre par la ruse ou l’intimidation à ses diktats irraisonnés.

L’anomalie est là, et c’est à cette anomalie qu’il faut remédier en mobilisant l’opinion nationale et internationale.

Le gouvernement en place au lendemain de l’expiration du mandat de Bouteflika le 18 avril prochain n’aura aucune légitimité, ni la « conférence nationale » qu’il essaie de mettre sur pied pour l’accompagner dans sa dérive dictatoriale. L’avenir de l’Algérie lui importe peu, seul le sien compte.

Publicité

La révolution citoyenne va de nouveau scander le 15 mars 2019 son rejet du coup d’Etat, de la prolongation illégale du mandat, et des pièges dans lequel on veut l’enfermer en cherchant à lui substituer comme « interlocuteurs valables » des partis politiques et des « personnalités nationales » qui ne sont pour rien dans cette révolution.

Il y a une différence entre « partis politiques » et « opposition ». S’il y a beaucoup de partis, il y a peu d’opposants réels.

Djamila Bouhired dont l’histoire a gravé le nom en lettres d’or dans le Livre des Héroïnes qui ont combattu l’ennemi extérieur a alerté hier la révolution citoyenne contre un piège venant de l’ennemi intérieur : la dénaturer en l’« encadrant ».

Elle écrit dans son Appel :

Publicité

« Des listes de personnalités confectionnées dans des laboratoires occultes circulent depuis quelques jours pour imposer, dans votre dos et contre votre volonté, une direction fantoche à votre mouvement. Il vous appartient à vous, et à vous seuls qui luttez au quotidien, de désigner vos représentants par des voies démocratiques et dans une totale transparence.

« Notre génération a été trahie ; elle n’a pas su préserver son combat contre le coup de force des opportunistes, des usurpateurs et des maquisards de la 25e heure qui ont pris le pays en otage depuis 1962.

« Malgré la colère du peuple qui l’a rejeté, leur dernier représentant s’accroche encore au pouvoir, dans l’illégalité, le déshonneur et l’indignité. Ne laissez pas ses agents, camouflés dans des habits révolutionnaires, prendre le contrôle de votre mouvement de libération. Ne les laissez pas pervertir la noblesse de votre combat. Ne les laissez pas voler votre victoire ! »

Ramtane Lamamra qui s’est publiquement enorgueilli un jour d’être le produit de l’école bouteflikienne qui ne lui a pourtant épargné aucune humiliation, est en train de devenir à grande vitesse un avatar de Ahmed Ouyahia en matière de cynisme et de stupidités. Convaincu qu’avec Bouteflika on gagne ses galons en s’abaissant jusqu’à soutenir l’insoutenable, il vient de déclarer à une radio :

Publicité

1) « Quand Zeroual avait décidé de raccourcir son mandat, beaucoup de juristes avaient dit que ce n’était pas prévu par la Constitution. Mais c’était dans l’intérêt de la nation”.

On ne justifie pas un mandat indûment prolongé par un mandat raccourci, ce sont deux choses aux antipodes l’une de l’autre.On ne compare pas une démission avec un maintien dans des fonctions électives après expiration du mandat légal. Aucun juriste ne peut avoir tenu les propos qu’il rapporte, la démission étant bel et bien prévue par la constitution de tous les pays qui en ont une.

Enfin, il ne nous a pas éclairés sur cet « intérêt du pays » au départ de Zéroual, Bouteflika étant le seul à en avoir profité.

2) « Il ne faut pas concevoir le droit comme un obstacle… Le président a reporté l’élection en réponse à une demande pressante de la population ».

Qui a entendu cette « demande pressante » alors que personne ne s’attendait à cette décision ahurissante de reporter l’élection ? La seule demande pressante de la révolution citoyenne qu’on entend depuis trois semaines est : « Dégagez ! »

Le disciple de Bouteflika qui se cache derrière le « brillant diplomate » ignore quelque chose d’élémentaire : le droit est depuis des siècles l’unique obstacle au vol, à l’usurpation, à l’abus de pouvoir, à la dictature, à la violation de la constitution, au non-respect des délais d’un mandat et autres crimes et délits.

Cet homme a tendance à raisonner comme un « chambit (diminutif de garde-champêtre) dès qu’il a affaire aux Algériens.

Il croit avoir affaire à des indigènes alors que si, en lui, dort toujours un « chambit », les bougnoules auxquels il croit s’adresser sont en train de réaliser une spectaculaire révolution citoyenne qui l’emportera, lui et son maître, comme elle a emporté son prédécesseur en vilenies abjectes, le ci-devant « Assas dalia » répondant au nom de Ahmed Ouyahia.

La crise que traverse l’Algérie est le fait d’un homme, entouré d’une vingtaine de complices, sur 44 millions.  Il suffit qu’il applique le droit pour que tout rentre dans l’ordre et que l’Algérie redémarre sur de nouvelles bases. Les moyens légaux existent ainsi que les hommes et femmes – infiniment plus compétents que ceux qu’il nous a imposés tout au long de son règne – capables d’engager immédiatement le pays dans une nouvelle ère.

