in

Repenser sa vie spirituelle avec l’islam. Quelles pratiques islamiques pour notre temps ?

Comment revivifier les pratiques islamiques en les adaptant au temps présent et à ses nouveaux enjeux, politiques, sociaux, économiques et culturels ?  Loin d’être une hérésie ou une gageure, la revitalisation des pratiques religieuses codifiées en islam fera prochainement l’objet d’une grande journée d’étude et de dialogue à Paris, sous l’impulsion d‘Abdennour Bidar, Eva Janadin et Anne-Sophie Monsinay.
Sous l’intitulé invitant à une réflexion riche de sens, par-delà les dogmatismes et les tabous, «Repenser sa vie spirituelle avec l’islam. Quelles pratiques islamiques pour notre temps ?», ce premier événement du genre donnera la parole à toutes celles et ceux qui désirent promouvoir un islam humaniste et progressiste, le 21 avril, de 13h à 18h, au Forum 104, 104, rue de Vaugirard, 75006 Paris | Salle Glycines.
A l’approche de cette journée d’échanges exceptionnelle, organisée et en partie animée par les membres de l’Association pour la renaissance de l’islam mutazilite (ARIM), ses deux co-initiatrices, Eva Janadin* et Anne Monsinay*, ont accepté de répondre aux questions d’Oumma qui font partie de la longue liste de celles qui seront largement débattues à cette occasion.

« Nous ne pouvons rester imperméables aux influences extérieures, en pratiquant de manière figée un rite sans réactualiser son sens », tel est leur credo.