                              

Publicité

5 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Le peuple, doit élire une élite, des gens propres, compétents et de confiance, vivant en Algérie et à l’étranger, qui vont constituer le nouveau gouvernement, ils veilleront à mettre à la porte tous les despotes du régime de Boutef.
    Ils devront organiser des élections libres et transparentes afin d’élire le nouveau président.
    Ils devront prendre leur fonction au plus tard le 18 Avril 2019.
    L’ancien régime aura largement le temps de faire ses valises, s’ils s’obstinent ils seront chassés de la présidence et de tous lieux étatiques, ainsi que des demeures étatiques. Car à partir de la date butoir, ils seront anticonstitutionnels et donc hors la loi, ils seront traités ainsi, ils devront être arrêter et traduit devant la justice.
    Et je ne crois pas que tous cela serait possible avec le général major actuel, qui est le protecteur de ce régime pourris. Il voudra s’imposer en sauveur. Tout comme son président, son âge ne lui permet plus d’assumer ses fonctions, il a largement dépassé l’âge de la retraite et cette crise dépasse de loin ses compétences et celle de ses proches collaborateurs. LA RELÉVE DE L’ARMÉE DOIT PRENDRE SES RESPOSABILITÉS. Vous les officiers du Djeych que j’ai connu. La plupart d’entre vous sont maintenant Commandants ou Colonels, vous savez très bien que le Gueyed ne vous représente pas, vous savez très bien que c le genre de militaire qui a fait carrière dans les messes et les cuisines, jamais sur le terrain. Il n’a pas le respect de la majorité des officiers de l’armée, ne le laisser surtout pas gérer cette crise.
    Dans les semaines prochaines il devra quitter le MDN et prendre sa retraite. LE MONDE NOUS REGARDE. Vous savez très bien que Boutef l’a mis à la tête de l’ANP, parce qu’il savait très bien que c’est un incompétent, puisque le portefeuille du ministre de la défense c’est lui qu’il a. Si je veux avoir le contrôle de l’armée, je dois mettre les moins compétent comme général major, c’est bien connu en politique.
    Comme le civil doit se renouveler, le militaire aussi, afin de pouvoir redresser le pays et être à la hauteur de ces moments historique, de cette renaissance que le pays est en train de vivre.
    Al djazeir… Tahya, Ellah Yerham.. Elchouhadaa

  2. L’ armee doit sauver l’honneur de l’Algerie et doit ecarter au plus vite Boutflika sinon elle sera responsable de ce K.O. elle doit ecouter le peuple si elle veut etre legitime et peut sombrer avec le malade si elle continue de jouer au spectateur ou alors elle attend des troubles pour s’accaparer le pouvoir,pourquoi envoye le ministre des A.F.en Russie?n’importe quoi…ils doivent quitter le pouvoir le 18 avril c’est tout ,ce que diront les russes a ce con.

  3. Cette conférence a pour but de gagner du temps pour préparer un organigramme différent dans la forme, mais le même dans le fond que l’actuel. De manière plus claire, on va désigner des personnes qui ne seront en fait que les marionnettes du régime actuel, opérant dans des structures quelque peu différentes de celles existant actuellement, sur fond de Tarte Algérie dont ils sont les héritiers auto-proclamés. Le Peuple Algérien devra s’attaquer aux racines de cet arbre-mafia , ses branches quand bien même nombreuses périraient avec le temps.

  4. lu ailleurs sur le net:Algérie : malade et amoindri, Bouteflika manoeuvre serré et élimine ses adversaires en moins de quatre heures

    Il faut reconnaître la Virtue dans la pure acception machiavélienne d’un vieux de la vieille en politique et le président Algérien Abdelaziz Bouteflika en fait partie.

    Avec sa riche expérience de plus de 60 ans de manigances et de manoeuvres, il a pu, en dépit de sa maladie et son état amoindri, neutraliser ses adversaires au sein du pouvoir réel Algérien, écarter ceux du sérail et clouer le bec momentanément à ses détracteurs ainsi qu’à la majorité de l’opinion en débarquant en Algérie et en prenant une série de contremesures afin de stabiliser une situation menaçante puis en neutralisant ses adversaires.

    Qu’aurait-il pu faire s’il avait toute sa force d’antan ?

    Par dessus tout, Bouteflika, très fragilisé biologiquement, vient de neutraliser les généraux des services de renseignement qui lui sont hostiles en supprimant l’objet et le vecteur de leur manipulations.

    Le report des élections présidentielleset l’extension du mandat actuel du président pour une durée indéterminée tout en conditionnant la tenue de prochaines présidentielles par la préparation, la mise en place et la réunion d’une Commission nationale « inclusive » (un long processus pouvant s’étaler sur des années) pour accoucher d’une nouvelle constitution n’est pas une surprise puisque les observateurs les plus avertis de la scène politique de ce pays le savaient depuis l’été 2018.

    C’est la manipulation du pouvoir ayant réussi à faire sortir les populations dans la rue qui étonne sur les capacités extrêmes du pouvoir Algérien en matière de guerre psychologique.

    La majorité de l’opinion veut sincèrement un changement total du système politique et économique tenant l’Algérie en otage depuis le 03 juillet 1962.

    Paris qui est obligé de soutenir, par pure realpolitik, Alger contre vents et marées (ses médias font de la manipulation de l’opinion aussi bien en France qu’en Algérie en faveur du régime), applaudit des deux mains et des pieds et se sent un peu soulagé car la bombe algérienne pourrait emporter non seulement la 5ème République mais l’ensemble de ce qui reste du pré-carré africain.

    Très dur de cerner quoi que ce soit dans les sables mouvants de la politique de ce pays hautement stratégique d’Afrique du Nord et de la Mediterannée occidentale.

    Stratégika 51

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité

Nouvelle-Zélande: deux attaques terroristes contre deux mosquées ont fait au moins 49 morts

Témoignages après les attentats terroristes dans 2 mosquées en Nouvelle-Zélande