 
Comment savoir que l’on pratique pour soi et non par obligation ?
Eva Janadin : Un verset bien connu nous dit : « Point de contrainte en religion (Lâ ikraha fî dîn). » (Coran, II, 256). Ce passage affirme qu’il ne peut y avoir de contrainte extérieure à soi en religion, mais que l’auto-détermination de la volonté à se plier à une règle doit être le seul critère pour choisir sa propre discipline. En outre, dire qu’il faudrait faire un rite par obligation en le comprenant comme une contrainte venant d’un système religieux, c’est nier la liberté de conscience de celles et ceux qui décident de pratiquer en fonction de critères personnels autonomes. Or, cette négation de l’altérité peut avoir des conséquences dramatiques.
Anne-Sophie Monsinay : On pratique pour soi lorsque l’on a compris que la pratique n’est pas le but mais seulement l’outil pour arriver au but. Si l’on accepte qu’une pratique religieuse n’est pas obligatoire, on ne pratique plus parce que Dieu le demande ou pour Lui faire plaisir mais pour nous élever intérieurement, grandir, devenir meilleur, et tenter de ressembler aux modèles prophétiques. Si l’on est convaincu que Dieu n’a nul besoin de nos pratiques car Il est autosuffisant, on comprend, alors, que les injonctions divines au sujet du rite sont des recommandations pour notre évolution spirituelle. Il s’agit donc de sortir de cette logique comptable qui ne vise qu’à faire culpabiliser celui ou celle qui manque une prière ou quelques jours de jeûne. Je pense donc que l’on pratique réellement pour soi lorsque nous prenons de réelles libertés (ce qui ne veut pas dire pratiquer moins mais autrement) avec le rite orthodoxe sunnite, sans pour autant ressentir une quelconque culpabilité.
La prière s’arrête-t-elle au rite ? Toute quête de connaissance n’est-elle pas une prière ?
Anne-Sophie Monsinay et Eva Janadin : La prière relie à Dieu. La racine du mot « salât » (slw) (prière) renvoie à une « action unifiante de grâces, à effectuer une liaison de grâce ». Elle permet de relier notre essence divine immanente à la transcendance. À partir de cette définition, tout ce qui permet de nous relier à Dieu, d’effacer la séparation entre nous en tant qu’individu et Lui, devient une prière. La prière rituelle n’est donc qu’une forme de prière qui est un moyen de tisser du lien avec la part infinie qui réside à la fois en nous et hors de nous. Cette forme est d’une grande richesse par la symbolique de ses postures corporelles qu’elle implique, mais il existe d’autres formes. L’invocation des noms divins (dhikr), la méditation, la contemplation, l’étude de la création et toute activité créatrice sont des formes de prières tout aussi efficaces qui sont bien aussi évoquées dans le Coran.
Pourquoi les musulmans progressistes ont-ils déserté les mosquées ?
Anne-Sophie Monsinay : En France, les mosquées sont souvent ancrées dans une vision traditionaliste de l’islam et n’acceptent que trop rarement les différences d’opinions ou de pratiques. Ainsi, en tant que femme, le simple fait d’aller prier sans foulard peut nous exposer au jugement, voire à l’obligation de le mettre, niant totalement la liberté de l’individu. Sans entrer dans les débats sur la pertinence ou sur le sens donné au foulard pendant la prière, ce conformisme aliénant et intrusif donne aux mosquées un visage peu accueillant et, paradoxalement, peu propice à la spiritualité. En outre, les mosquées françaises conservent un fort ancrage culturel et national en fonction du pays qui en a la gestion. Par conséquent, il n’y a aucune distinction entre les aspects culturels et les aspects religieux, et les prêches sont souvent de qualité médiocre et rarement en français.
Eva Janadin : En effet, les luttes de pouvoir internes pour diriger telle ou telle mosquée entre différents courants de l’islam ou entre communautés nationales ne font qu’empoisonner ces espaces. Les musulmans progressistes ne fréquentent plus les mosquées, car ils ne désirent sans doute plus prier avec d’autres musulmans avec qui ils ne partagent pas la même vision de l’islam. Comment accepter de communier dans un lieu où les femmes sont constamment discriminées car reléguées dans des espaces annexes et misérables ? Comment accepter d’entendre des prêches qui ne font que menacer des pires châtiments divins en cas de non-respect des prescriptions religieuses voire des discours prônant la violence, la haine et le communautarisme ? Mais plutôt que de fuir ces mosquées que nous ne reconnaissons plus, il s’agit pour nous d’inventer la mosquée de demain, celle qui deviendra un espace de compagnonnage spirituel et non celle qui place l’imam en position de supériorité grâce à son expertise normative et dogmatique. Ce nouveau lieu spirituel permettrait de garantir le dialogue, l’esprit critique et le questionnement des croyant(e)s. Il serait mixte, inclusif, ouvert à toute personne qui désire s’y recueillir sans être musulman(e) et serait libéré de toute pression communautaire et politique.
Quel est le sens du jeûne pour nous aujourd’hui ? Est-ce que cela peut être l’occasion de corriger la surconsommation qui touche nos sociétés actuelles ?
Eva Janadin : Le jeûne est souvent compris comme l’opportunité de vivre frugalement. Il est aussi une manière de ressentir le manque de celles et ceux qui n’ont rien. Mais nos pratiques islamiques actuelles doivent aussi se nourrir des questions de notre siècle pour être revitalisées et devenir des ressources pour affronter les questions de notre monde contemporain. À l’heure du capitalisme sauvage, ne pourrait-on pas vivre le jeûne comme une opportunité de rejeter ces nouvelles formes de production et de consommation ? Limiter sa consommation au sens large (alimentation, objets du quotidien, modes de transport, etc.) et donner aux plus pauvres sont autant de moyens de rejeter la société de consommation, le gaspillage, la concurrence et l’individualisme.
Anne-Sophie Monsinay : Le jeûne renvoie à l’idée d’un retrait du monde et de notre quotidien. Le terme arabe « sawm » signifie « jeûner, s’abstenir, faire abstinence, chômer, se taire, se calmer ». En se privant d’un élément vital pour le corps, on l’affaiblit et on apprend à le maîtriser. Nous sommes donc moins soumis à notre corps, à ses désirs, à notre mental, à notre ego et plus en phase avec notre état divin. En délaissant notre corps, on délaisse ce qui contient notre incarnation et nous ancre dans ce monde. On favorise donc des états spirituels plus poussés et reliés à l’Unité. Cela ne doit être qu’occasionnel car si l’on est sur terre, c’est pour vivre notre incarnation et pour nous réaliser dans notre corps. Néanmoins, c’est un bon outil pour développer des facultés spirituelles. À défaut de pouvoir faire une vraie retraite pendant le ramadan qui engloberait le jeûne, le silence et le chômage, cette période invite à réduire toutes les formes de consommation et de divertissement afin de revenir à l’essentiel.
Compte tenu de la généralisation du halal à de nombreux produits autres que la viande, le label halal d’aujourd’hui correspond-il au texte coranique ?
Anne-Sophie Monsinay : La logique coranique d’une viande halal à la consommation vise à réduire la souffrance au moment de la mise à mort de l’animal (l’égorgement était à l’époque la méthode la plus simple et efficace pour tuer un animal sans trop de douleur) et à le consacrer à Dieu dans le but de l’apaiser avant de le tuer. Par conséquent, se contenter de dire « bismillâh » (« au nom de Dieu ») devant un troupeau de moutons, en les égorgeant les uns devant les autres, ne respecte pas les conditions coraniques. Il y a également une prescription indispensable qui n’est pas explicite dans le Coran car elle était pratiquée naturellement à l’époque : le respect des conditions de vie de l’animal. Considérer qu’un poulet élevé en batterie est halal du simple fait qu’il soit égorgé est une aberration. Compte tenu des conditions d’élevage actuelles, le label « agriculture biologique » s’approche bien plus de la viande licite du Coran que le marché halal. Avec l’élevage intensif et la surconsommation de viande, les questions du végétarisme et de la réinvention de nos modes de consommation deviennent aujourd’hui plus que légitimes et nos rites alimentaires peuvent nous aider à répondre à ces nouveaux défis.
Eva Janadin : Il convient de se méfier des filières du marché halal car elles servent souvent les intérêts des industriels, du néolibéralisme et des franges rigoristes de l’islam. Elles sont devenues un moyen de contrôler le comportement des consommateurs musulmans (cf. Florence Bergeaud-Blackler, Le Marché halal ou l’invention d’une tradition, Paris, Seuil, 2017). Il est important selon moi de s’interroger sur le symbolisme d’une viande halal : le rituel de l’abattage religieux permet de ne pas rendre ordinaire et anodin l’acte de mise à mort. Il nous incite à comprendre que l’abattage d’un animal ne doit surtout pas devenir un acte qui ne nous affecte plus, auquel nous n’accorderions aucune importance et qui deviendrait systématique et mécanique. Ainsi, il me semble que produire de la viande halal est incompatible avec l’existence d’une industrie impliquant l’abattage à la chaîne. Ce rite ne peut garder son sens spirituel que s’il privilégie la qualité, c’est-à-dire un abattage en petite quantité, au niveau local et à très petite échelle. Cela rejoindrait ainsi les exigences des nouveaux modes de consommation alternatifs à la grande distribution alimentaire et garantirait le respect du règne animal.
On voit aussi depuis quelques années émerger des cosmétiques halal. Ne soyons pas dupes : il ne s’agit pas là pour les grandes marques d’intégrer et de mieux considérer les musulman(e)s, mais bien d’augmenter leur chiffre d’affaire en se jetant sur un marché juteux. Ces initiatives montrent une parfaite concordance entre deux idéologies qui pourtant se rejettent mutuellement dans d’autres contextes : d’une part un islamisme rigoriste qui cherche à normer entièrement la vie des musulman(e)s ; d’autre part un capitalisme ultra-libéral qui ne cherche qu’à se jeter sur n’importe quel marché pour augmenter son profit. Ces dérives bigotes qui allient commerce et religion vont trop loin et il est temps que cette surenchère du halal s’arrête.
Quelles vertus peut-on accorder au pèlerinage ?
Eva Janadin : Si le pèlerinage a de nombreuses vertus spirituelles, il s’agit d’abord de passer ce rite au crible de notre filtre contemporain : La Mecque est aux mains de l’Arabie Saoudite et d’une idéologie politique et religieuse qui fait beaucoup de tort à l’islam, le wahhabisme. Peut-on accepter de nous rendre dans un lieu sacré qui a finalement été totalement contaminé par une doctrine rigoriste, intolérante et réactionnaire ? Cette dernière n’a-t-elle pas totalement défiguré ce lieu hautement symbolique par le gigantisme excessif de son architecture ? Que dire des femmes qui ne peuvent pas faire ce pèlerinage sans être mariées jusqu’à l’âge de 42 ans ? Que dire du business très lucratif des agences spécialisées dans le pèlerinage ? Et que dire d’un pèlerinage où le croyant a l’obligation de suivre un seul itinéraire, un seul rite sans avoir la possibilité de faire une expérience libre et personnalisée ? Un chemin balisé et assisté, sans qu’il puisse y avoir d’aller-retours, de détours et de raccourcis fait perdre selon moi toute la saveur du pèlerinage comme exercice spirituel.
Anne-Sophie Monsinay : Si effectivement l’influence du wahhabisme sur le pèlerinage actuel pose de nombreux problèmes, il ne faut pas oublier que les pèlerinages en islam ne se réduisent pas à La Mecque, d’autres prophètes et saints ont fréquenté d’autres lieux tout aussi riches sur le plan spirituel. Se rendre sur les lieux saints permet de recevoir les grâces et les états spirituels acquis par le prophète ou le saint qui y est enterré ou qui a fréquenté ce lieu. C’est une sensation spirituelle extrêmement puissante qui nous relie à notre Être divin immanent. La Kaaba symbolise le centre, le cœur intérieur. Sa forme extérieure et tous les rituels extérieurs accomplis pendant le pèlerinage renvoient à notre intériorité. Le pèlerin tourne autour de son centre qui est son Esprit divin immanent. Tous les rituels du pèlerinage, lorsqu’ils sont compris dans leurs dimensions symboliques et mystiques, élèvent l’âme.
Propos recueillis par la rédaction d’Oumma.
 
Eva Janadin* a cofondé en 2017 avec Faker Korchane l’Association pour la renaissance de l’islam mutazilite (ARIM, www.mutazilisme.fr) qui vise à ouvrir un espace de discussion libre, à interpréter le corpus islamique à la lumière de l’intelligence de l’esprit et du cœur et à reconstruire une vie spirituelle autonome grâce à cet héritage.
Anne-Sophie Monsinay* est engagée depuis plusieurs années pour rendre visible un islam libre et spirituel. Disciple d’un maître issu d’une tradition mystique non dualiste, elle intervient dans des conférences sur ces thématiques et administre avec Eva Janadin le groupe Facebook « Repenser l’islam avec Abdennour Bidar ».
 

Publicité

Publicité

11 commentaires

Laissez un commentaire
  1. Il est clair que l’islam se portait beaucoup mieux quand il avait plus d’une vingtaine d’écoles et pas seulement les quatre sunnites actuelles, la chiite et l’ibadite. Mais il faut savoir aussi que le recul du mutazilisme est dû au fait que ses partisans au pouvoir ont cherché à l’imposer par la force et pas par la discussion rationnelle. Il ne suffit donc pas de se décréter rationaliste pour l’être ce que le discours laïciste moderniste dominant actuellement a encore une fois prouvé. La liberté de conscience doit aller de pair avec la recherche d’une discipline collective, ce qu’aucune école ne maîtrise a priori, sans effort et sans humilité. Quant à recevoir les grâces d’un être humain décédé, cela reste plus que discutable car pourquoi s’adresser à un humain alors qu’on peut s’adresser directement à la perfection suprême.

  2. Les troubles affectifs et sexuels chez le couple avec les points de vue religieux particulièrement l’islam où se trouve toute une science malheureusement moins bien connue sont présentés dans ce manuel.
    J’ai donné des explications sur beaucoup de mauvaises interprétations par exemple : pourquoi l’islam recommande à la femme de ne pas rire aux éclats, mais seulement de sourire ? Sourire, c’est faire travailler 43 muscles du visage. A cela il faut ajouter les muscles des releveurs du « soutien-gorge » présent chez les deux sexes (muscles cervicaux antérieurs et thoraciques. Le sourire contracte les muscles de la bouche, de l’ensemble des muscles péribuccaux, massétériens, orbitaires, temporaux et périorbitaires, ce qui augmentera leur tonus. Cette action aussi relève les seins à travers la contraction des muscles du cou et de la poitrine qui s’ensuit parce l’homme respire par son abdomen, alors que la femme respire par sa poitrine. Pour garder la fraîcheur du visage et relever sa poitrine, il faut sourire.
    http://www.lajourneedumanuscrit.com/La-jungle-conjugale

  3. Les musulmans de Russie viennent d’ouvrir une Académie islamique. L’enseignement de l’islam se pratique en 3 langues : russe, arabe et tatar. Nous n’enverrons plus nos enfants apprendre le terrorisme chez certains pays. Oui disent-ils d’aller vers l’avant sans se retrancher vers le passé ou se figer dans le présent.

  4. Merci pour vos pertinentes analyses, dans ce sens je viens de publier mon livre : « La jungle conjugale » (sous titre : les clés de l’amour et les secrets de l’attachement conjugal). Dr. Mokhtar SBIA. En effet, de fil à aiguille dans mes recherches, j’ai donné une autre pensée de certaines idées déformées sur les conflits, les violences et la jouissance sexuelle chez le couple.

  5. Bien!
    Comme quoi personne n’est irremplaçable. Tarik Ramadan, par exemple.
    A quand une femme à la tête du CFCM? (au lieu de la tête de Turc).
    Eh! Je n’ai rien contre les turcs, surtout ceux qui sont en cabane chez Erdogan.
    J’espère juste que ces deux femmes ne seront pas menacées par les salafistes. (Comme Bidar).

  6. Je suis entièrement d’accord avec Reyes. Il est bien que des femmes s’expriment ainsi. Effectivement il y a un fossé entre l’enseignement délivré dans la plupart des mosquées en France (inféodées à des pays dont la culture dominante prévaut) et l’extraordinaire notion de liberté telle que le définit l’islam dans ses sources. Le mutazilisme a cet avantage de proposer une lecture rationnelle et posée des différents équilibres humains et environnementaux. Mon souhait est que cette école de pensée suscite un intérêt nouveau afin que les véritables questionnements de notre temps puissent être posés, interprétés et vécues à l’aune d’une fraternité humaine recouvrée.

  7. Cela dit, il y a aussi et surtout, dans les mosquées où je suis allée, un islam populaire sincère et généreux, des gens non dogmatiques et bons vivants, avec lesquels j’ai eu beaucoup de bonheur à prier. Ils sont la grâce de l’islam incarné, c’est leur sagesse et leur hospitalité traditionnelle qui se poursuit, leur gentillesse qui, autant que la beauté spirituelle, intellectuelle, formelle et artistique de l’islam, fait son attrait puissant.
    De même qu’on parle moins des trains qui arrivent à l’heure que des trains en retard ou accidentés, les musulmans du quotidien, ici et ailleurs, sont de loin les plus raisonnables et les plus nombreux. Et ils ne sont pas coupables des malheurs de l’islam. Ceux qui en sont coupables sont les responsables de tous bords, musulmans et non musulmans, qui attisent les guerres et les haines.

  8. Merci de donner la parole à ces femmes. Elles ont raison, l’islam contient en lui tout pour être une spiritualité moderne. L’islam est jeune et moderne à la base, sans clergé, sans contrainte en religion, sans séparation entre les gens : d’où qu’ils viennent et quel que soit leur sexe, ils ont une égale dignité. Dans l’islam, les animaux et la nature ne sont pas non plus inféodés à l’homme, tout le vivant a une égale dignité. Tout cela rejoint les aspirations les plus modernes.
    Malheureusement c’est la règle de la séparation et de la contrainte qui prévaut souvent dans les mosquées, et sur internet qui pullule de curés de l’islam, si je puis dire, de gens qui prétendent imposer une loi. C’est une tradition le plus souvent fausse qui fait leur loi. La seule vraie loi en islam a lieu entre l’humain et Dieu, personne ne peut s’y interposer. Si le Coran réveille les dormants de la Caverne, c’est pour qu’ils s’interrogent entre eux, pas pour qu’ils essaient de se dominer les uns les autres.

Laisser un commentaire

Chargement…

0

Le fils de Mireille Knoll: “Le CRIF fait de la politique, moi j’ouvre mon cœur”

P.Pogba dévoile un T-shirt après son but : « Joyeux anniversaire papa. Allah y rahmou »